Michel Goulet optimiste pour la suite

Michel Goulet... (Archives La Presse)

Agrandir

Michel Goulet

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Michel Goulet s'attendait à ce que son contrat avec les Flames de Calgary ne soit pas renouvelé. La fierté de Péribonka voit le bon côté des choses et pense déjà à son prochain défi avec une nouvelle équipe.

Après avoir occupé une quinzaine d'années le poste de directeur du personnel hockey avec l'Avalanche du Colorado après sa retraite comme joueur, Goulet était recruteur professionnel avec les Flames depuis 2010. Cette décision du directeur général Brad Teliving n'a rien à voir avec le congédiement récent de l'entraîneur-chef Bob Hartley.

«Dans les quatre premières années, j'ai eu trois gérants. Quand tu vois un club où il y a de l'instabilité dans les périodes de tempête, ces choses-là peuvent arriver. Je voyais bien qu'il y avait de grosses chances que je ne sois pas renouvelé», confie Michel Goulet, joint à son domicile de Denver où il est installé depuis une vingtaine d'années.

«Je commence à regarder mes options tranquillement», reprend le «Gou» qui se montre optimiste pour la suite des choses. «Pour moi, c'est une façon de voir les possibilités ailleurs. J'ai bien confiance que je vais me trouver quelque chose avant le début de la prochaine saison, indique Michel Goulet. Quand une porte se ferme, une autre s'ouvre. C'est vrai pour tout le monde et pour moi aussi.»

Lors d'une entrevue en 2012 alors qu'il était intronisé au Temble de la renommée de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Goulet évoquait la possibilité de graduer comme directeur général. Cette idée fait encore son chemin dans sa tête quatre ans plus tard. «Il y en a 30 dans le monde, ce n'est quand même pas beaucoup. Je travaille fort et je suis convaincu qu'un moment donné, je peux avoir une chance quelque part», fait-il valoir.

«Les portes ne sont pas aussi grandes que lorsque j'étais avec l'Avalanche. D'un autre côté, il n'y a pas d'âge pour devenir DG que ce soit à 26 ans ou à 56 ans», indique Goulet qui n'en fait pas non plus une obsession.

«Je suis bien heureux de ce que je fais et d'où je suis rendu. Si j'ai la possibilité d'avoir un poste un peu meilleur, ce serait super, mais d'un autre côté, je suis heureux avec le fait de travailler et de donner mon coup de main à une équipe pour qu'elle devienne meilleure», mentionne Michel Goulet qui sera de passage dans la région cet été pour voir ses parents.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer