Nouveau boulodrome: le bonheur total pour les joueurs

Le maire Jean Tremblay s'est initié à la... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Le maire Jean Tremblay s'est initié à la pétanque, au grand plaisir des membres du Club de la pétanque de Chicoutimi-Nord.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après un peu plus de deux ans de tergiversations et trois mois de travaux d'aménagements, les membres du Club de la pétanque de Chicoutimi-Nord ont enfin pris possession de leur nouveau boulodrome aménagé au coût de 350 000$, au sous-sol du pavillon du Chantier du Père Alex. D'ailleurs, le club tiendra une activité porte ouverte aujourd'hui, à compter de 13h et pourra enfin utiliser les nouveaux équipements les mardis, jeudis et vendredis.

Hier, le maire de Saguenay, Jean Tremblay, a inauguré les nouvelles installations, soit cinq allées de six pieds de large par 30 pieds de long, au grand plaisir d'une vingtaine de membres du club de pétanque, dont le président du club, Daniel Tremblay. Ce dernier n'a jamais perdu espoir de voir le dossier aboutir, même si trois ans se sont écoulés depuis la fermeture de l'ancien boulodrome du pavillon d'accueil du défunt Village de la sécurité routière, transformé depuis en parc des Mille lieux de la colline.

Le maire Tremblay, qui était lui aussi heureux d'assister au dénouement de ce dossier, a rappelé les différents scénarios envisagés. «Il y a des dossiers qui vont très bien et que tout baigne dans l'huile, mais celui-là, chaque fois qu'on avait un site, ça ne marchait jamais», a-t-il admis. Parmi les sites envisagés, il cite la reconstruction au village de sécurité, au Cap-Diamant et même la caserne de jouets.«On a même failli abandonner le chantier du Père Alex parce qu'il y avait une garderie à déménager et le plafond n'était pas assez haut. (...) Il a fallu creuser et il y a du roc en dessous. Mais ça a bien adonné parce qu'on a eu besoin de creuser seulement huit pouces et maintenant, ce sont des conditions idéales.» Un système de déshumidification a été installé pour rendre l'endroit confortable, un escalier a remplacé l'ancien qui n'était pas conforme et de l'éclairage extérieur a été aménagé.

Le déménagement de la garderie a coûté 80 000$, mais le maire ne l'inclut pas dans la facture du projet parce qu'il aurait fallu la déménager de toute façon.

«On n'était pas gâté au Village de la sécurité routière. Il y avait de la glace sur les murs, mais on était heureux quand même. Mais là, c'est le bonheur total», a lancé Louisette Latendresse.

Le président du club, Daniel Tremblay, a tenu à remercier le maire au nom de ses membres. «On s'attendait à quelque chose de beau, mais c'est dans le très très beau», a-t-il commenté en vantant les mérites de cette activité. «Chaque fois, on fait des rencontres, du social, on a bougé et on prend moins de pilules! Donc, tout le monde est satisfait», de conclure l'heureux président Tremblay.

CGV: des réactions prévisibles

Le maire Jean Tremblay n'a pas été surpris des nombreuses réactions suscitées par le projet de réfection du centre Georges-Vézina, même que c'était l'objectif visé.

«Je souhaitais que les gens réagissent. C'est pour cela qu'on met un projet sur la table. Pour qu'il y ait des discussions et que tout le monde puisse s'exprimer.» Évidemment, les représentants du patinage de vitesse ont sollicité une rencontre, mais le maire souhaite d'abord obtenir les coûts des différentes options avant de rencontrer les parties concernées. «Il ne faut pas agir trop vite. Pour ce qui est de la largeur de la glace, il faut aller plus en profondeur pour s'assurer que ça rende service à tout le monde, autant au patinage de vitesse qu'au hockey. On est en train de regarder différents scénarios, de regarder combien ça coûte et comment on peut le faire. Mais je ne peux pas vous dire qu'on est prêt. (...) Il y a du roc sous la glace et si on veut creuser, ça peut coûter plus cher qu'on pense. Ce sont des informations qu'on va avoir bientôt. On va rencontrer notre monde. On veut profiter d'un programme particulier au gouvernement qui nous permettrait d'avoir les deux tiers de l'investissement (financés)», a-t-il indiqué, en précisant que le dossier semble sur la bonne voie, d'après ce qu'il retient des rencontres avec le premier ministre Philippe Couillard (Roberval) et le député de Lac-Saint-Jean au fédéral, Denis Lebel...

Concernant le projet de soccerdôme, le dossier n'est pas mûr, car le maire Tremblay s'est limité à rétorquer que les annonces se feront «en temps et lieu»...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer