Gilles Bouchard: faire sa marque dans la LHJMQ

Au gala des Rondelles d'Or, mercredi, Gilles Bouchard... (Archives La Presse)

Agrandir

Au gala des Rondelles d'Or, mercredi, Gilles Bouchard est devenu le premier à remporter les trophées Ron-Lapointe et Maurice-Fillion comme entraîneur et directeur général de l'année.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Originaire de Normandin, Gilles Bouchard a mis du temps avant d'aboutir derrière le banc d'une équipe de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Il fait sa marque depuis son arrivée avec les Huskies de Rouyn-Noranda. Mercredi soir, au gala des Rondelles d'Or, il est devenu le premier à remporter les trophées Ron-Lapointe et Maurice-Fillion comme entraîneur et directeur général de l'année, après une récolte de 113 points en saison régulière. Résumé du parcours de celui qui a remporté la coupe du Président comme joueur avec les Saguenéens de Chicoutimi en 1991.

«C'est quand même spécial de dire que le premier entraîneur qui m'a engagé, c'est Claude Bouchard», signale Gilles Bouchard, qui a passé deux ans avec son homologue jonquiérois de 1998 à 2000 avec les Estacades de Trois-Rivières. Lors de la première, ils ont même remporté le championnat de la saison régulière de la Ligue de hockey midget AAA du Québec. Bouchard a ensuite quitté pour sa première chance dans la LHJMQ avec les Foreurs de Val-d'Or.

Il a été remplacé par André Tourigny, ce qui aura des suites dans la carrière de Gilles Bouchard plusieurs années plus tard. Ce dernier est demeuré deux ans comme adjoint et après deux saisons comme entraîneur-chef dans le midget espoir, le Normandinois a finalement obtenu le poste tant convoité avec les Estacades et il est demeuré à la barre de l'équipe trifluvienne pendant près de dix ans.

«Je voulais aller au midget AAA en chef, mais je ne voulais pas y aller pour 15 000$. Je voulais que ce soit possible de créer un poste en enseignement et que je sois en charge du midget AAA et du sport-études en même temps», explique Gilles Bouchard qui désirait également demeurer près de sa famille et s'occuper de ses deux enfants. «Je n'ai jamais appliqué pour diriger dans le junior. Je prenais mon temps, je n'étais pas pressé et j'attendais. Je suis un gars de destin. Je ne suis pas un gars qui va envoyer des C.V. partout et forcer la note pour créer quelque chose», raconte l'entraîneur de 45 ans.

En 2012, mûr pour un nouveau défi, Gilles Bouchard a obtenu le poste de responsable du programme de hockey des Patriotes de l'Université du Québec à Trois-Rivières après un processus rigoureux.

Il ne va y demeurer qu'une seule saison qui s'est terminée au Championnat canadien après une conquête de la Coupe Queen, remise à la meilleure équipe de la division Québec-Ontario, avant que le destin frappe. En mai, son ancien partenaire avec les Estacades André Tourigny a gradué dans la Ligue nationale, comme adjoint de Patrick Roy avec l'Avalanche. Le grand manitou des Huskies a donc communiqué avec Gilles Bouchard pour qu'il le remplace. Après avoir bien réfléchi et passé l'entrevue, il a finalement succédé à Tourigny à temps pour le repêchage 2013 à Chicoutimi. «La vie est différente, mais comme j'ai dit aux journalistes à mon arrivée, ça ne me faisait pas peur de venir en région. Je viens de la campagne et d'un rang. J'ai été élevé sur la ferme que mon père a vendue quand j'avais 12 ans. Les gens m'ont bien accepté et ça se passe bien», assure Gilles Bouchard qui a d'abord déménagé seul pour ne pas trop chambouler la première année.

Xavier Bouchard... (Archives Le Progrès-Dimanche, Mariane L. St-Gelais) - image 2.0

Agrandir

Xavier Bouchard

Archives Le Progrès-Dimanche, Mariane L. St-Gelais

Son fils Xavier sur ses traces

Il pourrait y avoir deux membres de la famille Bouchard dans la LHJMQ cette saison. Gilles Bouchard sera certainement encore à la barre des Huskies et son fils, Xavier, fait partie des meilleurs espoirs en vue du prochain repêchage, à Charlottetown.

«Il suit mes traces, mais il va aller plus loin. C'est ça la différence, lance à la blague Gilles Bouchard qui a fait partie de la première édition des Cascades du Saguenay-Lac-Saint-Jean en 1987.

«Il est sur mes traces, mais n'est pas le même genre que moi. J'étais ''bum'' un peu. Lui est plus intellectuel», souligne le paternel, vantant le sens du jeu du défenseur de 6 pieds 2.

Xavier Bouchard est classé en première ronde au classement de mi-saison de la Centrale de soutien au recrutement de la LHJMQ. À seulement 14 ans, il a disputé 10 matchs avec les Forestiers d'Amos l'an dernier et s'est établi cette saison comme le général de l'équipe, cumulant 22 points en 45 rencontres.

«Je trouve ça gratifiant et agréable que j'ai eu la chance d'avoir un gars qui a des aptitudes au hockey et qui passe par les mêmes étapes. C'est encore mieux; dans mon temps au Lac-Saint-Jean, il n'avait pas de AA et AAA», de raconter Gilles Bouchard, qui conserve de beaux souvenirs d'avoir dirigé son fils lorsqu'il était plus jeune dans le AAA d'été.

Gilles Bouchard conserve également un souvenir impérissable de son court passage dans l'organisation en 1991, qui s'est terminé par la conquête de la coupe du Président. L'ailier physique avait été acquis des Harfangs de Beauport quelques mois plus tôt.

«J'ai justement parlé avec Neppy (Rénald Nepton) jeudi au gala. Ce sont de beaux moments et de bons souvenirs. On se respecte beaucoup parce qu'on a gagné ensemble. C'était la première fois en plus que les Sags gagnaient. Ç'a été une coupe vraiment spéciale. C'était la folie furieuse à Chicoutimi. C'était l'enfer. Il y avait même eu une parade», souligne Gilles Bouchard, qui devient très expressif en se rappelant ces moments.

Il pourrait bien vivre les mêmes émotions dans quelques semaines avec les Huskies qui ont terminé la saison avec une récolte de 113 points, la sixième plus importante de l'histoire de la LHJMQ.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer