Blacquière vise le titre national

À 14 ans, Arno Blacquière représente un bel... (Archives Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

À 14 ans, Arno Blacquière représente un bel espoir sur la scène du judo.

Archives Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Arno Blacquière n'a que 14 ans, mais s'il continue à se développer comme il le fait en ce moment, son nom risque de résonner loin et longtemps sur la scène du judo.

Arno Blackière s'entraîne au club Judokas de Jonquière... (Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

Arno Blackière s'entraîne au club Judokas de Jonquière depuis trois ans, notamment en compagnie de son entraîneur et directeur technique du club, Roger Tremblay.

Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

Le jeune homme est bourré de talent et son prochain objectif est de remporter le titre national dans sa catégorie de poids.

D'allure réservée et préférant ne pas trop vanter ses performances, le Baieriveain n'est pourtant pas du genre à s'en laisser imposer sur le tatami. Vice-champion en titre canadien U16 chez les moins de 42 kg, il a bien l'intention de récupérer son bien puisque l'an dernier, un saignement de nez avait forcé l'officiel à interrompre le combat. Cette année, le championnat canadien de judo a lieu à Calgary, du 11 au 18 mai. Le jeune Blacquière s'y présentera en tant que champion provincial de la dernière saison.

«C'est une défaite qui a fait mal, d'autant plus que ça signifiait la fin de la saison», rappelle le directeur technique du club Judokas de Jonquière, Roger Tremblay.

Tout en demeurant prudent, l'entourage d'Arno est conscient que le jeune athlète représente un beau potentiel. «C'est un très bon athlète pour son âge et on espère beaucoup pour lui, fait savoir M. Tremblay, qui compte le judoka dans ses rangs depuis trois ans. En tant qu'entraîneur, j'aimerais qu'il puisse obtenir sa place sur l'équipe du Québec la saison prochaine. Mais avant tout ça, son premier objectif est certainement de remporter le championnat canadien.»

La prochaine étape serait ensuite l'obtention d'une place sur l'équipe nationale, ce qui signifierait l'expatriation de l'athlète vers le Centre national d'entraînement, à Montréal. Est-il en voie, donc, de suivre les traces d'Antoine Bouchard (voir autre texte)? «Ça serait le fun», lance bien humblement Arno Blacquière.

«Présentement, il a toutes les qualités pour le faire, ajoute Roger Tremblay. Va-t-il avoir la volonté de faire les sacrifices et d'aller à Montréal dès l'âge de 16 ou 17 ans? Ça va dépendre de lui.»

Encadrement familial

Une chose est sûre, Arno Blacquière peut compter sur l'appui inconditionnel de sa famille. Parents, grands-parents, oncles et tantes ne manquent pas une occasion pour l'aider dans l'atteinte de ses objectifs. Son grand-père se rendra même à Calgary pour apprécier les prouesses de son petit-fils au championnat national.

«On va l'appuyer au maximum et on va tout faire en notre pouvoir pour l'aider, mais c'est lui qui a le dernier mot, soutient le père dArno, Roby Blacquière. On ne veut pas créer de grandes attentes, mais pour atteindre un objectif, il faut commencer par le fixer.»

Arno a également souligné l'apport du club Judokas de Jonquière, endroit où il s'entraîne trois fois par semaine.

«Pratiquer le judo seul, ce n'est pas fort, il faut avoir une équipe autour de nous et à Jonquière, on l'a», met en contexte le judoka.

Stéfanie Tremblay... (Photo tirée d'Internet) - image 2.0

Agrandir

Stéfanie Tremblay

Photo tirée d'Internet

Stéfanie Tremblay éliminée

Johanne Saint-Pierre / Membre de la délégation canadienne au Grand Chelem de Bakou, en Azerbaïdjan. Stéfanie Tremblay n'a pas fait long feu samedi, en étant éliminée à son premier combat. Évoluant chez les moins de 63 kg, la judoka native de Chicoutimi a commencé sa journée avec un laissez-passer au premier tour des qualifications. Elle faisait ensuite face à la Chinoise Junxia Yang, dixième à l'international. Après quatre minutes de combat, la représentante asiatique a été déclarée gagnante alors qu'elle a réussi à faire prendre une pénalité à la Québécoise, 28e au classement mondial. L'étau se resserre pour la Saguenéenne d'origine qui devra absolument performer lors de la prochaine compétition pour voir ses espoirs olympiques se concrétiser, car le processus de qualifications olympiques se termine officiellement le 30 mai.

Journée de judo festive au club de Laterrière

Johanne Saint-Pierre / Journée fort occupée au club de judo Ju shin kan de Laterrière, alors que plus de 100 élèves de tous âges ont participé à la compétition et au gala tenus au centre multisport de l'endroit. Une passation de grade et une démonstration de la nouvelle classe parent/enfant ont également animé la rencontre festive.

Voici donc les principaux honneurs décernés lors du gala en présence de la directrice technique du club, Gisèle Gravel (7e dan).

Dans la catégorie «Athlètes de l'année», les podiums se lisent comme suit: chez les U10, Maika Bradet, Romain Pilote et Raphaël Langevin; chez les U12, Jean-Simon Gauthier, Samuel Pelletier et Jacob Harvey; chez les U14, Jérémy Grenier, Léa Jobin et Maude Gobeil; chez les U16, Amélie Grenier, Sabrina Gagné et Sara Desbiens; chez les U18 et les U21 et plus, Roxanne Émond (avec notamment une médaille de bronze international), Sylvie Pearson (avec une médaille d'argent international) et Patrick Grenier (médaille de bronze internationale).

Dans la catégorie «Judoka par excellence/meilleur esprit sportif», les lauréats sont Alice Blais chez les 4-5 ans; Thomas Plourde chez les 5-6 ans; Jacob Harvey chez les 7-8 ans, Maude Gobeil chez les 9-10 ans, et Roxanne Émond chez les 13 ans et plus.

Le titre d'«Athlète par excellence» a été décerné à Élaine Pearson. La lauréate s'est distinguée à la fois par ses résultats en compétition, son esprit sportif, le respect et l'entraide démontrés. Cet honneur vise également à récompenser Mme Pearson pour tout ce qu'elle a fait pour l'école de judo durant l'année.

Mentionnons enfin que deux athlètes du club, Amélie Grenier et Roxanne Émond, prendront part au Championnat canadien ouvert (11 au 18 mai). Malheureusement, Sabrina Gagné, qui s'était qualifiée, s'est blessée à son dernier combat et a dû déclarer forfait.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer