Marc Boivin est confiant

Le directeur général des Marquis, Marc Boivin, est... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le directeur général des Marquis, Marc Boivin, est conscient qu'il prend un risque en changeant d'entraîneur alors que son équipe est dans une situation précaire.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Marc Boivin sait bien qu'il prend un certain risque en embauchant un nouvel entraîneur alors que son équipe est dans une situation précaire, mais il également conscient qu'il vient de frapper un grand coup en amenant Richard Martel à la barre des Marquis.

Le directeur général de l'équipe de la Ligue nord-américaine est convaincu qu'il ne pouvait prendre une meilleure décision en mettant la main sur un entraîneur qui n'a plus besoin de présentation.

«Quand j'ai changé d'instructeur, j'avais comme idée que Richard pourrait se retrouver derrière le banc, a laissé tomber Marc Boivin. Faire un changement à 1-3 dans une série, ce n'était pas évident, mais si je ne faisais rien, ça allait nous glisser sous les pieds. En ce moment, c'est le meilleur entraîneur qu'on ne peut pas avoir.»

Une séance d'entraînement est prévue jeudi soir, 21h10, au Palais des sports. Tous les joueurs ont confirmé leur présence, selon Marc Boivin.

«Les gars sont prêts, a juré le dg. Je n'ai jamais eu une réponse aussi positive des joueurs lorsque j'ai demandé une pratique. Les gars n'ont pas lancé la serviette, loin de là. Tout est en place pour qu'on vire la série de bords.»

Marc Boivin a confirmé que Richard Martel a été contacté une première fois avant le début de la saison, et également lorsque Claude Bouchard a quitté l'équipe pour aller diriger les Cataractes de Shawinigan. La troisième fois aura été la bonne.

Hommage à Alexandre Gauthier

Par ailleurs, les Marquis honoreront leur ancien joueur Alexandre Gauthier lors du match de vendredi, lui qui a été victime d'un grave accident de la route le 26 février dernier au Lac-Saint-Jean. L'homme fort sera présent au Palais des sports vendredi et il procédera à la mise au jeu protocolaire. Un chandail de hockey sera mis à l'encan pour le soutenir, avant d'être tiré au hasard.

Également, même si la billetterie des Marquis a été prise d'assaut lorsque la signature de Richard Martel a été confirmée, tous les billets n'ont pas été écoulés. La rumeur qui circulait à l'effet que toutes les places avaient trouvé preneur est donc fausse. Selon Marc Boivin, 1500 billets, dont 900 places assises, étaient toujours disponibles mercredi soir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer