Un obstacle change la donne pour Larochelle

Vincent Larochelle (à gauche) a peiné lors d'une... (Photo courtoisie)

Agrandir

Vincent Larochelle (à gauche) a peiné lors d'une épreuve d'anneaux du Championnat de l'organisation de courses à obstacles Battlefrog, à Orlando, en Floride.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Vincent Larochelle a frappé un mur lors du premier championnat de l'histoire de l'organisation de course à obstacles Battlefrog, à Orlando, en Floride. Le Jonquiérois d'adoption a passé deux heures sur le même obstacle, ce qui l'a relégué à l'arrière du peloton de 45 participants.

À la différence de l'autre série Spartan, qui donne un exercice de pénalité pour un obstacle infranchissable par un athlète, tous les obstacles sont obligatoires lors des courses Battlefrog. «Tu reçois un bracelet au début de la course. Tu peux rater un obstacle autant de fois que tu veux, mais si tu n'es pas capable de le franchir, ils coupent ton bracelet et tu es exclu du classement», explique Vincent Larochelle.

«Il y a donc eu de très gros écarts de temps parce que certains comme moi sont restés bloqués à un obstacle», reprend l'athlète, mentionnant qu'une quinzaine de participants ont perdu leur bracelet en cours de route.

Vincent Larochelle a éprouvé d'importantes difficultés à son premier passage à l'épreuve des anneaux. Un premier obstacle d'une quarantaine de pieds plus technique lui a donné du fil à retordre, mais c'est au deuxième, plus long, qu'il a vraiment peiné. «Ça ne marchait pas. Je n'ai pas été bon. Je me suis battu pour garder mon bracelet, mais c'est une piètre performance. Il ne faut pas se conter des menteries. Je suis content de l'avoir conservé, mais je suis déçu. Ce n'est pas à la hauteur de mes capacités, mais ça arrive», de résumer Vincent Larochelle qui prend tout de même la chose en riant. Le parcours d'Orlando était composé de deux tours d'environ huit kilomètres avec 32 obstacles. À son second passage, Vincent Larochelle est passé sans s'accrocher, mais le mal était fait. «C'est correct. Ça va me pousser à mettre l'accent sur ce qu'il faut que je travaille», de souligner Vincent Larochelle, parlant d'une belle leçon d'humilité. «Ça ne m'arrivera pas de nouveau», assure-t-il, ne cachant pas qu'après une grosse année et son cheminement scolaire dans le programme Environnement, hygiène et sécurité au travail, il ressentait une fatigue importante. Présentement à la recherche de commanditaires, il n'a pas encore établi son calendrier pour 2016, mais il sera allégé.

«Je vais faire moins de courses parce que ça coûte trop cher. Je veux garder du temps pour moi et ma vie personnelle. Je vais quand même m'entraîner fort, c'est sûr», de noter Vincent Larochelle qui visera un autre niveau, lui qui participera de nouveau au Championnat du monde Spartan.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer