Tournoi pee-wee: Mireille Gagnon prend du galon

Mireille Gagnon est impliquée dans le Tournoi provincial... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Mireille Gagnon est impliquée dans le Tournoi provincial de hockey pee-wee de Jonquière depuis dix ans. La policière fait maintenant partie du conseil d'administration, comme coordonnatrice aux promotions.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Depuis qu'elle travaille à la Sécurité publique de Saguenay, Mireille Gagnon est associée de près au Tournoi provincial de hockey pee-wee de Jonquière. Pour la 52e édition, la 50e avec les policiers, elle s'est laissée convaincre de faire partie du conseil d'administration comme coordonnatrice aux promotions.

Elle est la deuxième femme policière à se retrouver dans le CA de l'événement, après Kathia Ratthé. Comme dans son métier, Mireille Gagnon se fait taquiner amicalement par ses collègues. «Ils prennent soin de moi», précise-t-elle sans hésiter.

Mireille Gagnon a débuté sa carrière à Saguenay en mai 2005. Quelques mois plus tard, la native d'Alma s'impliquait déjà dans le tournoi jonquiérois. «J'ai commencé en 2006 avec les mascottes. Je faisais Hockey Doo, se rappelle-t-elle en riant. Les gens parlaient que ça prenait du monde et j'ai embarqué la tête baissée.

«Plus jeune, j'ai tout le temps été impliquée dans divers événements comme Festirame. Mes parents aussi faisaient leur part de bénévolat et automatiquement, comme enfant, on le fait aussi», souligne-t-elle.

Au fil des ans, Mireille Gagnon a occupé diverses fonctions au sein du comité organisateur du Tournoi pee-wee comme le protocole, hôtesse, responsable du bar VIP et directrice des ventes. Toutes ces fonctions se regroupent au sein de la promotion qui comprend également l'animation et le comité étudiant. Elle supervise notamment son conjoint, Luc Larocque qui s'occupe des comités étudiants et du protocole. La semaine du couple se passe donc au Palais des sports, souvent en compagnie de leurs enfants.

La policière adorait son poste aux ventes, mais son prédécesseur, François Trottier-Drapeau, a réussi à la convaincre de prendre le flambeau. Elle a débuté son mandat en septembre et même si tous les dossiers étaient bien en ordre, Mireille Gagnon a mis plus d'une cinquantaine d'heures dans la préparation du tournoi. «Pendant, je ne sais pas», ajoute celle qui apprécie particulièrement le Tournoi pee-wee en raison du contact privilégié avec la population.

«On partage les mêmes choses et ça montre qu'on est des gens normaux. C'est agréable et ça nous permet de former des liens avec la communauté, ce qui est plus difficile à faire dans le cadre de notre travail», mentionne-t-elle.

Lors de l'entrevue avec le représentant du Quotidien, en fin d'après-midi jeudi, Mireille Gagnon venait tout juste de superviser sa première parade des véhicules d'urgence. Elle explique que si tout se déroule comme sur des roulettes sur la patinoire, la logistique de l'activité est importante. En raison de la chaleur dégagée par les voitures et le calcium, ils ne doivent pas passer trop de temps sur la patinoire pour ne pas l'endommager. «Il faut qu'on se dépêche», raconte Mireille Gagnon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer