Injonction rejetée

Les meilleurs joueurs de soccer du Saguenay-Lac-Saint-Jean ne pourront avoir... (Photo 123rf)

Agrandir

Photo 123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les meilleurs joueurs de soccer du Saguenay-Lac-Saint-Jean ne pourront avoir accès à la ligue provinciale Québec-Métro cet été. La demande d'injonction déposée au début du mois l'Association régionale de soccer du Saguenay-Lac-Saint-Jean/Chibougamau-Chapais a été rejetée par un juge de la Cour supérieure.

La décision est tombée mercredi après-midi après avoir été entendue la semaine dernière au Palais de justice de Chicoutimi. Le président de l'ASR, Dany Drolet, n'a pas caché sa déception lorsque joint par Le Quotidien alors qu'il avait appris la mauvaise nouvelle quelques heures auparavant. Il voulait digérer le tout avant de réagir officiellement et plus en profondeur, ce qu'il fera dans les prochains jours. «On a parlé avec notre procureur, Me Mario Bouchard. On va évaluer la décision et on va pouvoir émettre des commentaires par la suite», de commenter prudemment Dany Drolet qui n'avait pris connaissance que de la conclusion lors de l'entretien téléphonique. Il n'était donc pas en mesure de donner les raisons ayant mené à la décision du magistrat.

Démarche

La requête visait la Fédération de soccer du Québec et mettait également en cause les associations régionales de Québec, de la Côte-Nord, de la Mauricie, du Centre du Québec et de l'Est-du-Québec. Elle faisait suite aux difficultés pour les équipes AA de la région d'évoluer dans une ligue, un droit pourtant accordé en 2006 dans la réforme des réseaux de compétition de l'organisation provinciale. Tous les clubs du Québec devaient normalement avoir le droit d'accéder au niveau provincial AAA par le processus de promotion et relégation des niveaux AA, des ligues interrégionales.

Des équipes de la région ont passé quelques années dans la Ligue de soccer Québec-Métro pour en être exclues en 2012. Elles ont ensuite formé un circuit Nord-Est avec la Côte-Nord, mais l'expérience n'a pas été concluante sur le développement des joueurs.

Depuis, le Saguenay-Lac-Saint-Jean n'a plus accès à un réseau AA. Des approches ont été faites lors des derniers mois, sans succès, même avec un médiateur. Les dirigeants de l'ARS ont donc opté pour la voie des tribunaux, parce qu'ils estimaient avoir épuisé tous les recours. Ils allégaient notamment qu'ils ne recevaient pas les mêmes services qu'ailleurs au Québec, tout en payant le même montant de cotisation et que les joueurs subissaient les préjudices de la situation dans leur développement personnel.

La demande introductive d'instance en injonction provisoire, interlocutoire et permanente mandatoire et en dommages-intérêts avait trois buts. D'abord, de donner un accès à une ligue AA pour sept équipes (U13 à U16) pour la saison estivale 2016, ensuite une intégration totale en 2017 ainsi que des dommages-intérêts de 30 000$.

Maintenant que la décision est tombée, Dany Drolet et les autres membres du conseil d'administration de l'ARS regarderont les options qui restent sur la table pour les prochains mois. «On a toujours un plan B en arrière de la tête. Il faut que nos clubs soient en accord avec ce qu'on va leur présenter. Ce sont eux qui décident», de mentionner le président qui présentera le scénario choisi prochainement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer