Benedetto, le bronze au cou

La Saguenéenne Jessica Benedetto a écrit une page... (Photo courtoisie)

Agrandir

La Saguenéenne Jessica Benedetto a écrit une page de l'histoire québécoise de la dynamophilie classique en montant sur le podium dans la catégorie Open, chez les moins de 57 kilos, au Championnat du monde de dynamophilie classique. Benedetto (à droite) a remporté la médaille de bronze, derrière la championne russe, Inna Filimonova, et la représentante de Taipei, Hui-Chun Wu.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Évoluant chez les moins de 57 kilos, Jessica Benedetto a remporté la médaille de bronze au total des épreuves avec un cumulatif de 427,5 kilos, en plus de signer la deuxième meilleure performance au bench press (développé-couché). Avec une performance de 499,49 kilos en formule Wilks (ratio poids corporel c. masse soulevée), Jessica Benedetto fait partie du top-10 mondial, toutes catégories confondues.

La Saguenéenne Jessica Benedetto a réussi à s'emparer... (Photo courtoisie) - image 1.0

Agrandir

La Saguenéenne Jessica Benedetto a réussi à s'emparer du 3e rang au total, en classe Open, moins de 57 kilos, avec un soulever de terre de 177,5 kilos au Championnat du monde de dynamophilie classique.

Photo courtoisie

L'athlète de 34 ans, dont c'était la troisième participation aux mondiaux, estime avoir livré sa meilleure performance. «Dans les circonstances, je suis contente parce que ce sont les meilleures qui étaient présentes. La championne russe Inna Filimonova est une légende vivante; elle était championne il y a dix ans, quand je ne faisais même pas encore de powerlifting», souligne Benedetto, qui s'est mesurée à des athlètes qui sont soutenues financièrement par leur pays pour se consacrer entièrement à leur sport. Ce n'est surtout pas son cas, alors qu'elle concilie un emploi à temps plein de technicienne en chimie analytique à la mine Niobec à ses nombreuses heures à l'entraînement et qu'elle doit amasser son argent pour couvrir ses frais de participation à des compétitions. Cette année, la Saguenéenne a eu recours aux conseils d'un entraîneur américain réputé pour améliorer sa progression.

La compétition était vive et les stratégies étaient de mise pour espérer se faufiler sur le podium. D'ailleurs, Benedetto n'a pas connu un bon début au squat, où elle a terminé 6e (147,5 kg), mais elle s'est bien reprise au bench press où elle a pris le 2e rang (102,5 kg). «On était cinq à se battre pour le podium. La Russe est sortie avec son record du monde et ç'a fatigué mes adversaires. J'ai eu ma revanche sur ma rivale qui avait fini première au Championnat canadien. La pression était tellement forte qu'elle a complètement cassé au soulever de terre (deadlift), une discipline où je me suis beaucoup améliorée. Ça l'a forcée à faire des erreurs et j'ai pu passer devant elle pour me hisser au troisième rang», mentionne fièrement Benedetto, qui n'a jamais abandonné même si elle avait toute une remontée à faire pour accéder au podium. Pour réussir son exploit, elle a soulevé 177,5 kilos, ce qui a porté son total des trois épreuves à 427,5 kilos (avant la formule Wilks). Elle a terminé troisième derrière la Russe Inna Filimonova et la représentante de Taipei Hui-Chun Wu, pour devenir du même coup la première Québécoise à réussir un podium au total des épreuves, dans la catégorie Open.

La Jonquiéroise Camille Tremblay a pulvérisé le record... (Photo courtoisie) - image 2.0

Agrandir

La Jonquiéroise Camille Tremblay a pulvérisé le record du squat chez les subjuniors, moins de 72 kilos, au Championnat du monde de dynamophilie classique, tenu au Texas le week-end dernier.

Photo courtoisie

Camille Tremblay pulvérise un record

La Jonquiéroise Camille Tremblay a fait les choses en grand pour sa première présence au Championnat du monde de dynamophilie classique. À sa dernière année d'éligibilité chez les subjuniors, l'athlète de 18 ans a inscrit son nom dans le livre des records en établissant une nouvelle marque mondiale au squat (flexion de jambes), à deux reprises. La Jonquiéroise a en effet éclipsé l'ancienne marque de 157,5 kilos une première fois à son deuxième essai en soulevant 160,5 kilos. Record qu'elle a elle-même battu avec un lever de 168 kilos à son troisième essai, ce qui est plus de dix kilos de la marque initiale à battre.

«C'était ce que je visais», a indiqué la jeune femme avec son calme habituel. «J'avais déjà fait aussi bien en compétition, mais seuls les résultats en championnats du monde ou en compétitions internationales sont reconnus officiellement. Toutefois, je n'avais jamais fait aussi lourd dans la catégorie des 70 kilos. J'avais déjà réussi un lever de 170 kilos, mais j'étais à 75 kilos», explique la médaillée d'or dans cette épreuve.

«C'est la première fois qu'un athlète québécois faisait un record au squat subjunior», souligne Jessica Benedetto, fière de sa collègue «qui réussit des squats plus élevés que des juniors de quatre ans de plus vieux qu'elle!»

Les choses ont moins bien fonctionné à son goût pour les deux autres épreuves, même si elle est revenue à la maison avec une médaille de bronze au cou pour le total des trois épreuves, devancée seulement par une Finlandaise et une Américaine. «J'étais un peu déçue parce que je voulais finir deuxième au total, mais avec le recul, je suis quand même contente de moi», convient la jeune femme.

Après les provinciaux en novembre, Camille Tremblay fera officiellement son entrée chez les juniors (19-23 ans). Ses ambitions ne seront pas moindres. «J'aimerais faire le record du monde junior qui est de 175 kilos. Je suis à sept kilos de ce record, donc c'est faisable.» Elle aura affaire à forte partie dans cette catégorie puisque la nouvelle championne du monde chez les -72 kilos est justement la Canadienne Jessica Buettner. «Mon défi, c'est d'essayer de la battre», a-t-elle conclu

Une motivation additionnelle

La tenue des Championnats canadiens de dynamophilie classique à Saguenay en mars 2017 constitue une motivation additionnelle pour les membres du club Mofo-Élite de Jonquière qui ont brillé au Championnat du monde le week-end dernier au Texas.

Tant Jessica Benedetto que Camille Tremblay sont ravies à l'idée de pouvoir enfin compétitionner devant leurs parents et amis. «Nous serons chez nous, nous n'aurons pas à voyager, ça va coûter moins cher, ça va se dérouler en français et nous pourrons mieux faire découvrir notre sport aux gens qui nous supportent», se réjouit Benedetto.

Pour Joël Boulianne, fondateur du club, l'obtention de cette compétition nationale tombe à point, car ce sera justement le 10e anniversaire de son club en octobre. «C'est une grande fierté pour moi. Dix ans d'expérience, de travail, de persévérance et de sacrifices», souligne le grand manitou de la dynamophilie au Saguenay.

Pour lui, la passion et le temps consacré au sport et à l'entraînement sont à la base du succès des athlètes performants. «Ce qui amène des résultats, c'est aussi la longévité d'un athlète. On ne peut pas être un champion du monde en deux ans. C'est impossible. Camille, ça va faire cinq ans qu'elle s'entraîne et Jessica, six. Elles sont fidèles au poste et n'ont presque jamais manqué un entraînement. Le powerlifting est un sport répétitif qui peut sembler ennuyeux parce qu'on fait les trois mêmes mouvements, mais il faut réussir à se réaliser à travers ça. Les efforts sont récompensés en compétition.»

La performance d'Équipe Canada aux mondiaux lui laisse entrevoir une compétition très relevée. «Équipe Canada n'a jamais été aussi forte que ça. On a fini deuxième meilleure équipe en classe Open ainsi que chez les juniors. Depuis une semaine, le Canada est donc officiellement sur la mappe. C'est la première fois dans l'histoire que ça arrive. On est vraiment rendu une puissance au niveau mondial, et l'équipe est de plus en plus forte. Il y a vraiment un effet d'entraînement au niveau national, pas seulement au niveau local», souligne-t-il avec fierté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer