Les femmes changent la pêche

La préposée à l'accueil Lynda Petitgros attribue un... (Photo Le Progrès-dimanche, Roger Blackburn)

Agrandir

La préposée à l'accueil Lynda Petitgros attribue un lac de pêche au pêcheur Yves Bazinet.

Photo Le Progrès-dimanche, Roger Blackburn

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / Pour le directeur de la Réserve faunique Rouge-Matawin, Roger Lemieux, la présence de plus en plus importante des femmes dans les activités de pêche sportive a modifié l'approche et a provoqué des changements de mentalité dans l'offre des forfaits de pêche dans les réserves fauniques du Québec.

Texte: Le stagiaire Yannick Bergeron (gauche) se prépare... (Photo Le Progrès-dimanche, Roger Blackburn) - image 1.0

Agrandir

Texte: Le stagiaire Yannick Bergeron (gauche) se prépare à paticiper à des activités d'encemencement d'ombles de fontaine sur le teritoire de la réserve en compagnie du tecnicien de la faune François Lamothe.

Photo Le Progrès-dimanche, Roger Blackburn

Daniel Leboeuf, de la Sépaq, montre une belle... (Photo Le Progrès-dimanche, Roger Blackburn) - image 1.1

Agrandir

Daniel Leboeuf, de la Sépaq, montre une belle mouchetée capturée dans la réserve Rouge-Matawin.

Photo Le Progrès-dimanche, Roger Blackburn

«Il n'y a pas que le succès de pêche qui importe maintenant dans les forfaits. Le confort des unités d'hébergement, la propreté des lieux et des équipements adéquats font partie de nos services standards. Les meubles des chalets sont confortables, le four micro-ondes, le grille-pain, la gamme complète des équipements et ustensiles de cuisine, des balcons avec abri-moustiquaire et des salles de bain complètes avec eau chaude sont la norme. En bas de ça, les femmes ne viendront pas passer une fin de semaine dans le bois avec leur conjoint», assure le directeur de la réserve faunique.

Le gestionnaire de la Sépaq a même offert à la communauté environnante les abris temporaires (tente prospecteur et carré de tente), des équipements qui n'attirent plus la clientèle. Des abris sans douche (on se lave dans le lac) et sans installation sanitaire (toilette sèche à l'extérieur) ne font plus partie des standards de la réserve faunique.

«Si par le passé la pêche était une activité qui se pratiquait entre gars dans des installations rudimentaires, ce n'est plus le cas aujourd'hui», dit-il. «De plus en plus de couples souhaitent pratiquer l'activité pêche, ce qui nous amène à réfléchir pour l'avenir en ce qui concerne les offres d'hébergement pour deux personnes», fait-il valoir pour développer la clientèle.

Les jeunes montrent également un intérêt pour des multiproduits. «Les jeunes qui fréquentent notre territoire veulent pratiquer d'autres activités que la pêche pendant leur séjour. Ils ne sont pas toujours très friands à passer huit heures dans une chaloupe à pêcher toute la journée. Souvent ils optent pour la pêche en avant-midi et souhaitent faire du kayak, du canot, de la randonnée ou du vélo de montagne en après-midi. Ils aiment la diversité et sont plutôt très actifs», décrit le gestionnaire, qui est en poste depuis 2011 à la direction de la réserve.

La Sépaq mise de plus en plus sur les 60 ans et plus pour attirer les familles et les enfants sur leur territoire. Des forfaits avec des rabais intéressants pour les enfants et les 60 ans et plus font d'ailleurs partie de leur grille tarifaire. La relève passe donc par les grands-parents qui s'imposent comme des mentors pour les nouveaux adeptes. Dans le fond, on revient aux vieilles valeurs d'autrefois, alors que ce sont les parents et les grands-parents qui initient les jeunes à la pêche.

La Sépaq devrait d'ailleurs songer à des tarifs étudiants dans leurs forfaits. Les jeunes adultes étudiants n'ont pas les moyens financiers de fréquenter ces territoires ni les véhicules nécessaires pour y accéder. Peut-être que si papa et maman pouvaient amener leur jeune universitaire à pratiquer l'activité pêche, il pourrait y prendre goût dans l'avenir. Comme ce sont souvent les parents qui payent pour ce genre d'activités, un rabais étudiant deviendrait sûrement un bel incitatif.

Accessible

Le territoire de la Réserve faunique Rouge-Matawin est situé dans les régions de Lanaudière et des Laurentides, adjacent au parc national du Mont-Tremblant, et est facilement accessible en automobile. Plusieurs lacs de pêche sont situés le long de la route principale. Au cours des deux dernières années, de nombreux travaux d'amélioration de son réseau routier ont été effectués sur les routes principales avec la mise aux normes de ponts et ponceaux.

Nous avons pêché sur deux lacs différents lors de notre séjour au camp Sapin no 2. Les lacs étaient situés à 50 et 30 minutes de route de notre unité d'hébergement. Sur un des deux lacs, il était possible de se rendre au bord du débarcadère avec le véhicule alors que sur l'autre, il a fallu transporter nos équipements sur une distance d'environ 50 m. Il suffit de vous informer au poste d'accueil pour choisir les plans d'eau que vous préférez.

Avec une quinzaine de chalets répartis sur son territoire, des tentes hékipia et des terrains de camping aménagés, la réserve faunique promet des séjours de pêche très diversifiés avec une faune aquatique très variée. La variété des espèces sportives est considérable. Les pêcheurs peuvent pratiquer la pêche au touladi, au doré, au brochet, à l'omble de fontaine et à l'achigan à petite bouche. Plus de 450 plans d'eau sont accessibles.

Aménagement

Depuis 2011, la réserve s'est livrée à des travaux d'aménagement de frayères à l'omble de fontaine, ainsi que d'amélioration de l'habitat du poisson sur une quinzaine de plans d'eau. Des activités d'ensemencements annuels d'ombles de fontaine se déroulent en fonction du plan d'ensemencement sur 10 ans établi conjointement avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP).

Lors de notre séjour, nous avons capturé de superbes truites mouchetées pesant plus d'une livre avec différents leurres attractifs comme les cuillères ondulantes, poissons-nageurs et streamers. Plusieurs lacs de tête offrent une expérience de grande qualité avec des plans d'eau de taille moyenne, où il est plus facile de pêcher que dans les grands lacs. Il appartient aux pêcheurs de choisir ce qui leur convient le mieux en fonction des espèces recherchées.

Une des grandes qualités de la pêche dans les réserves fauniques, c'est que le nombre d'embarcations est limité sur les lacs. Il est donc possible pour les adeptes de pêcher toute la journée, seuls sur le plan d'eau avec l'impression que le lac leur appartient, une expérience des plus agréables.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer