«Jouons pour la dysphasie»: objectif doublé

Étudiant de secondaire 5 à la Polyvalente Arvida,... (Photo courtoisie)

Agrandir

Étudiant de secondaire 5 à la Polyvalente Arvida, Louis Morin a organisé un match de basketball pour amasser des fonds et faire connaître la dysphasie, trouble de la parole dont il est atteint.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avant même la tenue du match de basketball «Jouons pour la dysphasie», vendredi soir dans le gymnase du Cégep de Jonquière, l'organisateur Louis Morin peut commencer à célébrer. L'objectif de départ a été doublé et la rencontre amicale sera disputée devant plus de 300 personnes.

La dysphasie est un trouble primaire du langage au niveau de l'expression et de la compréhension. Pour donner une meilleure idée, la mère de Louis Morin et coordonnatrice de l'événement, Jozée Reid, trace un parallèle avec la dyslexie, un trouble au niveau de la lecture. «On est contents. Les gens embarquent et comprennent qu'il faut sortir la dysphasie de l'ombre. Il faut qu'on en parle pour essayer de normaliser, comme on l'a fait pour la dyslexie. Maintenant, c'est le tour de la dysphasie. Il faut que les enfants arrêtent de se cacher et d'être gênés d'être dysphasiques. C'est juste un trouble du langage. Moins ce sera tabou, plus les jeunes seront capables de prendre leur place, de s'assumer et de faire comprendre leurs difficultés», d'exprimer Jozée Reid, annonçant qu'une deuxième édition est déjà dans les plans.

«Louis est un privilégié. Il a un parcours exemplaire parce qu'il n'a pas de trouble associé à sa dysphasie», indique-t-elle, mentionnant que la majorité des jeunes atteints du trouble de langage n'obtiennent pas leur diplôme d'études secondaires. Louis Morin graduera en juin et poursuivra ensuite des études en sciences de la nature au Cégep de Jonquière. Il désire se diriger vers le domaine de l'orthophonie à l'université.

Les profits dégagés par l'activité seront remis au président d'honneur Vincent Godin, également dysphasique. Le natif de Trois-Rivières et spécialiste de nage en eau libre a relevé deux défis personnels dans le but de sensibiliser la population. Même s'il reste encore des éléments à régler, il aimerait d'ailleurs réaliser son prochain défi au Saguenay-Lac-Saint-Jean cet été. «Vincent est un sportif, Louis également. Les deux ont décidé d'unir leurs efforts à travers le sport pour poursuivre la sensibilisation», fait valoir Jozée Reid.

Pour la rencontre, Louis Morin a choisi cinq joueurs de quatre programmes de basketball au Saguenay, du Bleu et Or de la Polyvalente Arvida et du Noir et Or de l'Odyssée/Dominique-Racine dans le juvénile AAA, ainsi que des Gaillards du Cégep de Jonquière, et des Couguars du Cégep de Jonquière dans le collégial AA. «Ce que j'ai voulu faire, c'est d'associer les niveaux. Il y aura du juvénile et du collégial ensemble, mais aussi de jumeler des joueurs de Chicoutimi et de Jonquière ensemble», explique le finissant qui évolue lui-même avec le Bleu et Or.

«C'est vraiment un match d'étoiles qui va être amical. On ne veut pas que le match se fasse dans un esprit de compétition. Tout le monde unit ses forces», indique Jozée Reid, soulignant l'apport de la cinquantaine de bénévoles, incluant les jeunes joueurs.

Des billets seront tout de même disponibles à la porte du gymnase, au coût de 5$. Des élus, dont la députée fédérale du Nouveau Parti démocratique, Karine Trudel, et le député provincial de Jonquière du Parti québécois, Sylvain Gaudreault, ont confirmé leur présence.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer