Les Marquis forcent un match ultime à Jonquière

Les hommes de Richard Martel ont forcé la... (Progrès-dimanche, Dave Ainsley)

Agrandir

Les hommes de Richard Martel ont forcé la présentation d'une septième rencontre avec une victoire de 2-1, devant 1968 spectateurs au Colisée Cardin de Sorel-Tracy.

Progrès-dimanche, Dave Ainsley

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La semaine rocambolesque des Marquis de Jonquière se conclura avec un match ultime dimanche après-midi. Les hommes de Richard Martel ont forcé la présentation d'une septième rencontre avec une victoire de 2-1, devant 1968 spectateurs au Colisée Cardin de Sorel-Tracy.

«La commande est de renverser la série. On avance et il faut continuer», a laissé tomber le nouvel entraîneur-chef des Marquis après sa deuxième victoire en 24 heures.

Ce qui semblait bien improbable lors de son embauche est en voie de se réaliser. Même en revenant dans la série, Richard Martel était loin de crier victoire et de penser que la pression était toute sur les épaules des joueurs des Éperviers qui menaient 3-1 jeudi. «On a la pression qu'on s'est mis de renverser la série», de trancher Martel, assurant qu'après son deuxième match, son adaptation était complétée.

Après avoir écoulé un double avantage numérique de près d'une minute en première, les Marquis ont eu besoin de cinq minutes pour faire les dommages au second engagement. PJ Corsi a d'abord profité de la confusion des Éperviers pour faire bouger les cordages. Puis, bien placé dans l'enclave, Anthony Stewart a été nourri parfaitement par Olivier Croteau et n'a pas raté sa chance, pour inscrire son huitième des séries et avec un Loïc Lacasse en grande forme, cette priorité de 2-0 était suffisante.

En troisième, tout se déroulait à merveille pour les visiteurs qui tenaient leurs rivaux à distance jusqu'à ce que Benoît Gratton se retrouve au cachot pour obstruction sur le gardien de but. Le numéro 19 a bien failli marquer après s'être faufilé entre les défenseurs, mais est entré en contact avec Mathieu Dugas. Les Jonquiérois ont écopé du double de pénalités de leurs adversaires avec huit. Sur leur septième avantage numérique, après avoir tourbillonné dans le territoire jonquiérois pendant plus d'une minute, les Sorelois ont finalement percé l'énigme Loïc Lacasse d'un bon tir de Marco Charpentier. Même si les Éperviers ont bourdonné à quelques occasions dans les dernières minutes, les Marquis ont tenu le coup pour égaliser la série.

«On avait le match en contrôle. La pénalité est venue briser notre rythme. On s'est bien relevé quand même. Je n'ai pas eu besoin d'appeler un temps d'arrêt pour calmer le jeu. Ce sont des vétérans qu'on a», d'assurer Richard Martel, rejetant du revers de la main l'aspect fatigue à l'aube du match ultime et un troisième affrontement en moins de 48 heures. «Ce loin en arrière de ma tête. Je suis loin de penser à ça», de répondre l'entraîneur, ajoutant que les deux équipes devaient vivre avec la même situation.

En bref

• Blessé vendredi, le gardien des Éperviers Karel St-Laurent n'a pas été en mesure de prendre part au match numéro 6. Mathieu Dugas, qui avait terminé la rencontre au Palais des sports, a effectué son premier départ de la série...

• L'attaquant des Éperviers David Rose avait une excellente raison de rater le match de vendredi. Le joueur recrue de 24 ans recevait son diplôme en finances de l'Université McGill. Il était d'ailleurs l'un des meilleurs de sa cohorte...

• Vendredi, les Marquis n'avaient que cinq défenseurs en uniforme, mais pas samedi. Christopher Guay a été inséré dans l'alignement à la ligne bleue, tout comme Matthieu Brunelle à l'attaque. L'homme fort Gaby Roch, qui avait été très peu utilisé la veille, et Jérémy Vigneault-Bélanger, ont laissé leur place...

• La billetterie sera ouverte dès 8h dimanche matin en vue du match ultime à 15 heures. Il est également possible d'acheter des billets par internet au www.ovation.ca...

• Quelques projectiles ont atteint le banc des Marquis en fin de match. Après la rencontre, quelques oeufs étaient bien visibles sur le tapis...

Plusieurs amateurs ont assisté à la victoire des... (Progrès-dimanche, Rocket Lavoie) - image 2.0

Agrandir

Plusieurs amateurs ont assisté à la victoire des Marquis, qui ont poussé la série à la limite grâce à leur victoire à Sorel-Tracy.

Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

Des partisans jonquiérois comblés

Les partisans des Marquis entassés au resto-pub La Zone de Jonquière pour visionner le match numéro six de la série Marquis-Éperviers étaient comblés à la suite de la victoire des Jonquiérois. En fait, ils n'ont jamais douté que leurs favoris étaient en mesure de forcer la tenue d'un ultime match. C'est maintenant chose faite et la frénésie se poursuit.

Lorsque le représentant du Progrès-Dimanche s'est présenté au bar sportif de la rue Saint-Dominique pratiquement rempli à pleine capacité, en fin de deuxième période, on pouvait sentir une certaine confiance tranquille chez les partisans. Bien normal avec une avance de 2-0 pour les Marquis. On a toutefois senti la tension monter de quelques crans lorsque Marco Charpentier a réduit l'écart à un seul but.

Le stress a laissé place aux cris de joie et de soulagement lorsque la sirène finale a annoncé la fin de cette autre partie âprement disputée.

«On a fini premier au classement général donc tout est revenu dans l'ordre depuis que Richard Martel est derrière le banc, a lancé avec assurance Simon Thibault, un fervent partisan des Marquis qui est propriétaire de quatre billets de saison depuis belle lurette. À Jonquière, on est fier de notre équipe, on veut gagner et on va gagner!»

L'amateur de hockey était convaincu que sa soirée allait être égayée par une victoire de son équipe lorsqu'il à mis les pieds au resto-pub La Zone. Il a rappelé que l'ajout de Richard Martel était l'ingrédient manquant pour conduire les Marquis vers le sacre.

Inutile de vous dire que Simon Thibault sera présent au Palais des sports dimanche pour le septième et dernier match de la demi-finale. Malgré sa joie, il n'a pu s'empêcher de savonner les arbitres, qui ont encore une fois retenu l'attention des fans, pas nécessairement pour les bonnes raisons.

«C'est ridicule, a-t-il lancé. C'est de l'arbitrage digne du pee-wee et je ne peux pas croire que la Ligue nord-américaine américaine endure ce genre de chose. Le coup de bâton de Christian Deschênes sur un de nos joueurs en fin de match sans qu'il ne soit puni... C'est inacceptable.»

Un autre partisan rencontré n'a pas cherché longtemps pour cibler le point tournant de la série.

«Depuis l'arrivée de Richard Martel, l'équipe est transformée et elle est à notre goût, a annoncé Mario. Les joueurs sont motivés et ils se comportent de la même façon que lorsque Claude Bouchard était en poste. Martel, c'est un motivateur né et c'est ce dont on avait besoin.»

Maintenant que la série est égale, le partisan croit que le dossier est réglé. Les Marquis joueront en finale contre les 3 L de Rivière-du-Loup.

«On va gagner 6-2 dimanche», a-t-il prédit avec sa boule de cristal aux couleurs des Marquis.

Selon un employé à La Zone, l'achalandage était deux fois plus élevé qu'un samedi soir ordinaire. Décidément, le Canadien de Montréal ne fait plus partie des pensées des amateurs de hockey de la région.

Jonathan Hudon

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer