Troisième édition du Grand Prix cycliste de Saguenay

Les amateurs de cyclisme seront servis cette année... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Les amateurs de cyclisme seront servis cette année avec la présence de trois coureurs aux racines régionales au Grand Prix de Saguenay, soit Elliott Doyle (Silber Pro), David Boily (Garneau-Québecor) et Guillaume Boivin (Academy Cycling Team). La troisième édition prend son envol jeudi midi, à La Baie.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avec un nombre record de 19 équipes inscrites (130 coureurs), le Grand Prix cycliste de Saguenay donnera le coup d'envoi de la 3e édition jeudi, sur le coup de midi, avec la présentation, à La Baie, de la première des quatre étapes. Le départ sera donné à la hauteur du Théâtre du Palais municipal à La Baie pour un total de 166,1 km (11 boucles de 15,1 km).

Elliott Doyle vise un podium

Membre de l'équipe couronnée championne de l'an dernier, l'Almatois Elliott Doyle compte évidemment faire tout son possible pour aider son équipe à défendre avec succès son titre et si possible, mettre la main sur un podium d'étapes.

L'an dernier, les membres de l'équipe Silber Pro Cycling avaient réussi le doublé en repartant à la fois avec le titre par équipe en plus du maillot jaune du Grand Prix cycliste de Saguenay. C'était toutefois sans l'Almatois de 22 ans qui avait raté la 2e édition en raison d'un vilain virus auquel s'est ajoutée une luxation de la clavicule lors d'une chute.

«Cette année, on est là pour défendre le titre», affirme d'entrée de jeu l'Almatois qui ne sait pas quel rôle il sera appelé à jouer. «On a plusieurs leaders et ça dépendra de l'étape de demain (jeudi). À partir de là, on va décider de la stratégie à mettre en place pour le reste de la semaine. Pour moi, personnellement, c'est sûr que je vise au moins un podium. C'est un objectif réalisable parce que ça finit souvent au sprint», explique-t-il.

Son épreuve de prédilection sera le critérium de samedi, au centre-ville de Chicoutimi. «Je l'aime beaucoup. Il est assez rapide et avec l'ambiance et la présence de la population, c'est vraiment plaisant!», ajoute celui qui en sera à sa troisième présence sur le circuit de l'élite cycliste à Saguenay, avec des participations à la dernière édition de la Coupe des Nations U23 en 2013 et à la première édition du GP cycliste de Saguenay en 2014.

Le temps froid et la pluie annoncés ne l'inquiétaient pas outre mesure. «Dans les derniers mois, j'étais ici, donc je suis quand même habitué de m'entraîner au froid, mais jeudi, ça s'annonce exceptionnel, avec du froid et beaucoup de pluie. Ce sera propice à plusieurs échappées, mais on va voir ce que ça donne à partir de jeudi. Si on est bien habillé, ce sera correct», estime celui qui portera le numéro 2.

Quelque 130 coureurs répartis dans 19 équipes animeront... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 4.0

Agrandir

Quelque 130 coureurs répartis dans 19 équipes animeront la 3e édition du Grand Prix cycliste de Saguenay. Les automobilistes seront donc invités à faire preuve de patience, de prudence et de courtoisie pendant que les cyclistes seront en action à Jonquière (Kénogami) vendredi, au centre-ville de Chicoutimi samedi, et sur les principaux boulevards de Chicoutimi dimanche.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

David Boily enfin de retour

David Boily fait office de revenant au Grand Prix cycliste de Saguenay. Le cycliste natif d'Alma revient de loin, lui qu'une blessure a tenu à l'écart de la compétition depuis juin 2013. Qu'à cela ne tienne, l'athlète de 26 ans se présente à Saguenay avec le goût plus que jamais de la compétition.

Mine de rien, la dernière présence de David Boily à Saguenay remonte à la Coupe des Nations U23 de 2012. L'an dernier, alors qu'il soignait ses muscles stabilisateurs et respiratoires par ostéopathie, il était venu à Saguenay, mais uniquement à titre de spectateur. Cette année, il est bien heureux d'être de retour en piste, au sein de l'équipe Garneau-Québecor.

Sa longue réhabilitation lui aura permis de faire le point sur son avenir dans le cyclisme et de confirmer qu'il avait le goût de revenir à la compétition pour poursuivre l'aventure. Un plaisir qu'il savoure pleinement depuis qu'il s'est joint à l'équipe Garneau-Québecor en mars. «C'est beaucoup de plaisir et bien du fun. J'ai retrouvé l'étincelle et je dirais même qu'elle est plus forte qu'avant. C'est vraiment le fun!» assure-t-il en entrevue.

Bien sûr, le retour est progressif et ses attentes ne sont pas extravagantes. Celui qui portera le #45 préfère y aller au jour le jour. «À l'occasion, j'ai encore quelques symptômes de ma blessure. (Ici) ce sera vraiment d'y aller une journée à la fois, de transmettre mon expérience aux autres coureurs plus jeunes et de travailler en équipe. Aider l'équipe du mieux possible, je suis là pour ça. (...) Mais ce sera vraiment d'avoir du plaisir en y allant une journée à la fois.»

Aidera-t-il son coéquipier Bruno Langlois à jouer les trouble-fête comme l'an dernier, alors que Langlois avait remporté deux des quatre étapes? «Bruno est en bonne forme. Si je suis capable de l'aider pour aller chercher une étape ou un classement général, je vais le faire», assure l'Almatois d'origine, qui compte bien profiter du fait qu'il court «à la maison» pour avoir du plaisir.

Guillaume Boivin gonflé à bloc

L'an dernier, Guillaume Boivin avait réussi le tour de force de terminer troisième au classement général final en dépit d'un genou sérieusement amoché quelques semaines plus tôt au Tour de Californie. Cette fois-ci, tous les espoirs sont permis pour le cycliste qui s'amène en pleine forme à la tête de la jeune équipe israélienne Academy Cycling Team.

«L'an passé, je suis arrivé ici avec une bonne blessure subie au Tour de Californie. Je n'étais pas très certain de ma condition physique, mais elle s'est améliorée au fil des étapes. Mais cette année, j'étais vraiment excité quand j'ai vu que l'équipe voulait venir ici. On est en forme, je suis en forme, et on est définitivement ici pour jouer les victoires d'étape et le classement général», a indiqué en entrevue celui qui a grandi au Saguenay.

Du point de vue individuel, Boivin (#161) souhaite faire mieux que l'an dernier. Il aimerait donc mettre la main sur le titre de vice-champion, si ce n'est la couronne de champion. D'ailleurs, à ses yeux, «c'est une motivation supplémentaire que ça se passe dans la belle région du Saguenay-Lac-Saint-Jean».

Chose certaine, la jeune équipe ne se pointe pas à Saguenay en touriste. «C'est sûr qu'on veut gagner, l'équipe et moi. Comme on a vu (par le passé), la première étape est quand même décisive pour le classement général. Selon moi, c'est la plus difficile puisqu'aucune équipe n'a le maillot de leader. C'est donc un peu plus difficile à contrôler. On va courir la première étape et on va analyser la situation après ça» assure le jeune «vétéran» de 27 ans.

«On est une jeune équipe qui aligne cependant des gars avec de bons moteurs. De plus, ça fait deux semaines que nous sommes ici (Amérique du Nord). On a fait une belle course à Philadelphie la semaine passée, donc on peut s'attendre à voir de belles choses ici. Je ne suis pas inquiet; on va être dans l'action», de conclure celui qui constate avec plaisir la progression constante de l'équipe au cours des derniers mois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer