Des Mustangs à la division 1

Le Jonquiérois Robert Larouche espère que l'histoire de... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

Le Jonquiérois Robert Larouche espère que l'histoire de son fils Cédric incitera d'autres jeunes à persévérer.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Fait plutôt rare dans la région, un jeune joueur des Mustangs de l'Odyssée Dominique-Racine, Cédric Larouche, fera ses premiers pas dans la division 1 du circuit de football collégial, alors qu'il s'alignera avec les Faucons du Cégep de Lévis-Lauzon.

Âgé de 16 ans, le Jonquiérois s'attendait à être recruté, mais pas par une équipe du plus fort calibre du circuit collégial québécois. Une belle et agréable surprise, d'autant plus que le jeune gaillard de 6'5, 250 livres évoluant à la ligne offensive, ne s'est initié au football qu'en secondaire 3. «Je m'attendais à avoir des offres, mais pas de la division 1 ni des Faucons, parce que c'était la meilleure offensive de la division 1. De me faire choisir par l'une des meilleures équipes offensives, j'ai vraiment trouvé ça ''hot''», lance-t-il, un large sourire illuminant son visage. «Pour moi, c'est un rêve qui se réalise!»

Au début de la saison avec les Mustangs, Cédric avait envisagé comme scénario de poursuivre ses études et sa carrière sportive au Cégep de Jonquière. Mais sa nette progression durant la saison lui a permis de prendre confiance en ses moyens et en son potentiel.

Outre Lévis-Lauzon, Cédric Larouche a été approché par les Élans de Garneau et les Vulkins du Cégep de Victoriaville. S'il a été séduit par la qualité du programme, des installations et des techniques de jeu des Faucons, c'est surtout la visite de leur entraîneur-chef, Richard Savoie, qui a incité le Jonquiérois à opter pour les Faucons. Le 2 décembre, le grand manitou des Faucons a en effet traversé le parc des Laurentides pour venir rencontrer le jeune homme et son père, Robert Larouche, à leur résidence de Jonquière. Une attention très appréciée par le duo père-fils qui démontre le sérieux de l'organisation et de leur intérêt pour Cédric. Ce fut aussi l'occasion pour le pilote de la formation de Lévis-Lauzon de lui confirmer sa place dans l'alignement pour la saison 2016.

Le joueur de ligne #66 des Mustangs de... (Archives Le Progrès-Dimanche) - image 2.0

Agrandir

Le joueur de ligne #66 des Mustangs de l'Odyssée Dominique-Racine, Cédric Larouche, a connu une progression remarquable cette saison.

Archives Le Progrès-Dimanche

Samuel Lefebvre pour modèle

Cédric Larouche arrive au bon moment au sein de l'organisation de Lévis-Lauzon. Trois joueurs de la ligne offensive ont terminé leur stage collégial avec les Faucons. Le grand gaillard s'attend donc à être pas mal utilisé dès sa première saison et il compte faire tout en son pouvoir pour consolider son temps de jeu.

D'ailleurs, le Jonquiérois a déjà commencé sa préparation physique et mentale en vue de son intégration à sa nouvelle équipe. Pendant huit semaines, à raison d'une fin de semaine sur deux, il se rend à Québec pour s'entraîner avec ses futurs coéquipiers. L'entraîneur-chef lui a aussi montré quelques vidéos de l'an passé pour les positions de jeu. Le 14 février, Larouche prendra part à une fin de semaine d'entraînement où il connaîtra la composition de l'équipe pour la prochaine saison et durant laquelle il recevra les livres de jeu.

Comme il est déjà assuré d'être en uniforme, Cédric Larouche a également pu choisir son chandail. Il a opté pour le #65 porté par le joueur vedette Samuel Lefebvre qui fait partie des finissants de la campagne 2015. « (Lefebvre) a fait partie des équipes d'étoiles (du RSEQ) et de l'équipe Québec. Quand j'ai su que son numéro serait libre, je l'ai pris. Ça a une valeur à mes yeux, parce que ça représente un idéal de ce que je veux devenir», explique le jeune homme qui souhaite poursuivre sa carrière de footballeur à l'université tout en étudiant en kinésiologie.

Enfin, comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, le jeune homme a reçu un bel appui du supermarché d'alimentation P.E. Prix de Jonquière, lequel s'est engagé à lui remettre une bourse d'études au cours des trois prochaines années.

Cédric Larouche a choisi de porter le #65... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 3.0

Agrandir

Cédric Larouche a choisi de porter le #65 qu'a porté avec brio Samuel Lefebvre, un joueur vedette des Faucons qui est devenu son modèle.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Une histoire inspirante

En deux ans, le Jonquiérois Cédric Larouche en a fait du chemin pour se hisser parmi les meilleurs de la formation de football des Mustangs de l'Odyssée Dominique-Racine. Son recrutement par Lévis-Lauzon n'est donc pas le fruit du hasard, mais bien le résultat des efforts déployés notamment au cours de la dernière année.

Son père, Robert Larouche, lui-même un solide gaillard de 6'4'', a assisté à l'essor remarquable de son fils cette saison. «C'est une explosion qui s'est produite cette année», image le paternel avec fierté, tout en rendant hommage à fiston pour sa détermination et les efforts investis pour se hisser parmi les meilleurs. Robert Larouche souhaite d'ailleurs que l'histoire de son fils inspire d'autres jeunes et les encourage à persévérer. «Y'en a qui ont du talent dès le départ, mais pour Cédric, le talent ne suffit pas. Il a travaillé fort pour l'avoir. C'est le résultat de travail acharné!»

En effet, le grand gaillard de 16 ans a dû mettre les bouchées doubles pour combler le retard sur ses pairs, lui qui a eu le coup de foudre pour le football seulement à la fin de son secondaire 2 lorsqu'il s'est joint à l'équipe de football civil le Blizzard de Jonquière. «J'ai vraiment aimé ça! L'entraîneur Guillaume Simard coachait aussi pour les Mustangs», raconte Cédric qui a alors été invité à s'inscrire au programme sport-études football de l'Odyssée Dominique-Racine.

«En secondaire 3, je faisais ça parce que je voulais apprendre et que je trouvais ça hot. Les autres avaient toute la mécanique et j'étais vraiment en retard, mais j'ai quand même été capable de jouer. À ma première année juvénile (secondaire 4), on était cinq à la ligne offensive, sauf que je manquais de poids et de vitesse, de sorte que je n'ai pas beaucoup joué. Entre mon secondaire 4 et 5, j'ai gagné presque cinq pouces et j'ai grossi d'environ 40 livres. J'étais capable de comprendre les jeux et j'avais les bonnes techniques, mais je me suis dit que pour être meilleur, il fallait que je lève mon jeu d'un cran», raconte l'athlète de 6'5'' qui s'attend à grandir d'encore deux pouces d'ici la fin de sa croissance.

L'été dernier, le Jonquiérois a donc pris les moyens pour atteindre ses objectifs en recourant aux conseils de l'entraîneur Simon Boudreau du Complexe Fitness santé. Ce dernier l'a aidé à se développer du point de vue musculaire, mais il a travaillé aussi sur la précision de la puissance et la vitesse. Larouche a pris goût à l'entraînement sous la direction de l'homme fort, surtout qu'il est à même de constater les progrès réalisés.

Autres Mustangs recrutés

Mentionnons enfin qu'en plus de Cédric Larouche, au moins deux autres joueurs des Mustangs sont susceptibles d'évoluer dans la division 1. Le Jonquiérois William Desgagné aurait signé avec le Collège Notre-Dame-de-Foy tandis que Jérémie Turbide souhaiterait s'aligner avec Lévis-Lauzon. Quant à Gabriel Belley-Boily, il évalue les offres, mais n'aurait pas encore fait son choix.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer