Sans Carey Price, point de salut

Stéphane Richer, Guy Carbonneau et Gilbert Delorme ont... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Stéphane Richer, Guy Carbonneau et Gilbert Delorme ont tous porté l'uniforme des Saguenéens au cours de leur carrière junior.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les anciens membres des Canadiens sont unanimes. La perte de Carey Price a fait mal à l'équipe, en plus de mettre en avant-plan certaines lacunes évidentes de la Sainte-Flanelle.

Rencontrés au Centre Georges-Vézina vendredi en marge du match disputé dans le cadre de la Tournée des anciens Canadiens, Stéphane Richer, Gilbert Delorme, Guy Carbonneau et Francis Bouillon avaient sensiblement le même discours. Tu ne peux pas être privé de ton meilleur joueur pendant plus de trois mois sans en subir les effets.

«J'ai joué devant Carey Price et c'est tellement un joueur qui donne confiance à ses coéquipiers, a partagé Francis Bouillon, jeune retraité qui a joué sa dernière saison dans la LNH avec les Canadiens en 2013-2014, avant de passer la dernière année en Europe. On l'a bien vu en début de saison et sa perte a été un gros facteur. Cela dit, ce n'est pas un joueur qui fait une équipe. On voit qu'il y a une reconstruction à faire et j'espère qu'ils vont être en mesure de se refaire pour la prochaine saison.»

Le jeune Jérémy Bouchard était bien content de... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 2.0

Agrandir

Le jeune Jérémy Bouchard était bien content de rencontrer Stéphane Richer, même si le jeune garçon n'a pas eu la chance de le voir jouer dans la Ligue nationale.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Le criminaliste Charles Cantin a eu la chance... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 2.1

Agrandir

Le criminaliste Charles Cantin a eu la chance de jouer aux côtés de Chris Nilan, qui faisait régner la loi à l'époque où il jouait.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Analyste à RDS, l'ancien cogestionnaire des Saguenéens Guy Carbonneau est bien placé pour évaluer la glissade de Canadien. Selon lui, Michel Therrien n'a rien à se reprocher.

«La blessure de Carey a étalé un plus grand problème, a réagi celui qui vient faire un tour dans la région quelques fois par année pour rendre visite à la famille de sa femme. Tu ne veux pas que ce genre de chose arrive mais en même temps, ça leur permet de réaliser ce qu'ils se doivent d'améliorer.»

Également présent au Centre Georges-Vézina, Gilbert Delorme rejoignait l'opinion de Carbo. Selon l'ancien défenseur des Sags qui a récolté 111 points lors de la saison 79-80 à Chicoutimi, un record pour un arrière, Marc Bergevin a du pain sur la planche en vue de la saison morte.

«Ça prend des gars d'impact sur les deux premiers trios, on n'a pas le choix, a réagi un Gilbert Delorme dans une excellente forme physique. Il manque de punch à l'attaque et ça prend des joueurs capables de marquer des buts. À la défense, on peut se débrouiller mais c'est à l'avant qu'il faut travailler. Je l'aime bien Brendan Gallagher, mais quand c'est ton meilleur ailier droit, il y a un problème.»

Francis Bouillon est un jeune retraité, lui qui... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 3.0

Agrandir

Francis Bouillon est un jeune retraité, lui qui a joué son dernier match dans Ligue nationale lors de la saison 2013-2014.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Ariane Delisle s'est fait autographier une affiche à... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 3.1

Agrandir

Ariane Delisle s'est fait autographier une affiche à l'effigie de Stéphane Richer, qui s'est montré disponible avant le début du match des anciens Canadiens.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Concernant le fait que certains partisans des Canadiens aimeraient voir leur équipe continuer de descendre au classement dans le but de repêcher le meilleur espoir possible, Delorme a été catégorique.

«Ça ne se fait pas et je ne sais même pas pourquoi on entend dire ça, a-t-il tranché. C'est complètement ridicule, il n'y a pas un entraîneur qui prépare son équipe en fonction de perdre. Tu ne peux même pas y penser.»

Dernier marqueur de 50 buts à avoir porté l'uniforme bleu-blanc-rouge, Stéphane Richer a de la difficulté à croire que son successeur se retrouve actuellement à Montréal.

«C'est pourtant dur à croire parce que chaque équipe a pratiquement sept avantages numériques par soir, a mis en contexte le gaillard. Dans notre temps, on était contents quand on en avait deux! Le jeu a toutefois beaucoup évolué et les deux équipes s'étudient davantage.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer