Difficile autour du filet

Alors qu'il vient de compléter le premier tiers du calendrier régulier, le... (Photo Presse Canadienne)

Agrandir

Photo Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Alors qu'il vient de compléter le premier tiers du calendrier régulier, le Canadien vit ses premiers moments véritablement difficiles de la saison. Et si l'absence de certains joueurs-clé comme Carey Price et Brendan Gallagher peut expliquer cette baisse de régime, les hommes de Michel Therrien manquent aussi de fini autour des filets adverses.

À ses cinq dernières sorties, le Tricolore n'a pu faire mieux qu'une victoire et un revers en prolongation, même s'il a dominé ses rivaux 164-125 au chapitre des tirs aux buts.

Paul Byron, qui a livré une autre solide performance mercredi, était le premier - et le seul dans le vestiaire, plutôt désert - à reconnaître les lacunes de l'équipe à ce chapitre depuis quelques rencontres.

«Pendant les deux premières périodes, nous avons joué de l'excellent hockey, mais il faut savoir profiter de ces opportunités, a déclaré Byron, après la défaite de 3-1 contre les Bruins. Le nombre de tirs aux buts ne veut rien dire. En ce moment, on semble incapable de marquer. Il faut savoir profiter de nos chances, car on ne peut pas continuellement demander à nos gardiens de réaliser des blanchissages ou concéder un seul but.»

Byron a marqué le seul filet des siens, sur un jeu bizarre en première période, et les Bruins ont bénéficié de la collaboration de Dame Chance pour créer l'égalité, à court d'un homme, en troisième.

«C'est un jeu qui a changé l'allure du match, a ajouté Byron. Ils ont été chanceux. Mais nous devons réagir mieux que nous l'avons fait ce soir.»

Le trio de Tomas Plekanec, Byron et Lars Eller a été de loin le meilleur du Canadien mercredi soir, obtenant 14 des 33 tirs de l'équipe. La chimie entre Byron et Plekanec était très évidente.

Pendant que le trio de Plekanec se mettait en évidence, celui d'Alex Galchenyuk, Max Pacioretty et Sven Andrighetto a été beaucoup moins visible. Galchenyuk et Pacioretty ont tous deux terminé la rencontre avec des fiches de moins-2, et si Pacioretty a rencontré les médias, Galchenyuk est resté à l'abri des micros et des caméras. «Il a connu une soirée difficile», s'est contenté de dire Michel Therrien au sujet de son nouveau centre numéro un.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer