Les Marquis bien vivants, avec une victoire de 3-2

Un tir de la pointe de Samuel Groulx... (Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Un tir de la pointe de Samuel Groulx s'est retrouvé jusque dans le fond du but, en troisième période, pour soulever les amateurs qui se sont manifestés jusqu'à la sirène annonçant la victoire des Jonquiérois.

Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'effet Richard Martel a résonné vendredi soir au Palais des sports. En retard 3-1 dans la série quatre de sept face aux Éperviers de Sorel, les Marquis de Jonquière ont comblé un retard de deux buts pour engranger une victoire de 3-2, devant une salle comble de 3205 spectateurs.

«C'était un gros match. Il fallait être réveillé. C'était quelque chose», a laissé tomber Richard Martel dans son point de presse, mentionnant d'entrée de jeu que les défenseurs pouvaient être encore meilleurs.

L'ancien des Marquis Marco Charpentier a rapidement fait taire la bruyante foule. Dès la cinquième minute, il a pris de vitesse la défensive jonquiéroise avant de loger la rondelle dans la partie supérieure. Puis, coup de théâtre, le gardien partant des Éperviers, Karel St-Laurent a quitté la rencontre sur une séquence en apparence anodine. Après un long moment où il s'est relevé à quelques reprises sous les moqueries de la foule, il a finalement cédé sa place à Mathieu Dugas qui n'avait pas vu d'action dans le dernier mois. En tout début de deuxième, Kevin Gadoury a profité de la désorganisation des Marquis pour placer les visiteurs en contrôle, mais ils étaient encore loin de la finale.

Après un 26e avantage numérique improductif consécutif des Marquis, François Fortier a secoué la léthargie au retour, ce qui a remis de la vie dans les gradins. À partir de ce moment, les locaux ont pris les choses en main et Benoit Gratton a ramené les deux équipes à la case départ et soudainement, le momentum était du côté des Jonquiérois. Alors que la prolongation semblait inévitable, l'attaque massive des Marquis a encore frappé quand le tir de la pointe de Samuel Groulx s'est retrouvé jusque dans le fond du but, pour soulever les amateurs qui se sont manifestés jusqu'à la sirène annonçant la fin du match. Les Éperviers pensaient bien avoir créé l'égalité à leur tour avec l'avantage d'un homme, mais l'officiel a sifflé avant que la rondelle se retrouve derrière la ligne rouge.

Le match s'est peut-être justement joué sur les unités spéciales. Les Marquis ont profité de deux de leurs cinq attaques massives alors qu'ils ont mis en échec leurs adversaires en huit occasions. «J'ai remarqué quand c'était critique et qu'ils bougeaient mieux la rondelle de l'autre côté, nos joueurs bloquaient beaucoup de tirs. La rondelle avait de la difficulté à se rendre», de souligner Richard Martel, estimant que les deux buts en avantage numérique allaient donner confiance à ses protégés, mais qu'il restait encore du travail à faire.

Malgré un lent départ, il n'avait pas de doutes que ses troupiers avaient de bonnes intentions, après une semaine forte en rebondissements. «Loïc a fermé la porte au bon moment. Quand tu tires de l'arrière 0-2, tu n'as plus de marge de manoeuvre», de souligner Martel, ajoutant que de petits ajustements avaient été apportés en territoire offensif pour la deuxième période, ce qui a rapporté, face à la meilleure défensive de la Ligue nord-américaine à son avis.

La sixième rencontre se déroulera dès samedi soir au Colisée Cardin de Sorel. Si les Marquis forcent la présentation d'une septième et ultime rencontre, les deux équipes se donneront rendez-vous pour une quatrième fois en moins de 48 heures, dimanche après-midi, au Palais des sports.

Après son premier match en plus d'un an à la barre d'une équipe, Richard Martel avait le sourire facile. Sans détour, l'entraîneur de carrière affirmait avoir passé une très belle soirée.

«C'était extrêmement important de gagner», a-t-il rappelé, en parlant de son embauche et de la foule record au Palais des sports.

«Les gens sont extraordinaires, mais ils veulent gagner. Les dirigeants de l'équipe m'ont placé là. Il y avait de l'enthousiasme, mais il faut que je gagne. Je ne voulais tellement pas décevoir», de laisser tomber Richard Martel qui a eu besoin de quelques ajustements personnellement, notamment avec la patinoire conventionnelle, après avoir dirigé les Saguenéens et en Europe sur des glaces olympiques. «Il n'y a pas beaucoup d'espace», d'observer Richard Martel qui a été surpris que l'accrochage soit autant toléré par les officiels. «Ç'a été la chose la plus dure», a-t-il avoué. Ça me rappelait les débuts quand j'ai commencé à diriger. J'ai aussi eu de la difficulté au niveau des changements. C'est trop long, c'est long, c'est long. L'arbitre, ça lui prend du temps à lever son bras.»

Les Marquis en bref

• L'adjoint Martin Gagné a effectué un autre retour derrière le banc des Marquis. Comme il le disait lui-même à la blague avant la rencontre, il fait comme Dominique Michel...

• Alex Bourret s'est retrouvé à l'attaque, sa position naturelle pour cet affrontement sans lendemain. Depuis son acquisition de Laval, il était utilisé à la défense. L'ancien premier choix dans la Ligue nationale était flanqué d'Olivier Croteau et de Jérémie Malouin. «Je l'ai toujours connu à l'avant. J'avais de la difficulté à le mettre à l'arrière sans l'avoir vu. J'ai eu une discussion avec lui jeudi et il n'a pas semblé haïr ça parce qu'il n'a pas connu un mauvais match», d'expliquer Richard Martel...

• Gravement blessé dans un accident de la route à la fin du mois de février, Alexandre Gauthier est de retour sur pieds et l'a montré en effectuant la mise en jeu protocolaire. Il a reçu une très belle ovation des amateurs qui ont même scandé son nom ce qui a vraiment mis la table pour la rencontre. Un tirage de son chandail des Marquis a permis d'amasser 1751,25$ afin de lui venir en aide financièrement...

• L'autre demi-finale dans la Ligue nord-américaine a pris fin vendredi soir. Les 3L de Rivière-du-Loup ont disposé des Prédateurs de Laval en six rencontres. Les représentants du Bas-Saint-Laurent ont mérité la quatrième victoire au compte de 4-0 en territoire ennemi...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer