Trois générations d'hommes forts

Germain Veilleux, William Veilleux et Harold Veilleux... (Photo courtoisie)

Agrandir

Germain Veilleux, William Veilleux et Harold Veilleux

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La compétition provinciale de dynamophilie tenue à Sainte-Marie-de-Beauce le 11 juin a été le théâtre d'un événement rare, voire d'une première québécoise, alors que trois générations d'hommes forts d'une même famille étaient en action.

Les Veilleux, William, 17 ans, son père, Harold, 52 ans, et son grand-père, Germain Veilleux, 75 ans, ont fait flèche de tous bois, chacun ayant gagné dans sa classe et dans sa catégorie!

En effet, William a établi 13 records dans trois classes d'âge différentes, avec des levers de 185 kilos à la flexion des jambes (squat), 117.5 kilos au développé couché (benchpress) et 245 kilos au soulever de terre (deadlift), et ce à un poids corporel de 68.8 kilos. Pour  sa part, son paternel, Harold, 108.6 kilos, a établi quatre records provinciaux avec des levées de 235 kilos à la flexion des jambes et 142.5 kilos au développé-couché. Quant au doyen de la compétition et de la fédération, il n'est pas en reste. Germain Veilleux a réalisé pas moins de 10 records provinciaux et trois records canadiens en réussissant 82.5 kilos à la flexion des jambes, 60 kilos au développé-couché et 125 kilos au soulever de terre, avec un poids corporel de 80.1 kilos.

De père en fils

Éducateur physique à l'école Notre-Dame-des-Anges de Dolbeau-Mistassini, Harold Veilleux possédait  un bon bagage en entraînement et en musculation. C'est le jeune William, alors âgé de 12-13 ans, qui lui a demandé de l'entraîner. «J'ai commencé à l'entraîner d'une façon systématique en lui montrant toutes les techniques adéquates. Après un an ou deux, comme il les maîtrisait bien, on a commencé à mettre des charges de plus en plus lourdes. Puis, je suis allé voir sur un site de dynamophilie et en regardant sa catégorie par rapport à son poids, j'ai vu qu'il était déjà très bon. Je l'ai inscrit à une première compétition comme novice et il a très bien fait. Deux trois mois plus tard, Mario Roy, qui est vraiment spécialisé en dynamophilie, l'a pris en charge et William a vraiment progressé», raconte Harold Veilleux. Mais voilà que fiston a piqué l'orgueil du paternel au vif en lui disant de venir lui-même tester la valeur de ses conseils.

«Je me suis mis à m'entraîner et comme j'avais déjà un bon bagage, je me suis mis à performer et à battre des records provinciaux et canadiens, raconte-t-il avec humour. Quant à mon père (Germain), il nous accompagnait toujours en compétitions. C'est Mario (Roy) qui l'a titillé en lui disant qu'il serait capable (de bien faire). Mon père est un ancien forestier et il a toujours été quelqu'un de très actif. Et les Veilleux sont réputés pour être assez costauds. Mario lui a donc fait un programme d'entraînement et il a quand même assez bien répondu.»

Leur progression respective a passé le test haut la main, lorsqu'ils ont participé à une compétition régionale à Sainte-Marie de Beauce. «Mon père est le premier à s'être inscrit dans la classe Maître 4 (70 ans et plus), une catégorie instaurée depuis 2011», souligne fièrement le Dolmissois.

Le trio d'hommes forts a beaucoup de plaisir ensemble, surtout qu'ils améliorent des marques. Ont-ils l'intention de continuer encore longtemps? «À 52 ans,  j'ai encore de l'intérêt à poursuivre. J'aime le ''feeling'' de m'entraîner avec mon garçon et qu'on se challenge. L'autre jour, j'ai fait 247 kilos au soulever de terre (deadlift) et il en a fait 245. Il y a comme une petite compétition qui s'est installée et c'est le fun», explique le paternel. Par contre, William a fait une demande pour joindre les Forces armées canadiennes et s'il est accepté, ils ne pourront plus s'entraîner ensemble. «Je ne sais pas si l'intérêt sera encore là après», nuance Harold Veilleux. Son père, Germain, est lui aussi intéressé à poursuivre l'aventure.  «C'est comme un pionnier dans le domaine et il a comme une pression. Je suis sûr qu'il va être challengé bientôt.»

Quant à William, il continue d'impressionner et de reléguer des records aux oubliettes. L'an passé, il avait établi un nouveau record mondial au soulever de terre chez les 66 kilos. L'ancienne marque était de 221 kilos et il a soulevé 235 kilos. Toutefois, seuls les résultats en compétitions nationales sont reconnus et comme William a fait cet exploit lors d'une compétition provinciale, son record n'a pu être reconnu officiellement. «Mon gars est de niveau international. Il lève des barres qui accotent les meilleurs au monde», lance fièrement Harold Veilleux. Pour l'instant, son fils projette de participer à une autre compétition provinciale ainsi qu'aux Championnats canadiens de dynamophilie qui auront lieu à Jonquière en mars 2017.

Quelques marques réécrites

Le Club de force et de musculation Élite de Dolbeau-Mistassini était fort bien représenté au Québec Open de Sainte-Marie-de-Beauce qui réunissait 54 athlètes des quatre coins du Québec. Ces derniers visaient à se qualifier pour le championnat provincial qui aura lieu les 12 et 13 novembre, à Drummondville.

Pour le club jeannois, la délégation de huit athlètes, dont deux de Saint-Félicien, s'est distinguée en réussissant quelques records provinciaux et nationaux. L'entraîneur en chef Mario Roy était très fier des prestations de son équipe, d'autant plus que trois de ses athlètes en étaient à leur première compétition

«Ce fut une journée inoubliable pour tous ces athlètes et leurs entraîneurs», commente-t-il.

Outre les performances du trio de Veilleux (voir autre texte), l'entraîneur-chef Mario Roy souligne les performances de Rémy Dufour (102.3 kilos), qui est l'auteur d'un record provincial, lui qui a soulevé dans l'ordre 195-155-252.5 kilos. Pesant 62.5 kilos, Marc-Antoine Fraser a soulevé 140-102.5-197.5  kilos, ce qui lui donne la meilleure performance au Québec chez les juniors moins de 66 kilos. La toute menue Manon Pronovost , qui pèse 51.1 kilos, a soulevé 55-42.5-115 kilos. Les deux représentants de Saint-Félicien ne sont pas en reste non plus. La petite junior Christine Charrette (48.8 kilos) a réalisé des levers de 57.5-40-105 kilos alors qu'Olivier De Launière, chez les plus de 40 ans et moins de 105 kilos, a levé 252.5-157.5-260 pour établir deux records provinciaux.

L'équipe comprenait aussi Dan Riverin de Québec (10 records provinciaux et trois records Canadien chez les 60 ans et plus catégorie moins de 120 kilos), Daniel Dionne du Bas du fleuve (un record provincial chez les plus de 40 ans et moins de 93 kilos), Max Gosselin de Drummondville (première compétition).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer