Camil Tremblay se promet de répéter l'expérience

Stéphane Dubois et Camil Tremblay, ici entourés de... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Stéphane Dubois et Camil Tremblay, ici entourés de leurs entraîneurs Carl Saint-Hilaire et Robert Girard, ont participé au 100 km de l'Ultra Trail couru la fin de semaine dernière au mont Albert. Un défi qu'il ont relevé après un peu plus de 23 heures d'efforts.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Si l'aventure lui a coûté quelques ongles d'orteils, Camil Tremblay ne garde que de bons souvenirs de sa participation à l'Ultra Skymarathon du mont Albert, la fin de semaine dernière, dans le Parc national de la Gaspésie. Il se promet de répéter l'expérience l'an prochain.

Affilié à la Fédération internationale de skyrunning, l'Ultra Trail du mont Albert propose des épreuves de 100, 42, 22 et cinq kilomètres aux coureurs. Le festival vient de connaître sa troisième édition.

Camil Tremblay et Stéphane Dubois ont participé à la plus longue des épreuves au menu du week-end. Elle a été disputée avec un dénivelé positif et négatif de 6000 mètres. Au moins trois autres athlètes de la région, Sylvain Lavoie (3e), Marie-Christine Dion (1re chez les femmes) et Hugues Drolet, ont de leur côté tenté l'expérience du 42 kilomètres.

«Ce fut assez difficile, raconte Camil Tremblay. La compétition a débuté à 5h, samedi matin, et elle a été disputée dans différentes conditions. Les montées étaient quand même assez importantes. À certains endroits, il y avait encore de la neige. Le parcours est assez ''rock and roll'', mais c'était aussi de toute beauté. À un moment donné, on est arrivé sur un plateau et on a vu des caribous. Il y avait un petit lac.

«Nous avions 24 heures pour faire la course. Tout au long du parcours, il y avait des points de contrôle. À chaque occasion, il fallait respecter des temps de passage. J'ai terminé en 23h34 m, mais nous n'avons pas fait la compétition pour le temps. Nous l'avons fait pour l'expérience, pour le plaisir de la terminer. Dans notre cas, ce n'était pas une question de vitesse. À certains points de ravitaillement, nous avons pris le temps de relaxer. Nous avons aussi arrêté une heure en raison d'un gros orage. À cause des éclairs, nous ne pouvions plus aller sur la montagne. Lors des 15 premiers kilomètres, nous avons suivi chacun notre rythme. Nous avons fait les 85 derniers ensemble.»

Camil Tremblay se réjouit de s'être entraîné sérieusement en préparation de sa participation à l'Ultra Skymarathon du mont Albert. Il s'est préparé sous la supervision de Carl St-Hilaire et en suivant un programme monté par Robert Girard. Un marathon de raquette à Boischatel, les 12 heures du Cégep de Chicoutimi et l'Ultramarathon Leucan ont aussi fait partie de sa préparation.

«La préparation est primordiale, rappelle-t-il. L'aide de Carl et de Robert a été précieuse. Ils m'ont aidé à me motiver. Tout seul, ç'aurait été plus difficile. Je suis un gars ordinaire qui a commencé la course à pied il y a cinq ans pour une question de remise en forme.

«J'ai beaucoup aimé l'expérience et je la répéterai certainement l'an prochain. C'est avant tout une question de développement personnel. Tu cours pendant plus de 23 heures. Oui, tu peux prendre des pauses, mais c'est de la course en sentiers pendant de longues heures. Tu montes des montagnes, tu passes dans les ruisseaux, etc. C'est du trail à l'état pur dans un environnement extraordinaire, avec 5200 mètres de dénivelé. En comparaison avec le mont Albert, le mont Valin est une butte.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer