La boxe en popularité grandissante

Le Défi des champions attire son lot de... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

Le Défi des champions attire son lot de spectateurs au Centre Price de Jonquière.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La boxe a la cote par les temps qui courent. La Fédération québécoise de boxe olympique a plus que doublé le nombre de ses membres depuis le tournant des années 2000.

À l'époque, il existait 60 clubs de boxe à travers le Québec et 1500 membres. Ils étaient même moins de 1000 en 1998. Cette année, 115 clubs existent et regroupent environ 4000 adeptes dans toutes les régions administratives du Québec.

«Depuis le début des années 2000, le nombre de clubs a explosé et depuis, on se maintient bon an mal an autour de 115-120», souligne le directeur technique de la Fédération québécoise de boxe olympique, Patrick Denis, présent pour le Défi des champions en fin de semaine au Centre Price, en compagnie de la présidente, Diane Béchard. L'organisme qui existe depuis 1970 et a pour mission de favoriser le développement du sport.

Preuve de cette popularité grandissante, la boxe a fait son entrée au Jeux du Québec à Saguenay en 2013. Quelques années plus tôt, la demande avait essuyé un refus en raison d'un manque de représentativité.

À son retour dans le ring, Amélie Tremblay... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 2.0

Agrandir

À son retour dans le ring, Amélie Tremblay a perdu par arrêt de l'arbitre au 4e round, contre Kim Parent du Club La Capitale de Québec.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Patrick Denis reconnaît que le couloir Montréal/Trois-Rivières/Québec regroupe le plus de membres et la plupart des compétitions se déroulent dans ces environs. Toutefois, malgré des coûts plus importants de déplacement, la tenue de compétition en région demeure primordiale dans la promotion de la boxe.

«On est conscients qu'il faut aller en région à des intervalles réguliers. Il ne faut pas les laisser tomber. En plus, si on exclut les grands centres, historiquement, Saguenay est un bastion fort de la boxe au Québec», rappelle Patrick Denis, précisant que l'organisation provinciale est en bonne situation financière.

Les dirigeants de la fédération ont lancé en 2013 un projet-pilote pour permettre aux jeunes de 8 ans de débuter dans la boxe. Les coups à la tête sont interdits et cette façon de faire vise surtout de donner de l'expérience aux jeunes et améliorer leur prise de décision grâce à un apprentissage technique. Depuis l'an dernier, le programme a été accepté par Boxe Canada et est appliqué à la grandeur du pays.

La boxe n'a pas toujours bonne presse, le directeur technique en est conscient. Il estime cependant que le risque des coups à la tête est moins important que ce qui est souvent mentionné. «On ne se bat pas 4-5 fois par semaine. La charge est minime et on axe beaucoup sur l'apprentissage technique», indique Patrick Denis, mentionnant que l'un des rôles majeurs de la fédération est de conscientiser les entraîneurs avec des séminaires et de la documentation. Il ajoute que les gants utilisés sont également beaucoup mieux rembourrés que par le passé et que pour qu'un gala soit sanctionné, un médecin doit être sur place et examiner tous les participants avant qu'ils montent dans le ring.

Trois boxeurs d'ici vaincus

Giuseppe Moffa a réussi à atteindre Samuel Lévesque... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 4.0

Agrandir

Giuseppe Moffa a réussi à atteindre Samuel Lévesque à quelques occasions, hier après-midi.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Le parcours des trois boxeurs de la région a pris fin hier au Défi des champions, présenté au Centre Price de Jonquière.

En début d'après-midi, le favori local Samuel Lévesque, du club hôte, a offert une très bonne opposition à Giuseppe Moffa, beaucoup plus expérimenté, mais s'est incliné par décision en demi-finale chez les juvéniles 63 kilos. À son cinquième combat en carrière, le Jonquiérois a eu de la difficulté à atteindre son adversaire et quand il le faisait, la réplique était immédiate. Le deuxième round a été le meilleur du boxeur régional, mais il tirait tout de même de l'arrière au cumulatif et n'a pas été en mesure de combler le retard

«Il aurait fallu faire un autre plan de match. On aurait dû mettre un peu plus de pression et l'attaquer», convenait son entraîneur Hubert Malaison.

«Il aurait fallu le sortir davantage de sa zone de confort et on ne l'a pas fait», d'estimer l'entraîneur, ajoutant que son protégé a tout de même réussi à déranger le Montréalais à quelques occasions et que son expérience lui serait profitable pour le futur.

Dans le même programme, une dizaine de combats plus tard, Amélie Tremblay, du Club de Chicoutimi, n'a pas réussi à se rendre à la décision face à Kim Parent, de Québec, chez les seniors 57 kilos. C'était la troisième fois que les deux pugilistes croisaient le fer, mais Amélie Tremblay n'avait pas combattu depuis plus d'un an, ce qui s'est ressenti dans la mobilité, malgré une très bonne préparation. Kim Parent a mis fin à l'affrontement avec trois comptes de huit successifs au dernier round, alors qu'elle menait déjà au pointage. «Elle a très bien boxé. Elle était difficile à atteindre», a noté l'entraîneur d'Amélie Tremblay, Michel Desgagné, concédant que son adversaire avait été plus régulière.

En soirée, Jordan Blackburn, également de Chicoutimi, a perdu une décision très serrée face à Andey Shostko, du Club Underdog de Montréal, en demi-finale chez les 60 kilos juvéniles. «On pensait qu'il avait le combat», a soufflé Michel Desgagné après coup.

«Il a fait pas mal son meilleur combat en carrière. Il a été très actif et n'a pas lancé de mauvais coups. Il me le disait qu'il trouvait que ses mains sortaient mieux et qu'il était à l'aise dans le ring. C'est bon pour la suite», a souligné Michel Desgagné. Même s'il ne s'est pas qualifié pour le Championnat canadien, en avril, Jordan Blackburn participera tout de même au camp d'entraînement préparatoire, en mars et pour son entraîneur, il appartient à cette catégorie de boxeurs.

Déjà qualifié avec une victoire sans opposition chez les juvéniles 80 kilos, un autre représentant du Club de Chicoutimi, Gabriel Tremblay, a ouvert la journée d'hier face au gagnant chez les 75 kilos, Simon Bérubé. Il l'a emporté par décision, grâce à une domination au dernier round. «Il a montré une belle progression dans le combat. Il est grand et il utilise bien sa portée», de noter Michel Desgagné.

Le dernier programme du Défi les champions, débutera à compter de midi, dimanche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer