Lallemand lance un jeu de société sur le football

Nicholas Lallemand a imaginé Franchise, un jeu de... (Photo courtoisie)

Agrandir

Nicholas Lallemand a imaginé Franchise, un jeu de société sur le football.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Nicholas Lallemand va de l'avant avec son jeu de société sur le football appelé Franchise, mais avec une version améliorée du prototype.

Nicholas Lallemand va de l'avant avec son jeu de société sur le football appelé Franchise, mais avec une version améliorée du prototype.

« Il y a beaucoup de choses qui ont changé », souligne Nicholas Lallemand, notant le visuel et la langue, alors que le jeu est maintenant en français, ainsi que le déroulement. Le principe du jeu n'est pas très compliqué. Chaque joueur (de 2 à 4) assure la gestion d'une équipe avec ses forces et faiblesses. En cours de partie, chacune dure maintenant un maximum de deux heures pour six matchs et les séries, toutes sortes de choses peuvent se produire, dont des blessures, des suspensions et des signatures d'agents libres, avec différents impondérables.

« On a vraiment testé le jeu beaucoup. On l'a fait rouler quand même pas mal et des choses ont été modifiées dans le fonctionnement du jeu, ce qui le rend plus dynamique », confirme le concepteur originaire de Chibougamau qui travaille activement sur ce projet depuis deux ans. Avant tout, il est très fier d'être allé au bout de son projet.

« Je voulais le finir. Ça fait longtemps que je l'ai en tête, exprime-t-il. Je n'ai pas lâché le morceau. J'aurais pu me décourager et arrêter. Après, c'était de trouver des façons de le produire à plus faible coût. On va réussir à faire quelque chose de bonne qualité à des prix raisonnables. Ce que je suis surtout content, c'est conçu et imprimé au Québec autant que possible. »

Au départ, Nicholas Lallemand avait développé son jeu en anglais, car il voulait s'adresser au marché américain, un gros bassin d'amateurs de football. Le professeur d'histoire et de géographie à Chapais n'a cependant pas été en mesure d'aller chercher le financement nécessaire à une mise en marché en décembre 2015. Il a revu ses prévisions à la baisse en cours de route et a décidé finalement d'opter pour le français pour la première commercialisation qu'il espère en septembre. Il a également fondé l'entreprise Ralo Jeux pour la mise en marché et a été récipiendaire du prix « Coup de coeur jeune promoteur Nord du Québec » avec son projet lors du Défi OSEntreprendre.

Nicholas Lallemand a débuté depuis quelques semaines la prise des commandes sur son site Internet et sur sa page Facebook. Il est possible de réserver son exemplaire au coût de 40 $ et la livraison pourra se faire dans des points de cueillette.

« J'ai décidé de partir un peu plus petit, plus modestement, avec des quantités aussi plus supportables », convient Nicholas Lallemand, qui ne ferme pas la porte à une édition anglaise si la version française connaît du succès.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer