Antoine Duchesne, vedette du jour

Le Chicoutimien Antoine Duchesne... (Photo tirée d'Instagram)

Agrandir

Le Chicoutimien Antoine Duchesne

Photo tirée d'Instagram

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Antoine Duchesne a été l'une des vedettes de la septième étape du Tour de France, vendredi. Le natif de Chicoutimi s'est payé une randonnée avec l'échappée du jour, tentant même une attaque avec une quarantaine de kilomètres avant le fil d'arrivée.

«C'est un bel exploit! Ça fait toujours plaisir d'être à l'avant et de montrer le maillot», s'est réjoui le membre de l'équipe Direct Énergie.

«Dès le départ, l'objectif était de prendre l'échappée, a expliqué l'athlète de 24 ans. C'était une journée qui me convenait bien parce que la grosse difficulté, le gros col, était juste à la fin. Je tenais vraiment à être à l'avant parce que je savais que j'allais exploser dans le dernier col, alors aussi bien d'essayer un truc et de jouer ma chance», d'expliquer Antoine Duchesne sur l'étape de 162,5 kilomètres qui culminait avec l'ascension du col d'Aspin, une montée de première catégorie. L'échappée de 29 coureurs, avec le cycliste québécois à bord, a commencé avec 110 kilomètres à parcourir. À une quarantaine de kilomètres de l'arrivée, Duchesne a décidé d'initier une attaque, suivi par deux autres coureurs. Ils ont rapidement été rejoints par le Britannique Stephen Cummings qui a remporté l'étape avec 1min05 d'avance sur ses poursuivants. Il s'est détaché du quatuor de tête au pied du col et n'a cessé d'accentuer son avance par la suite.

«Vers la fin, je savais qu'avec le calibre qu'il y avait dans l'échappée, je n'allais pas être capable de suivre dans le col. Mon plan était d'essayer de sortir dans la vallée quand la cohésion n'était pas super. J'ai commencé à attaquer dès que j'ai vu que ça commençait à grimper et à se regarder. Je suis sorti seul et ensuite, d'autres coureurs sont revenus sur moi. Nous avons fait une dizaine de kilomètres comme ça», de noter Duchesne.

«À la fin, j'étais rendu, mais nous avions de la difficulté à suivre le groupe sur le plat, a-t-il relaté. Dès que nous sommes entrés dans le col, j'avais un peu les pattes dans l'eau comme on dit. J'ai essayé de gérer l'effort du mieux que j'ai pu. Nous avions quatre à cinq minutes d'avance sur tout le monde, mais je commençais à être fatigué.

«À trois ou quatre kilomètres, nous nous sommes fait rejoindre par le peloton. J'ai levé le pied et je suis rentré tranquillement vu qu'il n'y avait plus trop d'enjeux», a ajouté Duchesne qui a finalement pris le 76e rang, dans un groupe de cinq coureurs, avec près de dix minutes de retard sur le gagnant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer