Drolet peaufine ses stratégies

En plus de prendre part à la 2e... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

En plus de prendre part à la 2e étape du circuit Élite, Marie-Ève est venue voir sa famille avec Zoey, qui se fait dorloter par ses grands-parents, Jacinthe Couture et Denis Drolet.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Laterroise Marie-Ève Drolet est en mission pour cette 2e étape du circuit Élite de patinage de vitesse courte piste présentée au centre Georges-Vézina. Plus que des podiums, c'est l'occasion de peaufiner ses stratégies et sa forme physique afin de se présenter fin prête à rivaliser avec les autres membres de l'équipe nationale aux Championnats canadiens de la mi-janvier.

De retour à l'entraînement depuis juillet après avoir donné naissance à sa petite Zoey en janvier, Marie-Ève Drolet est satisfaite de la manière dont se déroule son retour en compétition. «C'est comme je pensais, mais j'ai encore beaucoup de trucs à peaufiner et ma forme physique reste à améliorer encore un peu, analyse-t-elle en entrevue. Aux essais, contre les filles de l'équipe, je le sens. Mais il me reste un mois et demi pour arriver fin prête.

«Ici c'est une bonne pratique où j'essaie de faire plusieurs dépassements et où j'essaie d'utiliser plus ma stratégie que ma force, explique-t-elle. Parce qu'avec des filles plus fortes, si nous sommes toutes au même niveau, c'est ce qui peut faire la différence. Ici, j'essaie de ne pas penser aux résultats. Si ça adonne que je gagne, c'est parfait, mais ce n'est pas mon objectif premier.»

Marie-Ève n'est pas la seule à avoir d'autres objectifs que des podiums. C'est le cas aussi d'autres patineuses de la région en action ce week-end. Ces dernières se concentrent davantage sur l'amélioration de leur technique, de leurs stratégies et/ou de leur classement.

Retour de blessures

La Félicinoise Léane Tremblay fait partie de celles qui ont été ralenties par une blessure. L'athlète de 20 ans, qui s'entraîne au club Gadbois, se remet d'une blessure à un genou (ligament déchiré) et devra être opérée au printemps. D'ici là, elle met les bouchées doubles pour reprendre le terrain perdu. «Après la première étape (à Sherbrooke), j'étais 13e du groupe 2. Je veux à me rapprocher du sommet du groupe 2 et d'ici la 3e étape à la fin janvier, je vais essayer de me remonter. Cette compétition-ci sert plus pour se remettre dans l'esprit de compétition et voir où j'en suis rendue. Je mise plus sur la compétition de janvier. Je vais simplement viser à accéder au groupe 1», explique la Félicinoise qui a dû composer avec un bris de lames hier.

Sa soeur cadette, Rosalie Tremblay, tente elle aussi de reprendre le terrain perdu après une commotion subie en début de saison lors d'un 500 m. Membre de l'équipe nationale de développement, Rosalie, 17 ans, se prépare pour les Championnats canadiens juniors de Lévis du 18 au 20 janvier. Elle souhaite se classer parmi les quatre premières juniors au pays, ce qui lui permettrait de participer de nouveau aux Championnats du monde juniors. L'étape de Chicoutimi lui permet donc d'évaluer où elle se situe..

Une autre Félicinoise, Catherine Mailloux, se concentre davantage sur sa technique que sur les résultats. Évoluant maintenant au Club de Pointe-aux-Trembles sous la direction d'Annie Sarrat, l'athlète qui aura 17 ans à la fin du mois a consacré son été à améliorer sa technique pour être en mesure de mieux rebondir. «Je trouvais que ça me manquait et que j'étais rendue là. Que c'était le moment où jamais de travailler sérieusement ce que je n'avais jamais travaillé. En septembre, on a augmenté le volume et la vitesse et on a essayé de recréer en compétition ce qu'on avait travaillé en entraînement. À Sherbrooke, ç'a très bien été dans les circonstances (11e du groupe 2), car j'avais une otite. J'ai vraiment bien patiné, mais la forme n'était pas tout à fait là encore. À Richmond, ça aussi bien été. J'ai fait des courses intelligentes et stratégiques. Ici, mon objectif est de bien travailler et de gagner mes courses techniquement et stratégiquement.»

Simplement s'améliorer

Pour les Dolmissoises Gabrielle Paquet, 18 ans, et Maude Tremblay, 15 ans, il n'y a pas de blessures, mais un désir de progresser. Pour elles, la compétition de Chicoutimi est l'occasion de parfaire leur technique et d'améliorer leur classement respectif.

«J'en profite pour pratiquer mes dépassements intérieurs, car aux Sélections de Richmond, j'avais été disqualifiée à cause de cela. J'aimerais aussi battre mon temps sur 500 m (46 secondes) et je veux finir première de cette compétition dans le groupe 2», résume celle qui était 5e à l'issue de la première étape à Sherbrooke. C'était bien partie puisqu'elle détenait justement le premier rang de son groupe après le 1500m.

Maude Tremblay et Gabrielle Paquet ont un profond... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 3.0

Agrandir

Maude Tremblay et Gabrielle Paquet ont un profond désir de s'améliorer.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Pour la jeune Maude, l'objectif est d'améliorer son classement. Membre des Opti-Vites de Dolbeau, l'athlète de 15 ans avait conclu au 16e rang du groupe 2 à l'issue de la première étape de Sherbrooke. Sa compétition a bien débuté, puisqu'elle a déjà progressé au 1500 m où elle a pris le 10e rang.

Parmi les autres patineurs de la région au rendez-vous, mentionnons entre autres Mathieu Dumont, Marie-Soleil Fallu-Dion et Claudia Gagnon des Comètes de Chicoutimi et les Chicoutimiens Vincent Girard (CEPVRQ) et Yannick Desmeules, ainsi que la Félicinoise Léonie Bradette (CRCE). Quant à la Jonquiéroise Joanie Gervais, de l'équipe nationale, victime d'une commotion en début de saison, elle doit prendre son mal en patience et se contenter de regarder la compétition des estrades. . Johanne Saint-Pierre

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer