Retour sur une grande carrière

Peyton Manning... (Photo Associated Press)

Agrandir

Peyton Manning

Photo Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / À moins de trouver une cure de jouvence lors des prochains mois, Peyton Manning en sera à sa troisième et dernière participation au Super Bowl... et probablement à son dernier match en carrière. Malgré une seule victoire lors du match ultime, peu importe le résultat de dimanche, le quart-arrière des Broncos de Denver a une place assurée au Temple de la renommée de la NFL, dès sa première année d'éligibilité. Voici la petite histoire d'un joueur d'exception.

Au repêchage de 1998, avec le premier choix au total, les Colts d'Indianapolis ont opté pour Peyton Manning, ce qui va complètement métamorphoser cette organisation qui tournait un peu en rond à l'époque. Les succès ont été pratiquement immédiats et à compter de 2002, les Colts se sont établis comme des incontournables des séries. Les affrontements contre Tom Brady et les Patriots étaient à ne pas manquer.

Les Colts avaient également la réputation de crouler sous la pression, à juste titre, ce qui soulevait des doutes sur la capacité de Manning de mener son équipe aux grands honneurs.

Ces doutes ont été dissipés en 2007 quand il a réussi à soulever le trophée Vince-Lombardi pour la première et seule fois de sa carrière.

À ce sujet, le talent n'est pas toujours récompensé par un nombre suffisant de championnats. Un titre du Super Bowl, c'est le même nombre que Trent Dilfer, Brad Johnson et Jeff Hostetler qui ne sont même pas proches d'être dans la même catégorie que Manning au poste de quart-arrière. Un, c'est également un de moins que son frère Eli qui l'a emporté deux fois avec les Giants de New York, deux fois contre les Patriots de la Nouvelle-Angleterre lors du match ultime. Nul besoin de spécifier ici que le frère cadet ne lui arrive pas à la cheville, comme joueur, mais également comme individu.

En 2011, plusieurs pensaient que sa carrière était terminée après une opération au cou qui a demandé une année complète de réadaptation.

Après 14 ans et 208 matchs consécutifs, les dirigeants des Colts ont lancé la serviette quand ils ont repêché Andrew Luck, encore une fois avec le premier choix au repêchage. Manning s'est donc retrouvé avec les Broncos de Denver où il a ressuscité sa carrière -le mot est faible- connaissant même sa meilleure saison en 2013 avec 55 passes de touché.

Les Broncos ont toutefois été freinés lors du Super Bowl XLVIII dans l'un des duels les plus inégaux de l'histoire, se terminant 43-8. Encore une fois, ses dénigreurs ont remis en doute sa capacité de l'emporter lors des grands matchs.

Plus tôt cette saison, il semblait bien que la vraie fin avait sonné pour Peyton Manning après une blessure au pied. Son substitut, Brock Osweiler, se débrouillait plutôt bien tandis qu'à son dernier départ, le 5 novembre, le jour où il a battu le record de Brett Favre pour le plus grand nombre de verges en carrière (71 838!!!), Manning avait été atroce face aux Chiefs de Kansas City avant d'être cloué au banc.

Le vétéran quart-arrière a obtenu une dernière chance en relève lors du dernier match de la saison, menant les siens à une remontée face aux Chargers de San Diego. Sans être sensationnel en éliminatoires, il n'a pas fait perdre son club.

Voilà ce qui nous amène à dimanche soir. À bientôt 40 ans et un corps très hypothéqué, ce sera probablement la dernière chance de Manning de remporter le match ultime.

Ce serait une histoire aussi improbable que fantastique, mais la défensive des Panthers ne lui fera certainement pas de cadeaux. Ce sera le sujet de la troisième et dernière chronique, demain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer