Le mauvais temps cause un imbroglio

Le mauvais état des routes régionales a causé un imbroglio dont les... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Le mauvais état des routes régionales a causé un imbroglio dont les organisateurs du Tournoi interrégional de hockey atome et pee-wee d'Alma se seraient bien passés, mardi soir.

En raison des mauvaises conditions, les Sénateurs de Saint-Félicien ont décidé de ne pas s'aventurer sur la route pour jouer le match qui devait les opposer aux Griffons d'Alma, en milieu de soirée. Triste résultat, ils ont perdu le match par défaut, ce qui leur a enlevé la possibilité de se qualifier pour les demi-finales.

La décision du tournoi de ne pas déplacer le match a évidemment soulevé la colère des Sénateurs et quelques parents de l'équipe ont manifesté leur déception plus vivement que d'autres. À leur tour, les dirigeants du tournoi ont été déçus par les réactions entendues ou lues.

Que prévoient les règlements de Hockey Québec dans une situation du genre? André Dufour, registraire de Hockey Saguenay-Lac-Saint-Jean, a apporté la réponse en fin de soirée.

«La seule chose écrite au niveau de Hockey Québec, c'est que si les conditions ne permettent pas la circulation et que les routes sont barrées par la Sûreté municipale, la Sûreté du Québec ou le ministère des Tranports, le tournoi doit faire les efforts pour replacer les matchs, a précisé André Dufour. Si ce n'est pas le cas, on applique malheureusement le règlement et l'équipe qui ne se présente pas perd son match. Dans le cas qui nous concerne, la circulation se faisait sur les routes et d'autres équipes du Lac se sont présentées.

«Un tournoi ne peut pas contrôler mère Nature. On comprend aussi les parents. Je ne suis pas contre le fait qu'ils ont pris leurs responsabilités et décidé de ne pas y aller. Quelques personnes de l'équipe concernée m'ont appelé, mais le tournoi a appliqué les règlements qui existent. Nous avons les mêmes règlements pour les activités des ligues. Il n'y a que dans les conditions où on n'est pas capable de se rendre sur place qu'on annule un match. Si les parents ont décidé de ne pas y aller pour leur propre sécurité ou la sécurité des jeunes, ils ont pris leurs responsabilités. Mais il y a des conséquences malheureusement.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer