Silber Pro reste maître

Au classement général final, Ryan Roth a enfilé... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Au classement général final, Ryan Roth a enfilé le maillot tandis que son coéquipier Benjamin Perry a pris le 2e rang devant Mikhel Raim d'Academy Cycling.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Champions en titre du Grand Prix cycliste de Saguenay, les membres de la formation Silber Pro ont défendu avec succès leur maillot jaune et leur titre au classement par équipe en s'imposant à nouveau lors de cette 3e édition.

Après avoir remporté l'étape de jeudi, à Jonquière,... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 1.0

Agrandir

Après avoir remporté l'étape de jeudi, à Jonquière, l'Américain Bryan Lewis de la formation Lupus a démontré qu'il avait du coeur à revendre et un moral d'acier. Après avoir fait partie de l'échappée initiale, il a roulé en solitaire sous la pluie pendant une bonne partie de l'étape. Il quitte Saguenay avec une première victoire UCI et le maillot du meilleur grimpeur.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Comme l'an dernier, l'équipe dirigée par Gordon Fraser a réussi le doublé en terminant en force, dominant le classement général final avec quatre coureurs dans le top-6.

Deuxième depuis le début du GP, l'Estonien Mikhel Raim a glissé au 3e rang au classement général, puisque le leader de l'équipe victorieuse, Ryan Roth, a livré toute une performance lors de la 4e étape pour s'emparer de la convoitée tunique jaune détenue jusque-là par son propre coéquipier, Benjamin Perry.

Troisième avant l'étape de dimanche avec 33 secondes de retard sur son coéquipier, le vétéran de 33 ans a terminé l'épreuve de 149,8 km au 2e rang avec 33 secondes d'avance sur Perry qu'il a pu devancer au final avec les bonifications en temps à l'arrivée.

En entrevue, le nouveau roi du GP de Saguenay a expliqué que « le plan de départ était de remporter la course avec l'équipe, peu importe qui serait couronné. Pendant un bon moment, ça aurait pu être Alex (Cataford) qui était dans l'échappée initiale (et qui était 4e avant la dernière étape) », a expliqué celui qui, même s'il n'a pas gagné d'étape, a vu sa constance payer.

Pour sa part, le jeune Perry, 22 ans, a admis qu'il aurait bien aimé conserver le maillot jaune, mais l'important était que la tunique reste dans l'équipe, peu importe qui l'endosserait. « Personnellement, j'espérais le gagner, mais le maillot reste dans l'équipe et c'est ce qui importe. On a parfaitement respecté la stratégie. Il était possible qu'à la fin, Raim me batte comme il l'a fait par une demi-roue. Si Ryan était dans l'échappée à l'avant, il pouvait gagner le maillot jaune », a-t-il commenté en rappelant que Silber avait quatre coureurs dans le top-6 avant l'étape de dimanche. D'ailleurs, Perry n'est pas reparti les mains vides puisqu'il a conservé le maillot blanc du meilleur jeune âgé de moins de 23 ans et celui du meneur aux points qu'il détenait depuis la première étape.

Quant au directeur sportif, Gordon Fraser, il était très fier de ses protégés. « Aujourd'hui, nous avons voulu inverser les rôles. On dit que la meilleure défense, c'est l'attaque et c'est ce que nous avons fait avec Alex (Cataford) et Matteo (Dal-Cin) dans la première échappée du jour. Et en ayant un équipier avec le maillot jaune virtuel du jour, nous étions en bonne position. La victoire d'étape n'était pas un objectif », a-t-il expliqué.

L'équipe a d'ailleurs laissé partir les coureurs qui n'étaient pas menaçants pour le classement général et récolter des bonifications de temps, tout en étant prêt à contrer Raim, qui représentait une sérieuse menace en raison de son rang et de ses qualités de sprinteur. « Que ce soit Ryan ou Ben qui ait le maillot jaune, ça importe peu pour nous. Deux de nos coureurs sont sur le podium et nous avons le maillot jaune. C'est bien », a conclu celui qui a souligné une impressionnante progression chez ses jeunes depuis la saison dernière.

Eric Young au Grand Prix cycliste de Saguenay... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 4.0

Agrandir

Eric Young au Grand Prix cycliste de Saguenay

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Eric Young sur le podium... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 4.1

Agrandir

Eric Young sur le podium

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Victoire d'Eric Young

L'Américain Eric Young, de la formation Rally Cycling, a profité de la dernière étape pour remonter sur la plus haute marche du podium. 

En 2014, Young avait remporté les deux premières étapes du GP de Saguenay. Dimanche, il n'avait pas en tête de gagner l'étape, mais bien d'aider son coéquipier Pierrick Naud à remonter au classement. 

« Honnêtement, j'essayais juste de survivre. Pierrick faisait partie du top-10 et je voulais l'aider à améliorer son classement le plus possible. Je ne pensais même pas être capable de finir dans le groupe de meneurs aujourd'hui (hier), mais j'avais de bonnes jambes et j'ai roulé », a commenté Young qui prend la direction de la Beauce.

Pour lui, cette victoire termine son séjour sur une bonne note, ce qui n'avait pas été le cas en 2014 où il avait perdu le maillot jaune à la 3e étape.

Les efforts d'Elliott Doyle récompensés

Absent l'an dernier en raison d'une blessure, l'Almatois Elliott Doyle a vécu à la dure la 3e édition du Grand Prix cycliste de Saguenay. Membre de l'équipe Silber Pro, il a trimé dur pour aider son équipe à conserver ses acquis et ç'a été payant au bout du compte puisqu'effectivement, Silber Pro a fait coup double en remportant de nouveau le maillot jaune et le titre par équipe. 

« J'ai donné tout ce que j'avais pour aider l'équipe à préserver son avance et le maillot du meneur. Mais aujourd'hui (dimanche), je n'avais plus d'énergie », a admis celui qui a mis un terme à sa prestation après avoir amorcé le 3e tour.

« C'est l'une de mes premières expériences de rouler autant à l'avant-poste durant les courses et je suis heureux de partager les succès de l'équipe », ajoute le sprinteur qui aurait bien aimé profiter du critérium devant les siens pour montrer ce dont il est capable. « J'avais des attentes personnelles, avoue-t-il, mais en raison de la situation de mon équipe, j'ai davantage joué un rôle de soldat au lieu d'être un leader. Mais ça me convenait très bien. »

Par contre, l'Almatois n'accompagnera pas ses coéquipiers au Tour de Beauce. Il se préparera plutôt pour les Championnats canadiens qui auront lieu dans deux semaines. Il aimerait bien mettre la main sur le titre de champion canadien U23, mais il sera plus en mesure d'établir ses objectifs sur place, alors qu'il connaîtra ses rivaux.

L'autre Almatois d'origine en action, David Boily, espérait avoir les jambes pour animer cette dernière étape courue devant les siens. Ce qu'il a d'ailleurs fait en début d'épreuve en se glissant dans l'échappée initiale. Le porte-couleurs de Garneau-Québecor a toutefois mis le pied à terre après avoir amorcé le 4e tour de l'étape de 150 km. « Après le 2e tour, il y avait un groupe d'une dizaine de coureurs en échappée que je suis allé rejoindre. Par contre, ce n'était pas un groupe homogène et ils ne travaillaient pas beaucoup ensemble, de sorte que ça donnait beaucoup de coups. Et l'effort que j'avais fait pour les rejoindre m'avait déjà coûté beaucoup d'énergie. Dans la montée qui suivait, les gars montaient trop vite pour ce que j'avais été capable de donner auparavant », a-t-il expliqué.

Lorsqu'il a été repris par le peloton, « les gars de Cycling Academy avait pris le contrôle et j'avais commencé à geler. » Comme les 36 autres coureurs n'ayant pas terminé l'épreuve, Boily n'avait absolument rien à gagner à s'éreinter sous la pluie. Il a donc préféré écourter sa course et refaire le plein d'énergie en vue du Tour de Beauce qui commence mercredi.

Guillaume Boivin va mieux

Victime d'une violente chute samedi, au critérium, Guillaume Boivin a subi une légère commotion en plus d'une fracture ouverte à l'épaule droite. Il a finalement été opéré durant la nuit de samedi à dimanche et il devrait quitter l'hôpital mardi », a indiqué sa mère, Nancy Audet, lorsque jointe au téléphone.

Évidemment, le cycliste aux racines régionales ne pourra participer au Tour de Beauce, lui qui a le bras en écharpe. Quant à sa participation aux Championnats canadiens (25 juin), ses parents ont préféré ne pas s'avancer pour le champion canadien sur route de l'édition 2015. « On va voir pour la suite des choses. Ça va dépendre de la manière dont il récupère. »

Pour la dernière étape du Grand Prix cycliste... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 6.0

Agrandir

Pour la dernière étape du Grand Prix cycliste de Saguenay, les coureurs ont encore dû affronter la pluie. 

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Le système de sélection sera modifié l'an prochain

(Jonathan Hudon) - Pour la troisième édition du Grand Prix cycliste de Saguenay, prévu du 8 au 11 juin 2017, l'organisation entend modifier son mode de sélection afin de recruter les équipes. « Pour l'édition de cette année, quand on envoyait les invitations aux équipes, on leur envoyait le formulaire d'engagement en même temps, a expliqué le directeur général du GP de Saguenay, Gaétan Larouche, ajoutant qu'il aurait pu accueillir 30 équipes s'il avait pu. Ça nous compromettait un peu trop tôt donc l'an prochain, on va d'abord envoyer les invitations avant de faire une première sélection. Par la suite, on va faire parvenir les formulaires d'engagement. »

Des raisons budgétaires et logistiques empêchent l'organisation d'amener davantage d'équipes. À titre de comparaison, le Tour de Beauce qui débute mercredi a 17 formations inscrites. Cette nouvelle façon de faire va permettre aux gens de la région d'apprécier un spectacle plus relevé, selon les organisateurs.

« L'an dernier, on avait eu un petit problème avec le nombre d'équipes (seulement 12) donc on avait un peu l'état d'esprit d'amener un maximum d'équipes pour cette année, a pour sa part commenté le président Sébastien Gagnon. L'an prochain, avec une position avantageuse au calendrier et avec la qualité d'organisation qu'on a, on sait qu'on n'aura pas de misère à amener des équipes ici. »

Appelé à dresser un bilan de cette deuxième édition, le directeur général était pleinement satisfait des services offerts aux équipes, en plus de souligner le bon travail des bénévoles et du membre du conseil d'administration.

« Il n'y a jamais rien de parfait, mais dans l'ensemble, tout s'est bien déroulé, a résumé Gaétan Larouche. La température n'a pas été de notre bord, mais les athlètes ont démontré beaucoup de courage, particulièrement jeudi. Je peux vous dire que les athlètes ont souffert. »

Les cyclistes et membres des équipes ont également semblé apprécier leur visite au Saguenay, selon les premiers témoignages recueillis par l'organisation. Sébastien Gagnon est d'avis que le Grand Prix cycliste de Saguenay est en voie de se forger une réputation enviable dans le monde du cyclisme sur route.

« On va faire le bilan avec toutes les équipes, mais les commentaires sont très positifs, a confirmé le président. Les équipes sont très bien reçues par rapport à ce qui se fait sur l'America Tour et à ce qu'ils vivent lorsqu'ils participent à des courses en Europe. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer