La Croatie surprend l'Espagne

Ivan Perisic a marqué à la 87e minute... (Photo AP)

Agrandir

Ivan Perisic a marqué à la 87e minute pour permettre à la Croatie de devancer l'Espagne au premier rang du groupe D à l'Euro 2016.

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

Ivan Perisic a fait vibrer les cordages à la 87e minute et la Croatie a surpris l'Espagne 2-1, mardi, pour terminer en tête du groupe D à l'Euro 2016.

Le but victorieux de Perisic a procuré une première victoire à la Croatie en 22 ans et mis un terme à la séquence sans défaite de l'Espagne à l'Euro qui remontait à 2004.

«Notre esprit d'équipe a été essentiel et nous nous sommes battus jusqu'à la dernière minute, a déclaré Perisix par l'entremise d'un interprète. Je crois que nous pourrons aller loin (dans ce tournoi). Si nous jouons comme ça, nous pourrions même aller jusqu'au bout.»

Ce revers signifie que la Roja affrontera l'Italie en huitièmes de finale au Stade de France, à Saint-Denis. La Croatie croisera le fer avec l'un des pays qui terminera en troisième place de son groupe à Lens.

L'Espagne avait pourtant entamé la rencontre sur les chapeaux de roue. L'attaquant Alvaro Morata a donné les devants aux siens dès la septième minute en effectuant une tête sublime à la suite d'un tir du milieu de terrain Cesc Fabregas.

Nikola Kalinic a créé l'égalité tout juste avant la mi-temps, à l'aide d'une belle talonnade qui a trompé la vigilance du gardien ibérique David De Gea tout juste à l'intérieur du poteau du côté rapproché.

L'Espagne aurait pu reprendre les commandes du match à la 72e, mais le penalty octroyé au défenseur Sergio Ramos a été stoppé par le gardien croate Danijel Subasic.

Cette chance en or ratée s'est révélée coûteuse puisque Perisic a inscrit le but victorieux alors qu'il ne restait que quelques minutes à la rencontre. Perisic a trouvé le fond du filet d'un tir à ras le sol du pied gauche.

«Nous étions plus ou moins en contrôle de la rencontre, a noté l'entraîneur espagnol Vicente Del Bosque par l'entremise d'un interprète. Nous avons commis quelques erreurs et ils en ont profité. Nous devons tourner la page... et nous devrons mieux nous préparer.»

Les deux équipes avaient entamé la rencontre présentée au Stade de Bordeaux en sachant qu'elles participeront à la phase éliminatoire de l'Euro. Elles voulaient cependant s'assurer la victoire afin d'éviter un duel en huitièmes de finale contre l'Italie.

Ce résultat a mis un terme à la séquence de 14 matchs sans défaite de l'Espagne au cours des deux derniers championnats européens de football. Il a aussi stoppé à sept sa série de rencontres sans allouer de but.

République tchèque 0 Turquie 2

La Turquie a rebondi après avoir encaissé deux défaites à l'Euro 2016 en blanchissant la République tchèque 2-0 dans l'autre match à l'affiche dans le groupe D. Elle a ainsi conservé ses chances d'accéder à la phase éliminatoire.

Burak Yilmaz et Ozan Tufan ont marqué pour la Turquie, respectivement aux 10e et 65e minutes de la rencontre.

«Je suis très heureux, parce que j'ai marqué un but crucial dans un match sans lendemain, a expliqué Yilmaz. Ce fut une belle soirée et tout un but. J'espère que nous poursuivrons notre route.»

Puisque leur équipe n'a pas touché la cible lors de ses deux premiers matchs contre l'Espagne et la Croatie, les partisans turcs ont célébré avec des feux d'artifice et des fusées éclairantes qui ont été lancés sur le terrain après le deuxième filet de leurs favoris.

La Turquie doit attendre la fin du dernier match de la phase de groupes mercredi afin de savoir si elle sera l'une des quatre meilleures équipes de troisième place.

La Croatie a remporté le groupe D avec sept points, l'Espagne a suivi avec six, la Turquie a terminé troisième avec trois et les Tchèques ont abouti en queue de peloton avec un seul point, 20 ans après qu'ils eurent atteint la finale et 40 ans après être devenus les champions d'Europe à l'époque de la Tchécoslovaquie.

Irlande du Nord 0 Allemagne 1

L'Allemagne a complètement dominé l'Irlande du Nord, mais n'a pu faire mieux qu'une victoire de 1-0, tout de même suffisante pour assurer à la championne du monde en titre de terminer au sommet du groupe C à l'Euro 2016.

Les footballeurs de la Mannschaft se sont butés au gardien Michael McGovern ainsi qu'au cadre de son filet. Seul le but de Mario Gomez, inscrit dans la 30e minute, a fait la différence.

«C'était le match de leur vie contre les champions du monde, a lancé l'entraîneur allemand Joachim Low. Nous aurions pu mener 3-0 ou 4-0 à la mi-temps.»

L'Allemagne se retrouve au sommet du groupe C avec sept points et affrontera l'une des équipes de troisième place en huitièmes de finale.

Le brio de McGovern permettra peut-être à l'Irlande du Nord, troisième du groupe avec trois points, puisse passer au tour suivant comme club de troisième place. Leur différentiel neutre (deux buts marqués et autant de buts encaissés) pourrait grandement les aider.

Les bruyants partisans nord-irlandais ont d'ailleurs scandé «We not going home» («Nous ne rentrons pas à la maison») dans les dernières minutes du match. Ils croient sûrement pouvoir disputer au moins une autre rencontre dans ce tournoi, possiblement samedi, dans ce même Parc des Princes, contre le pays de Galles.

Pour cela, ils pourront remercier McGovern, qui s'est dressé devant Thomas Müller et Mario Gotze par deux fois alors qu'ils se sont présentés seul devant lui, en plus de repousser une tête de Gomez en fin de match.

Ukraine 0 Pologne 1

La Pologne, qui a signé à Marseille un gain de 1-0 face à l'Ukraine, a aussi sept points, mais elle termine deuxième en vertu du différentiel de buts: l'Allemagne a marqué trois fois contre aucun but encaissé, tandis que la Pologne affiche un différentiel de plus-2.

C'est un but du substitut Jakub Blaszczykowski à la 54e minute qui a assuré une place en huitièmes aux Polonais.

Même sans l'apport de l'attaquant Robert Lewandowski, la Pologne a pu se qualifier pour la phase éliminatoire du Championnat d'Europe pour la première fois de son histoire.

Lewandowski, auteur de 13 buts en phase de qualification, n'a toujours pas marqué et a bousillé quelques occasions en or en première demie, notamment après avoir accepté une passe d'Arkadiusz Milik. Le porte-couleurs du Bayern Munich a visé le coin supérieur gauche du filet, mais a complètement raté sa frappe.

«Le fait que Robert Lewandowski n'ait pas encore marqué n'est pas un problème pour notre équipe, a évoqué l'entraîneur polonais Adam Nawalka. Ce n'est qu'une question de temps. Il génère de nombreuses chances de marquer et je crois même qu'il marquera lors du prochain match.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer