Golf: le mauvais temps n'a pas épargné Saint-Prime

Le club de golf de Saint-Prime a reçu... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le club de golf de Saint-Prime a reçu plusieurs demandes pour les terrains mis en vente situés à l'est du parcours (en haut sur la photo).

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Le Club de golf Saint-Prime-sur-le-lac-Saint-Jean a terminé la plus longue saison de son histoire, il y a quelques semaines. Si des maniaques ont joué jusqu'au 12 décembre, il a quand même senti les effets d'un été bien ordinaire.

Réunis dimanche, les membres du club de Saint-Prime ont pris connaissance des bilans de la saison 2015. Ils ont principalement appris que le club a enregistré un déficit de 35 800 $. Celui-ci s'explique d'abord et avant tout par le mauvais temps.

«À l'assemblée générale, j'ai qualifié les résultats d'ordinaires sur le plan financier et d'extraordinaires sur tous les autres plans, résume le président du conseil d'administration, Rémy Kurtness. Ce qui nous a fait mal, c'est le festival des annulations. Nous avons enregistré 2000 parties annulées en juin, juillet et août. Ce sont tous des invités qui ont annulé des parties en raison du mauvais temps. C'est un record.

«Avec un été normal, nous aurions fait un surplus. Avec 34 membres de plus, notre club est sans doute le seul de la région à avoir connu une augmentation du nombre de membres.»

L'année 2015 du club de Saint-Prime passera à l'histoire pour au moins deux raisons. En plus de sa longueur exceptionnelle (du 17 avril au 12 décembre), elle a été marquée par la poursuite du plan de sauvetage. Le projet de vente de parcelles de terrains adopté pour faire face à de sérieux problèmes financiers a franchi d'autres étapes, mais un petit bout de chemin reste à faire en 2016.

Championnat provincial junior

Le club de Saint-Prime devrait accueillir le Championnat provincial de golf junior en 2017. Dans ce dossier, il ne manque que l'annonce officielle de Golf Québec, mais le club devra aussi procéder en 2016 aux transformations prévues de son parcours.

«Nous sommes en processus pour reconfigurer le parcours puisque nous vendrons des terrains, rappelle Rémy Kurtness. Nous attendons l'autorisation du gouvernement, même si nous sommes autorisés à vendre des terrains, mais il faut mettre l'argent en fidéicommis. Pour être conforme à la présentation d'un tournoi comme le championnat provincial junior, le parcours doit avoir au moins 6600 verges. Nous en avons présentement 6400. Avec la reconfiguration, le terrain passera à 6750 verges. Les travaux seront principalement réalisés au début de l'automne.

«Certains travaux comme la réfection de tertres de départ et la plantation d'arbres ne nuiront pas aux golfeurs, mais il faudra déplacer trois verts. Ce travail sera fait à l'automne 2016. Avec la vente anticipée de terrains, nous ferons assez de bénéfices pour en placer une bonne partie sur la dette. Une autre devrait combler nos déficits d'opération et une dernière sera utilisée en immobilisations. C'est ainsi que nous pourrons sauver le terrain pour un certain nombre d'années.»

À propos de la vente de terrains, Rémy Kurtness précise que 28 demandes ont été reçues pour les 18 places disponibles. Les heureux élus seront déterminés par tirage au sort.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer