Un défi salissant et familial

Les offrandes des organisateurs de la Course des dieux ont été accueillies... (Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les offrandes des organisateurs de la Course des dieux ont été accueillies favorablement, de sorte que pour une troisième année consécutive, plus de 1000 « humains » ont tenté de joindre les rangs des dieux et déesses du Mont-Fortin sous un soleil radieux !

Devant l'engouement constant pour les parcours à obstacles, les organisateurs, Denis Gravel (Récréo Boxe) et Sébastien Renaud, et leurs partenaires ont de nouveau usé d'imagination pour concocter 10 nouveaux défis, dont quelques-uns aussi rigolos qu'inattendus.

Même les tout-petits, qui accompagnent papa et/ou maman, ont maintenant leur propre parcours pour devenir des minidieux !

D'ailleurs, sur le site, il n'était pas rare de voir de petites familles en action. Comme la famille Sylvain, de Larouche, dont les frères Félix et Jacob, respectivement 10 et 5 ans, ainsi que leur soeur Maxim, 8 ans, qui ont su relever le défi du parcours des jeunes, pendant que papa Marco complétait le 8 km élite et que maman Martine Coupal était elle aussi en action dans l'un des parcours.

Pour Jacob, c'était une première expérience, mais pour Félix, c'était un vrai jeu d'enfant ! « Ça fait longtemps que j'en fais. Je fais souvent des Spartan (races). Je suis allé à Stoneham. C'est quand même cool ici ! », commente l'aîné qui adore particulièrement les murs à gravir. 

Benoit Coudé est venu de Baie-Comeau avec sa conjointe Audrey Lemieux et leurs fils Dereck, 7 ans, et Zack, 5 ans. À l'origine, il devait prendre part au 5 km avec des proches, mais finalement, il a remis le projet à l'an prochain, car il s'occupait des fistons pendant qu'Audrey et sa belle-soeur, Alexandra Bouchard, relevaient ce premier défi pour le plaisir. Dereck a aimé faire le parcours pour les jeunes, tandis que Zack l'a essayé, mais ne l'a pas terminé.

Pour leur part, les Jonquiéroises Laurence Legault et Julie Salesse ont profité de la proximité de l'événement pour tester leur forme.

Souriantes, les deux sportives avouent en avoir eu pour leur argent. « Ça a été à la hauteur du "challenge"», assurent-elles.

Julie, qui joue pour l'équipe de soccer de l'UQAC, confie avoir eu de la misère avec l'obstacle où il faut passer sous une grille dans l'eau glacée. « L'eau froide te pogne au coeur. Ça coupe le souffle », explique-t-elle.

Pour Laurence, c'est la multitude de montées qui l'a mise à l'épreuve. « Ici, il y a beaucoup de petites montées à pic au lieu de 4-5 grandes où on donne un coup et puis c'est fait. »

Les offrandes des organisateurs de... (Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie) - image 2.0

Agrandir

Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

De forts compétiteurs de l'extérieur

La Course des dieux continue de gagner en popularité et la 3e édition n'a pas fait exception, avec plus de 1000 participants.

Coorganisateur de l'événement avec Denis Gravel, Sébastien Renaud a souligné avec bonheur et fierté que la notoriété de l'événement a franchi les limites du parc des Laurentides. Le constat est d'autant plus intéressant que les commentaires recueillis sont très élogieux.

« Cette année, nous avons de forts compétiteurs de l'extérieur. Ce sont des gens de l'élite, des performants qui font des courses un peu partout dans le monde et qui ont décidé de venir faire la Course des dieux. On vient de recueillir leurs commentaires et ils "tripent". Ils disent que le parcours est extraordinaire. L'un des commentaires qui nous ont fait plaisir, c'est celui qui a dit que ce qui démarque notre parcours, c'est sa polyvalence, parce qu'on retrouve toutes les facettes d'un parcours à obstacles. Il y a des volets techniques, de la force et du plaisir ; on retrouve de tout : de la course, de la montée de pentes, etc. »

Parmi les nouveautés, on retrouvait les deux parcours (4,5 km et 8 km), et le parcours pour les minidieux, qui a dû accueillir entre 200 et 300 jeunes. « On a aussi fait des obstacles gonflables de mousse pour aller chercher un volet fantaisiste », souligne Sébastien Renaud.

La clientèle féminine est encore majoritaire, mais moins que l'an dernier. « L'an passé, on avait 65 % de filles et 35 % gars. Cette année, c'est 55 % de filles et 45 % de gars », mentionne M. Renaud.

Enfin, outre le défi physique, la Course des dieux permet aussi de contribuer à de bonnes causes. Deux organismes, Solidarité Québec-Viêt Nam et la Fondation de ma vie, se partageront plus de 10 000 $, grâce aux profits amassés par les organisateurs de la Course des Dieux et leurs précieux partenaires.

Les offrandes des organisateurs de... (Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie) - image 3.0

Agrandir

Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

En chiffres

1000

Participants à la troisième édition

200 à 300

Jeunes participants au parcours des minidieux

55 %

Des participants sont des femmes

10 000 $

Amassés pour deux causes grâce aux profits

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer