Un Camp Jam impressionnant

Francis Jobin a réussi quelques manoeuvres spectaculaires en... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

Francis Jobin a réussi quelques manoeuvres spectaculaires en finale, mais n'a pas réussi à devancer le Chicoutimien Nicolas Tremblay.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La nouvelle formule du Camp Jam, maintenant au parc Jean- Béliveau, en a mis plein la vue aux amateurs de planche à neige. En prime, un gars de Chicoutimi, Nicolas Tremblay, a remporté les grands honneurs.

Samuel Gagnon a mis toute la gomme en... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 1.0

Agrandir

Samuel Gagnon a mis toute la gomme en finale pour terminer au troisième rang.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

«J'ai mis environ 40 heures cette semaine à monter les installations avec mes amis de l'entreprise Today's park», confiait le grand gagnant du volet professionnel qui regroupait une trentaine de planchistes, la majorité de l'extérieur de la région.

«Passer autant de temps là-dessus et gagner, c'est le plus beau des cadeaux», a exprimé Nicolas Tremblay avec un large sourire de satisfaction avant d'aller célébrer avec ses amis.

«Depuis la première année que je dis que je veux gagner et c'est là, enfin!», a lancé le nouveau monarque qui avait recommencé la planche cette semaine après avoir subi une blessure à la rate le mois dernier.

Le calibre était effectivement très relevé pour cette 5e édition du Camp Jam, maintenant incorporée dans le Jour de neige. Plus tôt en journée, un tournoi de hockey-bottines, une clinique de planche à neige avec des olympiades amicales ont eu lieu. Les choses sérieuses se déroulaient sous les projecteurs et malgré le froid. Une soixantaine de casse-cou au total ont répondu à l'invitation, répartis dans les classes amateurs et professionnels. Le parcours offrait deux possibilités aux planchistes, des rampes dans la descente, un saut, ainsi qu'une structure pour conclure au bas de la pente. Pendant les qualifications, les athlètes devaient obligatoirement se servir des trois modules.

Chez les professionnels, après une qualification de 45 minutes, les neuf premiers ont été retenus. Ce nombre est descendu à six, puis à quatre pour la grande finale où les survivants ont mis toute la gomme. Seul représentant régional, le favori de la foule a été couronné après un parcours sans faille pour devancer Francis Jobin, de Québec, Samuel Gagnon, de Victoriaville et Sébastien Picard, de Québec, qui ont également su épater les amateurs. Le champion est reparti à la maison avec la coquette somme de 1000$ en plus d'obtenir son laissez-passer pour le tableau principal de l'épreuve de rampes du Snowmission de Rimouski.

Organisateur de la journée, Alex Gagnon était ravi de cette nouvelle formule, même si le froid en soirée a ralenti les ardeurs de certains. Il reviendra à la charge l'an prochain en espérant que Dame nature collaborera. «À cette date, ce n'est jamais facile avec la température», convenait le responsable qui estimait à 1000 personnes l'achalandage en après-midi avec les différentes activités, ce qu'il qualifiait de succès.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer