Une leçon de vie sur le ring

Atteint de polyneuropathie sensitivomotrice, Isaac Girard pourrait s'apitoyer... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Atteint de polyneuropathie sensitivomotrice, Isaac Girard pourrait s'apitoyer sur son sort et rester dans sa chaise roulante. Il réussit au contraire à s'entraîner au Club de boxe de Chicoutimi sous la supervision de Jonathan Gauthier, un entraîneur à la bonne humeur contagieuse.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Atteint de polyneuropathie sensitivomotrice, une maladie neuromusculaire évolutive, Isaac Girard aurait pu rester bien tranquille dans sa chaise roulante à jouer à des jeux vidéo. Mais au lieu de cela, l'adolescent de 14 ans a décidé de mettre les gants de boxe, tant au sens propre que figuré, en s'inscrivant à des cours de boxe. Supervisé par l'entraîneur Jonathan Gauthier du Club de boxe de Chicoutimi, c'est une fort belle leçon de vie que donne le jeune Isaac à tout son entourage.

Le jeune battant était attiré par la boxe, un sport dans lequel son parrain, Hugo Tremblay, s'était distingué lorsqu'il était adolescent, lui aussi âgé de 14 ans. Sa mère, Isabelle Tremblay, s'est donc lancée dans la recherche d'un club qui pourrait aider son fils à réaliser son souhait.

«C'est très difficile de trouver des sports adaptés et accessibles pour les personnes à mobilité réduite. Isaac était attiré par la boxe, et comme j'essaie d'y aller avec ses intérêts, j'ai fait le tour des clubs de boxe», raconte Mme Tremblay.

Car l'accessibilité à ces installations sportives n'est pas nécessairement faite pour les personnes en chaise roulante. «Ici, au club de Chicoutimi, il y avait peu de marches à monter et ce sont eux qui étaient le plus ouverts à offrir un entraînement adapté pour Isaac», mentionne celle qui a alors rencontré les entraîneurs Denis Gravel et Michel Desgagné.

«Ils ont pensé à Jonathan Gauthier, qui a un super bon contact avec les jeunes. Jonathan est vraiment extraordinaire», souligne la dévouée maman qui en a vu des intervenants. Pour elle, l'entrain contagieux du jeune entraîneur et sa créativité sont stimulants pour son fils. «J'ai trouvé ça assez exceptionnel de voir Jonathan travailler avec mon garçon. Il peut y avoir des intervenants qui ont beaucoup de savoir-faire, mais ils n'ont pas tous le savoir-être et le contact (avec le client).»

Cet hiver, Isaac s'est donc rendu une fois par semaine au Club de boxe de Chicoutimi où il a droit à un entraînement privé avec le pétillant entraîneur.

«Le but n'est pas de faire de l'entraînement intensif, mais de faire en sorte qu'Isaac pratique une activité où il aura du fun et où il développera sa confiance. Il aime venir ici et il en est fier, explique Isabelle Tremblay. Il a du fun avec Jonathan qui arrive à lui faire faire différents types d'exercices. Il varie vraiment les entraînements et fait preuve de beaucoup de créativité.»

Isabelle Tremblay ne regrette pas d'avoir osé tenter le coup et surtout d'avoir été aussi bien accueillie. «Ça prend du monde de coeur et des gens généreux, parce ça demande un peu plus de temps, travailler avec des gens qui ont un handicap.»

Entraîneur au Club de boxe de Chicoutimi, Jonathan... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie) - image 2.0

Agrandir

Entraîneur au Club de boxe de Chicoutimi, Jonathan a vraiment le tour avec les jeunes. Il a développé une belle complicité avec Isaac Girard qui aime bien lui décocher quelques coups.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Un défi intéressant

À voir Jonathan Gauthier aller, nul doute qu'il a vraiment le tour avec les jeunes. Taquin, dynamique et d'excellente humeur, l'entraîneur de boxe sait comment aller chercher le meilleur de chacun.

Il faut dire qu'il a déjà une bonne expérience, puisqu'il s'occupe d'un groupe de 23 jeunes âgés de neuf à 12 ans. Et lorsque Michel Desgagné et Denis Gravel lui ont proposé de travailler avec Isaac Girard, atteint de polyneuropathie sensitivomotrice, il a accepté le défi.

«C'est un défi, mais un beau défi. Le samedi, on a un entraînement privé conçu pour lui. Ça demande de nouvelles coordinations et une nouvelle maîtrise de la boxe parce qu'on entraîne différemment, mais les résultats sont là, confirme le sympathique entraîneur qui aime bien taquiner son protégé.«Isaac réussit à bien boxer et à bien bouger. Au début, il était fatigué et par après, bang! Son énergie est revenue. Parfois, ça lui tente moins de venir s'entraîner à cause de la fatigue et du mal de dos, mais il se découvre des forces. Je m'entraîne avec lui comme avec les autres. On oublie sa chaise roulante. C'est une expérience positive pour tout le monde.»

«Ça lui donne confiance et ça lui permet de connaître et de repousser ses limites. On ne repousse pas ses limites à rester chez soi à jouer au GameCube», souligne celui qui souhaite transmettre sa passion pour la boxe, son sport depuis dix ans. «J'ai commencé la boxe à l'âge de neuf ans au Club de Chicoutimi et Michel [Desgagné] m'a pris sous son aile, et j'ai toujours boxé depuis. J'ai 23 combats», mentionne celui qui pourra compter Isaac comme partisan numéro 1.D'ailleurs, il a convaincu Isaac que la boxe était l'un des volets de la lutte, un sport qu'aurait aimé pratique son protégé. Outre la boxe, Isaac s'adonne aussi au tir à l'arc au club des Archers de Jonquière. Là aussi, il peut compter sur des entraîneurs dynamiques et ouverts, dont l'excellent Tommy Plante, pour l'aider à se développer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer