Un défi à la hauteur des attentes

L'équipe du capitaine Simon Thibault (en vert) a... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

L'équipe du capitaine Simon Thibault (en vert) a remporté le volet équipe du Tour extrême.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La première édition du Tour extrême, le défi des capitaines, en a fait voir de toutes les couleurs à la vingtaine de participants présents samedi. Les 206 kilomètres autour du lac Saint-Jean, le temps chaud et humide, les orages et les vents tourbillonnants n'ont toutefois pas suffi pour venir à bout de ces valeureux cyclistes.

Dans le volet équipe, le quatuor composé du capitaine Simon Thibault et de ses coéquipiers Yannick Maltais, Daniel Fortin et Michel Plourde ont franchi le fil d'arrivée à l'hôtel de ville de Desbiens les premiers. Ils ont mis 5 heures et 50 minutes pour compléter l'épreuve, bon pour une impressionnante moyenne de plus de 36 km/h.

«On est habitué de faire des courses, mais des courses longues de 200 kilomètres, c'est assez rare, a mis en contexte Simon Thibault. On est parti peut-être un peu trop vite et on a payé le prix en cours de course. On s'est ensuite ajusté et on a été en mesure de conserver une bonne cadence.»

S'il était d'avis que le Tour extrême était une belle initiative de l'organisateur Sylvain Grenier, le capitaine de l'équipe gagnante déplorait qu'un trop petit nombre de cyclistes se soit inscrit. Selon lui, les gens craignent l'esprit compétitif des compétitions organisées.

«Les lignes de départ et les chronomètres, les gens n'aiment pas ça, a tranché Simon Thibault. Pourtant, il y a beaucoup de bons rouleurs dans la région et plusieurs auraient été capables de faire ce qu'on a fait aujourd'hui (samedi). De notre côté, c'était vraiment un défi personnel qu'on se lançait.»

Marc Saint-Jean en solo

Marc Saint-Jean a dompté, seul comme un grand, les routes du Lac-Saint-Jean. Le cycliste a complété les 206 kilomètres du trajet en six heures et 32 minutes. L'homme de Saint-Bruno estime que la connaissance du parcours l'a aidé à sortir gagnant.

«À la base, on fait ce genre de défi pour nous, a lancé M. Saint-Jean. J'ai commencé à penser que je pouvais terminer au premier rang une fois rendu à Sainte-Monique. La chaleur n'a pas aidé et on aurait cru que le vent était toujours défavorable. Malgré tout, c'était un très bel événement.»

Sylvain Grenier dressait un bilan positif de cette première édition du Tour extrême. L'organisateur et «ultra-crinqué» envisage de modifier légèrement le concept, tout en soulignant que la base était la bonne.

«Les conditions n'étaient pas idéales avant tantôt de la chaleur, tantôt des orages, mais les participants ont apprécié, a mentionné Sylvain Grenier, réitérant sa volonté de créer une portée internationale à l'événement. L'an prochain, on va peut-être déplacer la course du samedi au dimanche puisqu'il y a beaucoup d'activités en même temps à Desbiens.»

Le Tour extrême se déroulait dans le cadre du festival Desbiens Extrême VII.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer