Le Club de curling de Kénogami a besoin d'aide

Le Club de curling de Kenogami aura 100... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le Club de curling de Kenogami aura 100 ans en 2020 et le bâtiment montre des signes évidents d'usure.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Le Club de curling Kénogami aura 100 ans en 2020 et son conseil d'administration espère qu'il pourra célébrer l'événement dans des conditions intéressantes. Pour y arriver, il demande l'aide de Saguenay.

Le Club de curling Kénogami aura 100 ans en 2020 et son conseil d'administration espère qu'il pourra célébrer l'événement dans des conditions intéressantes. Pour y arriver, il demande l'aide de Saguenay.

Si le club s'approche du siècle d'existence, l'édifice qui l'abrite montre évidemment des signes d'usure. Au fil des années, il a bénéficié de quelques rénovations, mais ses dirigeants ont la conviction qu'il a besoin aujourd'hui d'une bonne remise en forme ou encore qu'il faut sérieusement regarder l'idée d'un tout nouveau bâtiment à vocation multiple.

Au cours des derniers mois, les dirigeants du club ont préparé un dossier qui fait le tour de la situation actuelle et des solutions possibles. À ce niveau, ils estiment que trois hypothèses existent: un rajeunissement des installations actuelles, un nouvel édifice ou, dans le pire des cas, une fermeture éventuelle. Ils demandent à Saguenay de leur donner un coup de main pour la réalisation d'une étude qui permettra d'identifier la solution idéale pour entamer un deuxième siècle sur le bon pied.

«Malheureusement, nous avons l'impression de ne pas avoir d'écoute de la ville, explique le président du conseil d'administration, Pierre Guay. Toutes nos démarches n'ont rien donné. Par exemple, il y a deux mois, nous avons demandé à notre échevin de mettre un peu de pression sur la ville pour obtenir un montant de 10 000$ pour tracer l'état de santé de notre club. C'est bien beau de vouloir monter un projet, mais il faut d'abord connaître le véritable portrait de la situation. Il faut des plans précis, une étude sérieuse, mais notre demande a essuyé un refus catégorique.

«Nous comptons 300 membres et 35 000 personnes par année entrent au club. Le club est un actif pour la ville. Il fonctionne sept jours par semaine, sept mois par année. Mais il n'est pas possible de rentabiliser le club en le faisant vivre sept mois par année. Il doit pouvoir fonctionner douze mois par année. Nous sommes prêts à accueillir tous les organismes communautaires du secteur Kénogami. Nous sommes situés en face du Centre Price et celui-ci tient des réunions chez nous. Pourquoi ne pas mettre en commun nos activités? En ce moment, nous n'avons pas la possibilité de le faire.

«On ne peut pas rénover pour rénover. L'idéal serait un centre multiservice qui pourrait servir à l'ensemble de l'arrondissement. Nous invitons les gens de la ville à nous écouter et à venir voir comment nous sommes organisés. Nous sommes 12 pouces en bas des égouts de la ville et nous avons des dégâts d'eau chaque année! Notre club est le plus âgé de la région et ce serait bien de pouvoir fêter son centenaire dans de bonnes conditions.»

Pierre Guay rappelle que Saguenay a donné un coup de pouce de 150 000$ au club, il y a trois ans, pour refaire le système de réfrigération. Ce secteur n'a pas à être touché par de nouvelles rénovations, mais le reste de l'édifice a besoin d'air. Le même air qui passe à travers les murs à certains endroits.

Il ajoute que des démarches effectuées auprès de Québec et d'Ottawa permettent d'anticiper des réponses positives de ces côtés, mais le club a d'abord besoin du support municipal.

«Dans le futur, nous aimerions tabler sur le sport-études, poursuit Pierre Guay. En ce moment, nous n'avons rien pour accueillir ce programme. Avec une rénovation ou un nouvel équipement, nous pourrons offrir tout ce que demande le programme. Un autre groupe que nous pourrions accueillir avec de nouvelles installations est celui des personnes handicapées. Nous voulons que le club soit en mesure de fonctionner douze mois par année.»

Pour célébrer son centenaire, le club Kénogami aimerait présenter le Championnat canadien de curling junior en 2020. Pierre Guay est convaincu qu'il n'a aucune chance de le faire dans les conditions actuelles.

Le système de réfrigération du club de Kénogami... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 2.0

Agrandir

Le système de réfrigération du club de Kénogami a été refait il y a trois ans, grâce notamment à une aide de 150 000 $ versée par Saguenay

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Une forte représentation régionale en Nouvelle-Écosse

L'accent du Saguenay-Lac-Saint-Jean sera entendu fréquemment à Kentville et Wolfville, du 4 au 10 avril, quand ces deux villes de la Nouvelle-Écosse accueilleront les Championnats canadiens de curling des maîtres, masculin et féminin. Six des huit représentants du Québec à cette occasion sont natifs de la région.

Présentés en fin de semaine dernière à Grand-Mère (masculin) et au Club de curling Victoria de Québec (féminin), les championnats provinciaux ont couronné les quatuors de Jacques Taillon (Saint-Félicien) et de Sylvye Turgeon (Longue-Pointe/Glenmore).

En plus du quatuor félicinois de Taillon, qui compte aussi dans ses rangs Jean Lamothe, Fernand Rondeau et André Martel, deux championnes québécoises, la capitaine Sylvye Turgeon et la troisième Lise Carson, sont originaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Dimanche, l'équipe de Jacques Taillon a battu celle de Michel Beauchamp (Laval-sur-le-Lac), 5-2, en finale. Elle n'a cependant pas eu la vie facile dans sa marche vers une première participation au championnat national. Elle a d'abord vaincu tour à tour Jean St-Pierre (Buckingham) et Yves St-Louis (Grand-Mère), en bris d'égalité, pour obtenir la deuxième position du groupe A. Elle a ensuite triomphé de Jim Redston (Pointe-Claire/Glenmore), deuxième du groupe B, en quart de finale, avant d'éliminer Jean-Marc McSween (Valleyfield), en demi-finale.

Au tableau féminin, Sylvye Turgeon et ses coéquipières ont détrôné la championne en titre, Odette Trudel (Trois-Rivières), en l'emportant 8-2 dans le match décisif. Dans quelques semaines, Turgeon représentera le Québec pour la deuxième fois. Elle l'a fait en 2007, en catégorie senior.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer