Hommage aux pionniers Justin Rochefort et Monique Rioux

Sur la photo, Ron Weiser, président de la... (Photo courtoisie)

Agrandir

Sur la photo, Ron Weiser, président de la FPVQ et André Beaulieu, président sortant de la FPVQ, entourent les filles de Mme Monique Rioux, Maryse et Annie Rioux, qui ont reçu l'hommage posthume rendu à leur mère samedi, dans le cadre du gala annuel de la fédération. Pionniers du patinage de vitesse courte piste dans la région, Mme Rioux, ainsi que M. Justin Rochefort ont été intronisés à titre de «bâtisseurs» au Temple de la renommée de la FPVQ.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Deux pionniers du patinage de vitesse courte piste régional ont joint le club sélect des bâtisseurs du Temple de la renommée de la Fédération de patinage de vitesse du Québec (FPVQ), samedi, dans le cadre de son gala annuel présenté cette année au Château Mont-Sainte-Anne.

Monique Rioux... (Photo courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Monique Rioux

Photo courtoisie

Justin Rochefort... (Photo courtoisie) - image 1.1

Agrandir

Justin Rochefort

Photo courtoisie

Monique Rioux et Justin Rochefort ont en effet été intronisés au Temple de la renommée à titre posthume pour leur travail de pionniers du patinage de vitesse au Saguenay Lac-Saint-Jean. Ils deviennent ainsi les 21e et 22e bâtisseurs à recevoir ce prestigieux honneur.

En entrevue téléphonique, le directeur général de la FPVQ, Robert Dubreuil, a rappelé que Mme Rioux avait agi comme présidente du club de Chicoutimi. Parmi les compétitions qu'elle a organisées durant les années 70 et 80, elle s'était notamment distinguée lors des Jeux du Canada présentés à Chicoutimi en 1983, alors qu'elle avait organisé les toutes premières épreuves de patinage de vitesse sur courte piste de l'histoire des Jeux.

«Auparavant, il n'y avait que du longue piste. Comme par hasard, Chicoutimi a donc accueilli les premières épreuves courte piste des Jeux du Canada», explique M. Dubreuil qui a côtoyé le fils de Mme Rioux, Sébastien, à l'époque où ce dernier évoluait chez les seniors. À l'époque, Sébastien Rioux avait terminé 8e au Championnat canadien.

«Mme Rioux a été une pionnière, un peu en même temps que M. Rochefort qui était là avant elle. Les deux ont eu une grande importance pour le sport et ont travaillé un peu en tandem», mentionne-t-il.

Comme Mme Rioux est décédée, ce sont ses filles, Maryse et Annie Rioux qui ont accepté le lourd trophée de bronze en son nom.

Lors du gala, un hommage a aussi été rendu à M. Rochefort, mais une autre cérémonie en présence de sa fille Michelle et de ses petits-enfants sera organisée dans le cadre des qualifications nationales qui seront tenues du 17 au 20 novembre au centre Georges-Vézina. L'organisation n'a appris que tout récemment que M. Rochefort avait une fille et que cette dernière est encore bien vivante. Après l'avoir contactée par téléphone, le DG de la fédération a convenu de tenir une cérémonie à Chicoutimi. «On va faire un soulignement particulier pour M. Rochefort et un clin d'oeil à Mme Rioux lors de la sélection nationale. On a préféré ce scénario plutôt que de reporter l'intronisation de ce soir. Sa fille était très contente. Elle sera présente et on pourra peut-être avoir ses petits-enfants», souligne M. Dubreuil.

Cela dit, Justin Rochefort a largement mérité l'honneur de la FPVQ. Déjà très impliqué dans le sport régional (baseball mineur et hockey mineur), M. Rochefort est le fondateur du club de patinage de vitesse de Chicoutimi, un sport qui, à l'époque, lui a attiré des moqueries. L'entraîneur bénévole a vu sa persévérance récompensée, lui qui a contribué aux succès de trois grands athlètes saguenéens, soit les frères Marc et Sylvain Gagnon ainsi que Frédéric Blackburn. À eux trois, les Gagnon et Blackburn ont remporté pas moins de huit médailles olympiques! D'ailleurs, Marc Gagnon (2002) et Fredéric Blackburn (2011) ont eux aussi été intronisés au Temple de la Renommée, dans le volet «Athlètes».

Samedi, une 20e grande dame est venue les rejoindre dans ce club prestigieux, soit Clara Hugues. La Québécoise d'adoption a été l'une des plus grandes athlètes en longue piste que la province a pu produire. Ses performances sportives, mais également son humanisme, confèrent à la sextuple médaillée olympique le statut de l'une des plus grandes athlètes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer