Keven Bouchard s'attend à devenir agent libre

Keven Bouchard... (Archives Le Droit, Martin Roy)

Agrandir

Keven Bouchard

Archives Le Droit, Martin Roy

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Incapable de signer un contrat avec les Oilers d'Edmonton, Keven Bouchard sera de nouveau admissible au repêchage de la Ligue nationale dans deux semaines. Le gardien originaire de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix s'attend toutefois à ne pas être réclamé et devenir agent libre à compter du 1er juillet.

« Un joueur de 19 ans repêché dans la Ligue nationale, je ne me souviens plus du dernier qui a fait ça. Dans les collèges américains, ils ont des ligues pour se développer jusqu'à 23-24 ans. Comme je suis dans le junior majeur, si une équipe me repêche cette année, j'aurais encore deux ans pour signer, mais seulement une année junior à faire. C'est rare. S'il doit arriver de quoi, j'ai plus l'impression qu'une équipe va me signer directement », de faire valoir le choix de 7e ronde, 183e au total, lors de l'encan 2014. « À partir de là, je vais tomber agent libre. Ça ne veut pas dire que si Edmonton n'est pas intéressé, qu'aucune des 29 autres équipes ne m'offrira quelque chose. Si je n'ai rien, je vais retourner à Moncton, mais j'ai espoir qu'une organisation me signe », explique-t-il. 

Même s'ils ne lui ont pas offert de contrat, malgré une solide fin de saison, les dirigeants des Oilers lui ont quand même laissé savoir qu'ils auraient une place pour lui au camp comme invité, s'il traverse les deux autres étapes. « Ils n'ont pas jeté la serviette. Ils veulent simplement être certains de mon potentiel », raconte Keven Bouchard. 

« J'avais espoir qu'ils me signent. Quand tu joues au hockey, c'est ton rêve de jouer dans la Ligue nationale et de signer un contrat. Aller chercher le premier, c'est difficile. Ça ne veut pas dire que si je ne l'ai pas tout de suite, je ne l'aurai pas dans un mois ou plus tard. Il y a beaucoup d'exemples de joueurs qui sont d'abord repêchés, retournent au repêchage et signent un contrat par après. On n'a jamais dit que le hockey c'était facile et se rendre au bout, c'est encore plus difficile. Je n'ai pas jeté la serviette. Je vais continuer et c'est encore mon rêve de jouer dans la Ligue nationale », de confier Keven Bouchard qui n'écarte pas un retour avec les Wildcats de Moncton la saison prochaine à 20 ans. Il estime d'ailleurs avoir fait du très bon boulot avec l'entraîneur des gardiens de l'équipe après son acquisition aux Fêtes par le Drakkar de Baie-Comeau, ce qui s'est reflété dans ses performances.

« Je n'étais pas le même gardien », signale Keven Bouchard qui a mené son club jusqu'à la demi-finale en séries et une défaite en six rencontres face aux futurs champions, les Huskies de Rouyn-Noranda. 

« J'ai n'ai jamais eu les meilleures statistiques. À la fin de l'année, j'ai joué les 26 ou 27 derniers matchs et je pense que ç'a ouvert les yeux de plusieurs personnes », d'espérer Keven Bouchard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer