Iginla prolonge le calvaire du Canadien

Le Canadien joue mal, et il perd. Et lorsqu'il dispute un match de qualité,... (Photo Presse Canadienne)

Agrandir

Photo Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le Canadien joue mal, et il perd. Et lorsqu'il dispute un match de qualité, comme ce fut le cas mercredi soir, il perd aussi.

Jarome Iginla a marqué le but égalisateur, puis le filet victorieux tard au troisième vingt et l'Avalanche du Colorado a ajouté aux déboires du Canadien en lui infligeant un revers crève-coeur de 3-2 au Pepsi Center.

Iginla a inscrit son 17e but de la saison, et le 606e de sa brillante carrière, alors qu'il restait 2:03 à écouler au temps réglementaire.

Il a complété un jeu à trois avec Matt Duchene et Mikhail Grigorenko après que P.K. Subban eut perdu le contrôle de la rondelle en zone de l'Avalanche.

À défaut d'avoir mérité la victoire, ou même un point avec une défaite en prolongation, le Canadien a livré une solide performance, dominant 34-28 au chapitre des tirs aux buts.

Michel Therrien a d'ailleurs loué la performance de ses joueurs, notamment celles de Lucas Lessio et de Lars Eller, qui pivotait l'unité complétée par Max Pacioretty et Sven Andrighetto. Eller a même trouvé le fond du filet avec l'aide de ses deux coéquipiers de trio.

Mais l'entraîneur-chef du Canadien n'a pu s'empêcher de lancer une pointe à l'endroit de Subban.

«J'ai trouvé que l'équipe a travaillé très fort. On méritait sûrement un meilleur sort. On a joué en équipe. Une erreur sur un jeu individualiste nous a coûté le match ce soir», a déclaré Therrien, sans identifier son défenseur.

Plus tard lors de son point de presse, Therrien a apporté certaines précisions à sa pensée.

«Tu ne veux pas qu'un joueur se mette dans ce genre de position-là. Tu veux qu'il fasse un jeu à haut pourcentage de réussite. Ce n'était pas un jeu à haut pourcentage.»

De son côté, Subban a expliqué qu'il avait perdu l'équilibre.

«Je me place souvent dans une situation où j'utilise une main et j'utilise mon corps pour protéger la rondelle. Avec du recul, je suppose que mon jeu suivant aurait été d'envoyer la rondelle dans le fond de la zone. Mais je ne m'attendais pas à perdre l'équilibre.»

Le Canadien a pris les devants deux fois, grâce à Andrei Markov (4e), en première période, et Eller, au deuxième vingt, face à Semyon Varlamov.

Le défenseur Erik Johnson, en désavantage numérique, a été l'autre marqueur de l'Avalanche face à Ben Scrivens. Iginla avait réussi son premier but en avantage numérique, tard en deuxième période.

Duchene a récolté deux passes pour l'Avalanche.

Ce troisième revers consécutif laisse donc le Canadien (27-27-4) au 12e rang du classement de l'Association Est, deux points derrière les Flyers de Philadelphie qui seront de passage au Centre Bell vendredi soir.

Solide départ

Après deux décevantes performances, particulièrement lundi soir à Glendale, les joueurs du Canadien ont connu un fort début de match, menaçant plusieurs fois la forteresse de Varlamov.

Ils sont parvenus à déjouer sa vigilance à 7:40 du premier vingt lorsque Markov, venu appuyer l'attaque, a reçu une passe arrière de Tomas Plekanec et décoché un tir sur réception qui a battu le gardien de l'Avalanche du côté de la mitaine.

En début de deuxième, le Canadien a non seulement raté une occasion en or de doubler son avance pendant une punition mineure au défenseur Andrew Bodnarchuk, il a vu l'Avalanche égaler la marque.

Un peu comme Markov l'avait fait en première, Johnson est venu appuyer une poussée à deux contre deux, et après avoir reçu la passe de Gabriel Landeskog, il a battu Scrivens d'un tir des poignets du côté du bâton, à 3:38

Ce but n'a cependant pas découragé le Canadien, qui a repris les devants grâce à Eller quelque trois minutes plus tard. Sur le jeu, il a profité d'un échec-avant énergique de Sven Andrighetto, qui a forcé Varlamov à se débarrasser de la rondelle derrière son but. Max Pacioretty a intercepté la passe et il a relayé le disque à son nouveau joueur du centre, qui a réussi à faire bouger les cordages avant que Varlamov ne revienne protéger ses filets.

Iginla croyait avoir égalé le score à 13:51, mais il s'est plutôt retrouvé au banc des pénalités. Mais moins d'une minute après sa sortie du cachot, et neuf secondes après le début d'une mineure à Eller, Iginla s'est repris. Son tir de la ligne bleue, qui a semblé toucher un bâton, a battu Scrivens dans la partie inférieure gauche du filet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer