Défi cycliste «Une route sans fin»: 110 km de fierté

Une soixantaine de jeunes ont pris part à... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Une soixantaine de jeunes ont pris part à la 12e édition du défi sportif «Une route sans fin», mercredi.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Partis du Centre La Chesnaie de Roberval mercredi matin, les jeunes ont profité d'une magnifique journée ensoleillée pour réaliser leurs différents objectifs. Car une quinzaine d'entre eux s'étaient entraînés pour effectuer la centaine de kilomètres au programme. Parmi les braves qui ont roulé durant la journée, Tommy, 13 ans, était super satisfait de sa prestation, surtout qu'il en était à sa deuxième participation puisqu'il l'avait fait l'an dernier. «Je le fais pour me mettre en forme, pour que mon père soit content et aussi pour mon papy qui est malade. Je l'ai aussi fait avec mon petit frère Jordan», souligne-t-il avec entrain.

Le parcours se divisait en quatre sections, avec des arrêts prévus à Métabetchouan, Saint-Bruno (dîner), Larouche et Chicoutimi. Tous les participants, qui bénéficient des services de la Direction de la protection de la jeunesse, se sont entraînés au moins une à deux fois semaine depuis un mois et demi en vue de relever ce défi. Ils ont fait des sorties à l'extérieur et de l'entraînement en salle. Et ceux qui étaient moins entraînés ont fait une plus courte distance, mais tout le monde a eu de l'entraînement pour se préparer.

Les éducateurs Philippe McNicoll et Michaël Asselin prenennt... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 3.0

Agrandir

Les éducateurs Philippe McNicoll et Michaël Asselin prenennt part au défi «Une route sans fin» depuis les débuts. Leur bonne humeur et leur fierté à l'égard des jeunes qu'ils ont accompagnés n'ont pas diminué d'un iota.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Fierté

Les éducateurs/encadreurs Philippe McNicoll et Michaël Asselin prennent part à ce projet depuis la toute première édition. Chaque fois, la magie opère. «Les jeunes sont très fiers. Ils sont contents, ils ont eu une belle journée avec du soleil et ils ont réussi leur défi. À l'arrivée, tout le monde les a applaudis. Il n'y en a pas beaucoup qui sont habitués à ça», mentionne Michaël lorsqu'interrogé sur les réactions des jeunes. Effectivement, lors de l'arrivée, certains cyclistes avaient les yeux ronds et par moments, ils ne regardaient plus où ils allaient, déconcentrés par les applaudissements et les acclamations.

«Leurs yeux sont brillants, renchérit Philippe. Nos jeunes vivent parfois des choses difficiles en centre de réadaptation et une journée comme ça, passée en compagnie des éducateurs en plein air, ils y voient une belle réussite. Pour mon collègue et moi, c'est notre paie. C'est une très belle activité pour nos jeunes et c'est très agréable.»

L'événement est très apprécié par les participants et il n'est pas rare que plusieurs jeunes leur fassent part de leur intérêt pour la prochaine édition, et ce, même s'ils sont sortis du centre. «Oui, ça a un impact (chez les jeunes) parce qu'il y en a plusieurs qui nous reparlent de la ''Route sans fin'' quand ils ont passé à travers nos services depuis 12 ans», de conclure le duo d'encadreurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer