Un invité d'honneur à Saguenay

Le capitaine de frégate Luc Tremblay était l'invité... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Le capitaine de frégate Luc Tremblay était l'invité d'honneur du NCSM Champlain.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Champlain avait un invité d'honneur « de retour au bercail », dimanche.

Les marins ont tiré trois salves à blanc... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 3.0

Agrandir

Les marins ont tiré trois salves à blanc en geste symbolique.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Nouvellement promu officier supérieur de la gestion stratégique de l'État-major à Ottawa, le capitaine de frégate Luc Tremblay, originaire de Chicoutimi-Nord, a conjugué travail et plaisir le temps de la fin de semaine.

Celui-ci souligne que la cérémonie de la bataille de l'Atlantique est la seule commémoration faite durant l'année par la Marine royale canadienne (MRC). « Les autres régiments ont participé à plus de batailles. Nous, c'est la principale, et on célèbre tous les accomplissements qui ont été faits entre septembre 1939 et mai 1945. »

Celui qui a été enrôlé en 1995 à Chicoutimi dans la MRC revenait en uniforme pour la première fois dans sa région natale. Dans son discours, il a cité son grand-père, présent à la cérémonie, qui lui rappelle souvent qu'il est « un tireux de roches ». Une anecdote qui prenait tout son sens alors que la rivière Saguenay et la rive nord de Chicoutimi s'étendaient dans son dos.

« Trois générations de travailleurs dans ma famille ont oeuvré dans les alumineries, qui participaient à l'effort de guerre en fournissant par exemple le matériel pour la construction des avions ailés. Il faut rendre hommage au passé », poursuit-il.

Le capitaine de frégate avait un bel esprit de camaraderie avec le commandant du NCSM Champlain, Jean-Claude St-Laurent, qui était déjà un membre d'équipage actif lors de son recrutement. L'officier Tremblay a par la suite été intégré au sein d'unités à Victoria, Halifax et Québec notamment, où il a aussi enseigné. Le père de deux enfants détient un baccalauréat en sciences militaires et une maîtrise en analyse des conflits.

Le Régiment du Saguenay assumait la partie musicale... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 4.0

Agrandir

Le Régiment du Saguenay assumait la partie musicale de la cérémonie.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Un rôle actif, même en temps de paix

Les vétérans de la Marine royale canadienne (MRC) présents, dimanche matin, à Chicoutimi, pour la commémoration de la bataille de l'Atlantique, qui a duré de 1939 à 1945, peuvent être fiers de voir que les marins du navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Champlain jouent toujours un rôle actif, même en temps de paix, alors que des membres d'équipage ont participé dernièrement à l'opération Caribbe aux Antilles pour contrer le trafic de drogues.

«Ils ont le sentiment du devoir accompli, et c'est aussi un honneur pour ceux qui nous ont précédés de voir que les marins d'aujourd'hui contribuent encore à faire avancer la paix», confie le commandant du NCSM Champlain, Jean-Claude St-Laurent, à propos de cette campagne multinationale contre le crime organisé dans la mer des Caraïbes et l'océan Pacifique. Le Canada a d'ailleurs aidé à perturber le transport d'environ 1300 kg de cocaïne seulement le mois dernier.

Sous un soleil resplendissant, près d'une centaine de membres des Forces armées canadiennes ont paradé face à la rivière Saguenay, devant de nombreux parents et amis, pour rendre hommage à ceux qui ont perdu la vie lors de la plus longue bataille de la Seconde Guerre mondiale, soit 2075 jours.

Bien que la MRC ait été beaucoup sollicitée pour escorter les navires marchands qui transportaient des fournitures aux pays alliés en Europe, les forces terrestres et aériennes ont aussi contribué à protéger les côtes, du Saint-Laurent notamment, et à repérer les sous-marins nazis, lesquels représentaient une grande menace.

La cloche résonne

La cloche a résonné 24 fois lors de la célébration, un coup pour chaque navire de l'armée disparu durant la bataille. Elle a aussi vibré pour les plus de 70 bateaux que la Marine marchande canadienne a perdus et les milliers de combattants qui ont péri. La musique de la fanfare du Régiment du Saguenay se mêlait par instants aux cris des bernaches et au bruit du vol d'un CF-18 en exercice.

Quatre couronnes ont été déposées en geste symbolique, dont une par Lucien Simard. L'homme a navigué sur un convoi marchand durant la guerre et est l'un des deux marins survivants dans la région qui ont participé à la bataille. Des membres d'équipage ont aussi procédé à trois salves de tirs à blanc, une opération impressionnante dont l'écho retentissait sur les crans de la rivière Saguenay.

«Les vétérans de la bataille de l'Atlantique sont une source d'inspiration, indique le capitaine de corvette St-Laurent. Ils ont fait un sacrifice énorme. Comme commandant, j'ai l'obligation morale de transmettre ces valeurs à mon équipage, mais c'est aussi un devoir de mémoire collectif que nous devons partager avec toute la population.»

Le commandant du NCSM Champlain, qui compte 110 membres, rappelle que la Marine royale canadienne ne possédait «pas grand-chose» au début de la Seconde Guerre mondiale, mais qu'elle a pu se développer jusqu'à devenir une force puissante et bien organisée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer