Michel Ratthé aide les gardiens

La grande révolution du système développé par Michel... (Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque)

Agrandir

La grande révolution du système développé par Michel Ratthé est l'élastique qui remplace le lacet.

Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À première vue, le système Flex Laces peut paraître anodin, mais la pièce développée par le Chicoutimien Michel Ratthé représente un nouvel outil qui fait son chemin dans le monde du hockey pour les gardiens de but.

«C'est une petite bébelle qui n'a l'air de rien, mais qui fait travailler la jambière vraiment différemment», signale l'inventeur du système qui remplace le lacet pour rattacher la jambière au patin du gardien avec un élastique.

«Le lacet, c'est révolu, pense Michel Ratthé. C'est plus dispendieux (30$), mais il y a tellement plus d'avantages. Ce n'est même pas comparable.»

L'inventeur explique que chez les plus jeunes, le gros avantage est la facilité d'attache. Pour les plus vieux de haut calibre, la pièce remonte les jambières et crée moins de tension dans les hanches comme c'est l'élastique qui travaille. La jambière revient également en place immédiatement une fois que le gardien se relève.

Après avoir développé le système, Michel Ratthé a... (Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque) - image 2.0

Agrandir

Après avoir développé le système, Michel Ratthé a trouvé le velcro pour relier la jambière au patin.

Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque

«L'équipement de gardien a évolué énormément. Les jambières sont allégées, on peut leur donner la forme qu'on veut. On a mis de nouvelles sangles. Les gardiens sont plus performants. La seule affaire qui n'a jamais changé, c'est le lacet au bout. Ç'a toujours été la même chose. Ça donne un petit plus et une évolution qui manquait», fait valoir Michel Ratthé, lui-même gardien de but à ses heures et spécialisé dans l'équipement de gardien à l'Entrepôt du hockey de Chicoutimi.

Depuis plusieurs années, il se faisait demander régulièrement un autre moyen d'attacher les lacets. Quelques produits existent sur le marché, mais ne tenaient pas le coup ou étaient très exposés aux bris. Après quelques mois de recherche, en avril dernier, Michel Ratthé a trouvé la solution. Il ne lui manquait que le morceau pour l'attacher au patin, ce qui représentait un casse-tête pour qu'il fonctionne sur toutes les jambières sur le marché. «Un soir, j'ai allumé en regardant des photos de gardien de but», confie Michel Ratthé, qui a finalement pensé au velcro. Il a ensuite fait essayer son produit cet été, notamment lors d'écoles de hockey. «Ç'a créé un engouement tout de suite», raconte-t-il. Ç'a été unanime, le monde a aimé ça et m'en demandait.»

Au début, il fabriquait chaque pièce à la main, mais s'est équipé depuis pour couper du cuir rapidement.

La grande révolution du système développé par Michel... (Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque) - image 3.0

Agrandir

La grande révolution du système développé par Michel Ratthé est l'élastique qui remplace le lacet.

Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque

Rangs professionnels

Un gardien à la fois, son produit gagne des adeptes dans les rangs professionnels. Cet été, Michel Ratthé a montré le produit à Sylvain Rodrigue, ce qui lui a ouvert les portes de l'organisation des Oilers d'Edmonton où il est entraîneur des gardiens. Ses deux protégés dans la Ligue américaine, Ben Scrivens et Laurent Brossoit, en ont fait une pièce d'équipement quotidiennne. «Ils ne le testent plus. Ils l'utilisent tout simplement», indique Michel Ratthé qui a également fait une percée avec le Wild d'Iowa, club-école du Wild du Minnesota, grâce à Frédéric Chabot.

Pour répondre à la demande grandissante, notamment aux États-Unis, Michel Ratthé a créé une page Facebook (flexlacesgoalie). Le produit est également disponible dans plusieurs magasins à travers le Québec, dont l'Entrepôt du Hockey de Chicoutimi.

Carey Price dans la mire

Michel Ratthé ne manque pas d'ambition pour son produit. Il souhaite compter parmi ses adeptes le gardien numéro un du Canadien de Montréal, Carey Price.

«Je voudrais avoir le meilleur et c'est Price. Quand je vois son système d'attache, s'il y en a un qui en aurait besoin, c'est lui. Il a un gros jeu et c'est l'un des gardiens qui est désavantagé avec ses jambières parce qu'il est grand, mais avec des petites jambes. Selon les règlements de la Ligue nationale, les grandeurs fonctionnent avec les jambes. À 6 pieds 3, il a donc des jambières d'un gars de 5 pieds 11. Réussir à les remonter, ça ferait toute la différence, c'est clair», pointe Michel Ratthé qui avait débuté les démarches avant sa blessure. Il se promet de se rendre à Montréal après son retour au jeu pour lui faire essayer.

«C'est un gars qui influence beaucoup de gardiens. C'est sûr qu'avec ce système, il va avoir un meilleur ''feeling'' et tout le monde va le voir avec ça et ne pourra pas passer à côté», pense le concepteur du système Flex Laces.

Dans le junior majeur, le Chicoutimien Olivier Tremblay, des Tigres de Victoriaville, et Xavier Potvin, des Saguenéens, utilisent la pièce d'équipement. «C'est plus vite pour s'habiller», lance en souriant Xavier Potvin qui, après l'avoir essayé lors d'un entraînement, a décidé de laisser tomber les lacets pour l'élastique.

«Ça change un peu. Tu as plus d'espace pour bouger ton patin. C'est plus facile de pousser, surtout quand tu es à terre, et de remonter. On dirait que j'ai plus d'emprise sur la glace», note plus sérieusement le gardien de 18 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer