«J'étais très tendu» - Antoine Duchesne

La glace est brisée pour le Saguenéen d'origine... (Photo tirée d'Instagram)

Agrandir

La glace est brisée pour le Saguenéen d'origine Antoine Duchesne, qui a pris le 70e rang à l'issue de la première étape du Tour de France samedi.

Photo tirée d'Instagram

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le cycliste natif de Chicoutimi Antoine Duchesne a eu beau essayer de se convaincre que la première étape du Tour de France était une course comme les autres, il était quand même nerveux et fébrile, samedi, au départ du Mont-Saint-Michel. «J'étais très tendu. C'est l'une des courses où j'ai été le plus nerveux de ma vie», a confié le porte-couleurs de la formation Direct Énergie. Duchesne a conclu au 70e échelon.

L'ambiance dans le peloton entre Mont-Saint-Michel et Sainte-Marie-Du-Mont était complètement différente, a-t-il indiqué à Sportcom. «Tu sens que même si ce sont les mêmes coureurs que d'habitude, ce n'est pas comme d'habitude. Il y a beaucoup plus de tensions.»

«C'est comme s'il y avait un tout autour de l'événement. L'attention médiatique, l'enjeu, le public... Il y a du monde sur les routes pendant les 188 kilomètres de course!», a poursuivi le Québécois qui s'attendait tout de même à ce genre de grande tension et de nervosité dans le peloton «durant cette journée très rapide et venteuse».

Sur le vélo, les sensations étaient tout de même bonnes pour le Québécois. «Je me sentais vraiment bien dans mes jambes. C'était juste dans ma tête... J'ai essayé beaucoup de me parler et de concentrer.» Duchesne a retrouvé son calme à l'approche du sprint final, là où la course a pourtant été la plus nerveuse. «C'est là que ç'a mieux été. Je suis rentré dans ma job.»

Appelé à placer son coéquipier Bryan Coquart, l'athlète de 24 ans a retrouvé ses repères. «Ç'a bien été. Nous étions super bien placés, mais malheureusement, il y a eu une chute (de son coéquipier Angelo Tulik à 3 km de l'arrivée). Ça nous a désorganisés, mais Sylvain Chavanel a réussi à remonter Coquart, et Yohann Gene a réussi à le replacer dans la roue de Cavendish. Il a réussi un bon sprint et il a fait ce qu'il pouvait même s'il avait été un peu gêné par la chute.»

Septième à croiser la ligne d'arrivée, Coquart a terminé dans le même temps que le gagnant, le Britannique Mark Cavendish (Dimension Data), qui a du même coup endossé le maillot jaune. En terminant 70e, Antoine Duchesne a pour sa part accusé un retard de 45 secondes sur le vainqueur du jour.

Dimanche, la deuxième étape du Tour débutera à Saint-Lô pour se terminer à Cherbourg-Octeville, 182 kilomètres plus tard. Les membres de Direct Énergie tenteront tout ce qu'ils peuvent pour bien placer Coquart en fin d'épreuve. «C'est un gros objectif pour nous, car c'est une arrivée qui convient vraiment bien à Bryan. C'est une arrivée avec une petite bosse, alors ça enlève beaucoup de clients pour le final.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer