Du mont Sainte-Claire au Mont-Saint-Michel

Natif de Chicoutimi, Antoine Duchesne réalisera le rêve... (Archives, La Presse)

Agrandir

Natif de Chicoutimi, Antoine Duchesne réalisera le rêve de tout cycliste professionnel à partir de samedi alors qu'il sera à la ligne de départ de la première étape du Tour de France 2016.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Antoine Duchesne sera bien loin de la longue côte qui donne accès à la station TVA du mont Sainte-Claire, samedi, quand il se lancera dans la plus grande aventure de sa carrière au Mont-Saint-Michel. Le cycliste natif de Chicoutimi s'attaquera alors pour la première fois à l'épreuve suprême de son sport, le Tour de France.

Celui qui avait l'habitude de s'entraîner dans la côte du mont Sainte-Claire à ses premières années sur un vélo a confirmé lundi matin, sur sa page Facebook, sa présence au sein de l'équipe Direct Energie au Tour de France. Du même coup, il a assuré n'avoir jamais rêvé aussi grand. Il deviendra le troisième Québécois à participer à la Grande Boucle, après Pierre Gachon, originaire de France, en 1937, et David Veilleux, en 2013. Ce dernier a été le seul à atteindre le fil d'arrivée sur les Champs-Élysées.

Pour différentes raisons, celui qui a participé au Tour d'Espagne en 2015 (la Vuelta) est convaincu que sa plus difficile compétition en carrière l'attend dans les prochaines semaines.

«Sans aucun doute, répond Duchesne. C'est dans les mêmes niveaux que la Vuelta, mais tu ajoutes plus de tension, plus de pression et deux ou trois leaders de plus qui seront à 100 pour cent de leurs capacités. Chaque équipe délègue sa formation numéro un et chaque coureur est à 100 pour cent. Il n'y a pas un coureur qui fait le Tour de France juste pour une préparation. Ce sera un cran au-dessus de tout ce que j'ai fait, mais je suis un cran au-dessus de ce que j'ai toujours été. Je suis prêt pour ça. La motivation ne sera pas difficile à trouver.»

Sans lever le nez sur la possibilité de réaliser de belles performances individuelles si les occasions se présentent, Antoine Duchesne devrait principalement donner un coup de main aux plus gros noms de son équipe pendant le Tour de France.

«L'équipe est vraiment basée autour de Bryan (Coquard) cette année, explique celui qui est surnommé le Caribou. Nous avons nos deux grimpeurs en Fabrice (Jeandesboz) et Romain (Sicard). Ce sont nos gars pour le général et la montagne. Pour le reste, l'équipe sera pas mal autour de Bryan. Thomas Voeckler et Sylvain Chavanel auront souvent leurs cartes, mais ils vont aussi aider beaucoup. Le train sera formé de Yohan (Gène), moi, Adrien (Petit) et Angélo (Tulik). Nous sommes habitués de courir ensemble et de faire des sprints avec Bryan. Nous avons l'équipe pour gagner des étapes. C'est notre gros objectif depuis le début de l'année.

«Dans toutes les étapes de plaine, nous ferons le travail pour amener Bryan à la fin le mieux possible. En montagne et dans les étapes intermédiaires, mon rôle sera d'essayer d'aller dans les échappées, d'essayer d'anticiper des coups avec nos grimpeurs, d'essayer de gagner si l'occasion se présente. Le but est de gagner. Lors des étapes qui pourraient être favorables à Bryan, nous travaillerons pour lui. Je ne gagnerai pas sur les sprints. Pour un coureur de mon style, la chance de gagner une étape peut être d'une sur 200. Je ne sais pas si je suis rendu là. Mais on ne sait jamais ce qui peut arriver.»

Reconnaissant

Dans son message sur sa page Facebook, Antoine Duchesne, qui a été appelé à accorder plusieurs entrevues pendant la journée de lundi, a pris la peine de remercier les gens qui l'ont aidé au début de sa carrière. Pour le cycliste de 24 ans, il était important de le faire.

«Souvent, ces gens sont oubliés et on ne pense qu'à ce qui se passe aujourd'hui et aux commanditaires actuels, a souligné Antoine Duchesne. Quand tu n'as rien, ce sont les parents, les entraîneurs et les gens de ton entourage qui font une grande différence. Sans des gens comme Pierre Bourgeois et sa conjointe Manon, Éric (Jacques) et les gens de l'Acidose lactique et d'EVA Devinci, qui sait où je serais. Ce n'était pas simple de réussir à monter. Des gens comme Félix (Gauthier, de Devinci) m'ont aidé à aller au Championnat du monde. Les premiers pas sont très importants et il faut avoir des gens pour nous aider.»

Antoine Duchesne et ses coéquipiers se présenteront au Mont-Saint-Michel mercredi. Cette journée risque d'être encore mouvementée pour l'athlète natif de Chicoutimi puisque la liste des cyclistes canadiens qui participeront aux Jeux olympiques de Rio sera dévoilée en après-midi.

Ambassadeur en sol français

Le photographe français Jean-Marc Hecquet, qui a couvert les éditions de la Coupe des Nations U23 en sol saguenéen, estime qu'Antoine Duchesne a bien mérité sa place au sein des neuf coureurs qui prendront le départ du Tour de France 2016 samedi.

«Il a fait un très bon début de saison, surtout sur Paris-Nice où il s'est battu comme un lion pour garder son maillot de grimpeur (qu'il a d'ailleurs remporté). Par la suite, il s'est appliqué pour l'équipe, jouant la carte du travail pour (Bryan) Coquard ou autre leader de l'équipe, a commenté le photographe/animateur de ''veloracingnews'' via Facebook. «C'est un garçon qui nous amène de la fraîcheur. C'est du bon bois. Suite aux nombreux reportages télé sur lui, Antoine est devenu ''votre ambassadeur canadien'' sur le sol français, parlant de la vigne et de l'arrière-pays provençal. Son sourire est devenu légendaire chez nous. Sa disponibilité, sa gentillesse font du bien dans ce cyclisme professionnel à la mode Froome», ajoute l'infatigable photographe qui a aussi bien connu le cycliste natif de Chicoutimi lorsque ce dernier portait les couleurs de la formation junior Wasquehal en 2008-09. À l'époque, Duchesne courrait aux côtés d'Arnaud Démare, qui est maintenant avec l'équipe professionnelle FDJ (Française des Jeux). Pour ceux qui ont suivi la Coupe des Nations U23 Ville de Saguenay, Démare et Duchesne s'alignaient chacun pour l'équipe nationale de leur pays lors de l'édition 2011. Démare avait remporté la première et la dernière étape de cette édition. Quant à Duchesne, il avait pris part à quatre éditions de la Coupe des Nations U23 Ville de Saguenay, soit 2010, 2011, 2012 et 2013.

Johanne Saint-Pierre

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer