Charles Cantin sur le podium des expériences

Charles Cantin a l'impression d'être littéralement retombé en... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Charles Cantin a l'impression d'être littéralement retombé en enfance grâce au passage des Guy Carbonneau, Stéphane Richer, Steve Shutt, Chris Nilan, Gilbert Delorme et compagnie.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Autant dans sa vie personnelle que professionnelle, Charles Cantin a eu droit à son lot d'expériences agréables et enrichissantes. La plus récente occupera une place de choix dans son coeur pendant bien des années.

Vendredi dernier, le criminaliste a participé au match amical présenté au Centre Georges-Vézina entre les anciens du Canadien de Montréal et un groupe d'hommes d'affaires de la région. Il l'a fait dans l'uniforme du Tricolore, tout comme le policier de Saguenay Dominic Gagnon.

«C'est sur le podium de mes expériences personnelles les plus impressionnantes, lance l'avocat. J'ai rencontré le pape à Ottawa et j'étais moins impressionné que je l'ai été vendredi passé...»

Charles Cantin a l'impression d'être littéralement retombé en enfance grâce au passage des Guy Carbonneau, Stéphane Richer, Steve Shutt, Chris Nilan, Gilbert Delorme et compagnie. Il a apprécié chaque moment de l'expérience et le comportement de ceux qui lui ont ouvert la porte de leur vestiaire pour une soirée.

«Il faut dire d'abord que j'ai failli ne pas y aller deux ou trois fois, raconte Charles Cantin. Je n'avais pas joué au hockey depuis 35 ans. Je me disais que les gars allaient rire de moi. J'avais une espèce de crainte anticipée. Je suis allé patiner le midi et ça s'est quand même assez bien passé.

«Le soir, je suis arrivé le premier. Quand tu entres dans un vestiaire organisé comme celui occupé par le Canadien l'avait été, c'est assez impressionnant. D'abord, tu vois ton chandail du Canadien avec ton nom dans le dos. Ensuite, tu vois Richer, Carbonneau, Delorme, Bouillon... Tu retombes carrément en enfance. J'ai eu l'impression de retourner à la période où j'étais p'tit gars et que j'écoutais le hockey à la télévision le samedi soir. Le maudit rouge du chandail du Canadien, on ne le retrouve pas partout et c'est la couleur qui attire d'abord l'attention. Je suis retourné à l'âge de 6 ou 7 ans, quand je voyais jouer Jean Béliveau, Henri Richard, Guy Lafleur et John Ferguson.

«Ce qui est aussi impressionnant, c'est que le hockey est vraiment un sport d'équipe et un mode de vie pour ces joueurs. Ils jouent et vivent ensemble depuis des années. J'ai senti un très fort lien entre ces gars. Pour eux, jouer au hockey est encore très important. Gilbert Delorme m'a raconté qu'il avait une bonne business et qu'il l'a vendue. Aujourd'hui, il joue au hockey et il parle de hockey à la radio et à la télévision.»

Pendant son bref séjour avec les anciens du Tricolore, Charles Cantin a remarqué que Delorme joue un gros rôle de meneur au sein du groupe, tout comme Chris Nilan. Celui-ci a particulièrement impressionné le criminaliste par la place qu'il occupe dans un vestiaire de hockey. Il a peine à s'imaginer comment il pouvait se comporter au sommet de sa carrière.

Charles Cantin assure avoir été accueilli d'une façon extraordinaire par les anciens professionnels. Ces derniers ont même montré beaucoup d'intérêt pour la profession de leur invité. Le Jonquiérois a d'ailleurs été appelé à leur expliquer le dossier de Mario Tremblay, qui venait d'être reconnu coupable d'avoir refusé d'obéir à un policier, mais acquitté d'une accusation de conduite avec les facultés affaiblies.

Sur la glace, les hockeyeurs ont aussi beaucoup impressionné leur coéquipier d'un soir.

«Un match entre de vrais professionnels (toujours actifs), ça doit être hallucinant, estime Charles Cantin. J'ai vu ce qu'est une passe de la Ligue nationale. Ça n'a pas de bon sens.

«À un moment donné, il y a eu comme un mot d'ordre sur le banc. C'est Steve Shutt qui ''callait les shots''. J'ai vu Delorme et Richer augmenter le rythme. Sur le banc, on sentait qu'ils avaient décidé de donner un coup. Nous (les deux invités) avons sauté une présence sur la glace...

«J'ai vécu une expérience très impressionnante. Elle va rester très longtemps gravée dans ma mémoire.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer