Mont-Lac-Vert : Guy Larouche fier de son bilan

L'ancien DG du Mont-Lac-Vert, Guy Larouche, quitte avec... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

L'ancien DG du Mont-Lac-Vert, Guy Larouche, quitte avec la satisfaction du devoir accompli.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Directeur général de la station de ski Mont-Lac-Vert depuis mars 2007, Guy Larouche a quitté ses fonctions à la fin mai avec la satisfaction du devoir accompli. Le Jeannois s'apprête à relever un nouveau défi professionnel à compter de la semaine prochaine, alors qu'il oeuvrera comme directeur à la commercialisation à la succursale Sears d'Alma.

Des événements comme la Montée des héros ont... (Archives, Le Quotidien) - image 1.0

Agrandir

Des événements comme la Montée des héros ont fait du Mont-Lac-Vert une station trois saisons, croit son ancien directeur général Guy Larouche.

Archives, Le Quotidien

Le Mont-Lac-Vert mise beaucoup sur la planche à... (Archives, Le Quotidien) - image 1.1

Agrandir

Le Mont-Lac-Vert mise beaucoup sur la planche à neige.

Archives, Le Quotidien

Joint mercredi, l'ancien DG assure d'entrée de jeu que lui et les dirigeants de Gestion récréotouristique du Mont-Lac-Vert se sont quittés en bons termes. « C'est d'un commun accord et il n'y a pas de chicane », assure-t-il.

« Ce changement de carrière était prévu parce que ça faisait quand même près de dix ans que j'étais au Mont-Lac-Vert et j'avais pas mal fait le tour du jardin, explique-t-il. J'en retire beaucoup de choses positives même si c'était très exigeant comme emploi, mais j'étais rendu ailleurs. »

Il considère que cette expérience de travail aura été très enrichissante en raison des multiples volets chapeautés. « On gère différents départements en plus de la montagne comme telle, soit la restauration, le bar, l'école de glisse, la garderie, le garage, etc. On part de là avec un bon bagage en terme de gestion. C'est un travail qui n'était pas routinier et j'en sors grandi. Je dirais que le plus difficile à gérer, c'est la météo, parce que ce n'est pas un élément sur lequel on a le contrôle. Quand il fait beau, on a du monde et il n'y a pas de problème, mais quand il ne fait pas beau, tu as beau avoir la plus belle programmation, les gens ne viennent pas », explique celui qui gravitait dans le milieu municipal depuis 1990.

« J'ai gravi les échelons: j'ai commencé comme étudiant, puis j'ai été directeur du service des loisirs et j'ai agi pendant cinq ans comme directeur général avant d'aller à la direction du Mont-Lac-Vert. À 50 ans, j'étais rendu à l'aube d'un nouveau défi et d'un changement dans ma carrière. »

Bons coups

Parmi les bons coups réussis durant son mandat au Mont-Lac-Vert, Guy Larouche se dit fier d'avoir contribué au maintien d'infrastructures en bon état. « Ce n'est pas nécessairement évident avec des entreprises comme ça. Quand on se compare à d'autres centres, le Mont-Lac-Vert est quand même en bon état. D'autre part, je suis évidemment très fier qu'on ait refait au complet le système d'enneigement en 2010. On a investi près de 3 millions$ pour tout refaire le système, le bâtiment du garage et on a acheté une nouvelle surfaceuse. On est à jour pour les 20 prochaines années. »

Cet investissement n'était pas un luxe, car avec les caprices de la météo, « un centre de ski qui n'a pas de système d'enneigement efficace est appelé à disparaître », estime-t-il.

Guy Larouche a aussi aimé contribuer au développement des activités du centre pendant trois saisons. « J'ai aimé développer des activités hors saison. La tendance est plus aux stations quatre saisons. Nous étions rendus trois saisons avec (la présentation) d'événements comme La Montée des héros (course à obstacles le 25 septembre) et la course en sentier de 50 km Trail LK-50 (27 août). Notre symposium automnal des cinq dernières années avait complètement changé et acquis une belle notoriété. »

Déjà d'excellentes candidatures reçues

À peine 24 heures après avoir ouvert un poste de DG, la direction du Mont-Lac-Vert a déjà reçu plusieurs candidatures fort intéressantes.

« C'est assez impressionnant de voir combien on a eu des candidatures de gens intéressés, de qualité et motivés à faire du changement, affirme Willie Savard, président par intérim de Gestion récréotouristique du Mont-Lac-Vert. Ces candidats ne veulent pas juste le poste pour le salaire, mais ils viennent vraiment pour le défi. »

Les candidats intéressés ont jusqu'à 16 h, le vendredi 22 juillet, pour faire parvenir leur curriculum vitae à progestion2016 @gmail.com. Dans un monde idéal, les dirigeants de l'organisme sans but lucratif aimeraient que la perle rare dénichée soit en fonction au début septembre. « On est contents du résultat. Il y a eu beaucoup de partage sur les réseaux sociaux. Ça démontre aussi que les gens ont à coeur ce centre de ski et se l'approprient. Les gens veulent que ça bouge et sentir que ça avance », estime M. Savard.

Cette démarche s'inscrit dans un processus enclenché en 2013, alors que la municipalité a formé un conseil d'administration intérimaire pour gérer les actifs et les ressources administratives de la station et d'en assurer la pérennité. Ces administrateurs ont succédé à la coopérative de travailleurs qui gérait les installations depuis une vingtaine d'années. En juillet 2015, un OSBL a été officiellement créé (Gestion récréotouristique du Mont-Lac-Vert) et ses administrateurs bénévoles ont été mandatés jusqu'en juillet 2017 pour assurer la gestion et le développement du centre de ski dans le meilleur intérêt de la ville et de ses contribuables.

Le CA préconise l'opération de la station sur quatre saisons. « On a mis en place un plan directeur pour les 20 prochaines années. Ç'a été super le fun parce qu'on a fait affaire avec une firme d'architectes spécialisée dans ce domaine et on a impliqué des intervenants de la municipalité, de la MRC, des employés d'expérience de la station, des utilisateurs, etc. (La démarche) avait comme objectif de définir la signature de la montagne, de mettre en valeur ses atouts et d'augmenter l'achalandage tout en intégrant progressivement les projets de développement », explique Willie Savard en précisant qu'il « est trop tôt pour annoncer quelque chose d'officiel parce que nous sommes en attentes de subventions, mais ce qu'on peut vous dire, c'est qu'on a de beaux projets qui sont en voie de se réaliser. »

« Les gens devront comprendre que le Mont-Lac-Vert ne sera plus une coopérative de travailleurs et qu'il ne sera plus jamais géré de cette façon », ajoute le président Savard, en précisant que la restructuration se fera dans le respect. « On est très optimistes que ce vent de changement va ramener de nouvelles familles au Mont-Lac-Vert qui vont vouloir venir s'y établir parce que ça bouge, pas juste l'hiver, mais sur quatre saisons. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer