Fin de semaine à oublier pour les Jeannois

Vraiment un week-end à oublier pour les Jeannois du Collège d'Alma. En... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Vraiment un week-end à oublier pour les Jeannois du Collège d'Alma. En accordant 17 buts en deux matchs, ils pouvaient difficilement espérer un résultat positif.

Battus 9-2 par les Rebelles du Cégep de Sorel-Tracy, samedi, les Jeannois n'ont pas vraiment mieux paru dimanche puisqu'ils ont encaissé un revers de 8-1 face aux Lions du Cégep Champlain St. Lawrence.

Les Jeannois ont été dans le coup pendant un peu moins de deux périodes face aux Lions. Leurs ennuis devant le filet et l'efficacité des unités spéciales des Lions ont cependant fait la différence. Les vainqueurs ont marqué quatre de leurs huit buts en avantage numérique. De leur côté, les Jeannois ont été blanchis en quatre tentatives.

«Honnêtement, nous avons connu une bonne première période même si les Lions menaient 3-1, a résumé le pilote des Jeannois, Pascal Hudon. On jouait bien. En deuxième période, nous les avons mangés pendant les 12 premières minutes. Nous étions toujours dans leur zone, mais nous n'arrivions pas à marquer. Ils ont fini par entrer dans notre zone et ils ont marqué leur quatrième but sur un petit lancer de la ligne bleue...»

Lancer la serviette

Comme il l'avait mentionné après la défaite de samedi, Pascal Hudon a noté que certains joueurs ont lancé la serviette en cette fin de saison. Les Jeannois ont encore trois matchs à disputer et ils savent depuis déjà deux semaines qu'ils ne participeront pas aux séries.

«Parmi les vétérans, plusieurs ont mis la ''switch à off'', a répété l'entraîneur. Ceux qui ont vécu nos trois dernières saisons, qui ont connu les séries émotives contre St. Lawrence, ont plus de difficulté à se motiver depuis qu'ils savent qu'on ne participera pas aux séries. Les joueurs de 17 ans qui seront de retour l'an prochain travaillent. Ils veulent s'assurer d'avoir leur poste l'an prochain. J'aime ce que je vois d'eux, mais ça me déçoit quand même de voir les autres abandonner. Quand tu as un engagement envers une organisation et une fierté... Mais je les comprends un peu aussi. C'est leur carrière qui finit. Mais la passion de gagner devrait quand même être là tout le temps.

«Même pour moi, c'est difficile. Je suis entraîneur depuis 19 ans et c'est la première fois que je ne participe pas aux séries. Je suis un gars intense et je ne suis pas habitué à gérer ce genre de situation.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer