Samuel Tremblay rafle les honneurs

Champion canadien en titre de l'Eliminator, l'Almatois Samuel... (Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Champion canadien en titre de l'Eliminator, l'Almatois Samuel Tremblay est devenu, hier, le roi de la première édition du Fatfast.

Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Champion canadien de l'élimination au sprint (Eliminator), l'Almatois Samuel Tremblay a prouvé que sa couronne n'était pas le fruit du hasard, hier, alors qu'il a enlevé les grands honneurs de la FatFast courue au centre-ville de Roberval, à l'occasion de la 2e édition de la Mahikan Race.

Les athlètes de la région se sont d'ailleurs distingués lors de cette nouvelle épreuve de Fatbike qui s'est ajoutée au volet cross-country de l'événement. En effet, deux des quatre finalistes provenaient du Saguenay-Lac-Saint-Jean/Chibougamau. Outre Samuel Tremblay, Frédéric Bergeron de Chibougamau a lui aussi pris part à la grande finale. Après une première qualification où Tremblay a signé le meilleur temps, les deux Bleuets ont réussi à se qualifier lors des vagues éliminatoires à quatre, où seuls les deux premiers passaient à l'étape suivante.

En grande finale, ils ont fait face à deux adversaires de taille, en Christian Gauvin, surnommé le «seigneur du Fatbike» en raison des 15 courses de Fatbike qu'il a remportées avec son équipe Rocky Mountain, et en Edoardo Bonetto, gagnant de la course XC Mahikan Race d'Alassio en Italie. Pour l'occasion, ce dernier portait les couleurs du fleuron régional Devinci.

Champion du monde de descente en classe Élite,... (Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens) - image 2.0

Agrandir

Champion du monde de descente en classe Élite, Loïc Bruni se dirigeait vers la victoire en demi-finale lorsqu'il a chuté.

Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens

Champion du monde de descente chez les maîtres,... (Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens) - image 2.1

Agrandir

Champion du monde de descente chez les maîtres, Jean Pierre Bruni,père de Loïc, a tenté de se hisser en finale.

Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens

La finale a donné lieu à une vive lutte pour la 2e et la 3e position, Samuel Tremblay s'étant déjà installé en tête pour filer vers la victoire. «Dans le premier virage, Frédéric (Bergeron) était en premier, mais je voulais arriver premier au 2e virage. Je suis donc passé en avant parce que c'était glacé et que les risques de chute étaient quand même élevés. Je me suis placé en avant et j'ai entendu brasser à l'arrière. J'étais content de m'être placé en avant, parce que si jamais je chutais, ce serait uniquement de ma faute.»

Bergeron et Bonetto se sont légèrement accrochés et Gauvin en a profité pour se faufiler en deuxième position. Bergeron a chuté et Bonetto a terminé l'épreuve au 3e rang, tandis que Bergeron a conclu en 4e position.

Belle première pour Tremblay

Grâce à sa victoire, Samuel Tremblay a obtenu son billet (incluant le transport, l'hébergement et la nourriture) pour participer à la Mahikan Race courue en Italie en octobre. «Le promoteur Marco (Camilloni) m'avait contacté lundi pour me dire qu'il ajoutait un Eliminator et qu'ils aimeraient que j'y sois, en tant que champion canadien de l'épreuve», raconte l'étudiant en médecine à l'Université Laval. Bien qu'il ne se soit initié au Fatbike que l'an dernier, à la faveur d'une course au Mont-Lac-vert et une à Dolbeau, le vététiste s'est finalement laissé tenter pour le plaisir du défi et le prix à l'enjeu.

«C'était la première fois que je faisais le sprint par élimination en formule fatbike», raconte celui qui a d'ailleurs emprunté le Fatbike de son beau-père pour participer à l'épreuve. En qualifications, Tremblay a signé le meilleur temps, devançant même par deux secondes le champion du monde de descente, Loïc Bruni. Toutefois, le duel entre lui et Bruni n'a pas eu lieu. Bruni était premier de sa vague en demi-finale lorsqu'il a chuté. «Je n'ai pas pu me mesurer à lui, mais j'aurais aimé ça», déplore le champion, tout de même heureux de son prix, «le plus gros prix que j'ai gagné en vélo en terme monétaire!»

D'autre part, Samuel Tremblay a été impressionné par la qualité de l'organisation. «C'était vraiment bien aménagé. Ça se passait dans la rue, près de la marina et il y avait plusieurs bénévoles. C'était vraiment tout qu'une organisation. J'avais rarement vu ça», a conclu celui qui ne pourra être de l'épreuve cross-country sera courue aujourd'hui, dans le rang 2 sud de Roberval.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer