Une course sans arrêt pour Tristan

Participants de la première heure à l'Ultramarathon du... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Participants de la première heure à l'Ultramarathon du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Donald Dubois et Dave McMullen accompagnent Mario Boily et son fils, Tristan, atteint d'un cancer.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En juin 2016, les participants à l'Ultramarathon du Saguenay-Lac-Saint-Jean au profit de Leucan se relaieront dans un tour de la région en support aux enfants atteints du cancer. La famille de Tristan Boily, atteint d'un cancer, est au centre d'un long marathon depuis le début de l'année.

En janvier, le diagnostic coup de poing est tombé pour Tristan Boily qui combat un neuroblastome, une tumeur au niveau de la glande surrénale gauche. Le jeune homme est sur la bonne voie, mais doit encore subir des traitements réguliers à l'extérieur de la région.

«Ça fait un an qu'on fait une course à relais sans arrêt. C'est le jour, la nuit, la fin de semaine, ça n'arrête jamais», témoigne son père, Mario Boily, présent hier lors d'une conférence de presse pour dévoiler les détails sur la 7e édition de l'Ultramarathon qui se déroulera les 2 et 3 juin. Il voulait ainsi souligner tout le support que son fils et son entourage ont reçu dans la dernière année.

«Ses traitements se terminent en avril et on espère pouvoir venir appuyer les coureurs comme les gens nous appuient depuis le début de cette aventure», d'exprimer Mario Boily avec émotion.

Plus gros

L'Ultramarathon, qui a débuté avec quelques amis en 2010 pour faire connaître la cause de Leucan et sensibiliser les jeunes aux bienfaits de l'activité physique, continuera de grandir en 2016. Le coordonnateur Dave McMullen a dévoilé hier l'objectif financier de 25 000$, montant qui sera partagé entre Leucan et la Fondation de l'Odyssée, qui vient en aide aux élèves aux prises avec des difficultés financières. La distance de 300 kilomètres est parcourue en relais avec des équipes de quatre à huit personnes. Pour participer, chaque coureur doit débourser un minimum de 500$, mais plusieurs en offrent le double et même le triple. Déjà six équipes, soit plus de la moitié de l'édition 2015, ont confirmé leur présence et le total de 70 coureurs devrait être dépassé sans problème.

«Non seulement c'est un défi, mais les gens le font aussi pour les causes», d'indiquer Dave McMullen, mentionnant que le parcours demeurera inchangé, mais les membres du comité organisateur évaluent présentement la possibilité d'inverser le sens.

Le coordonnateur ajoute qu'un programme d'entraînement est disponible sur le site internet de l'organisation (www.ultramarathonsaglac.com) et les personnes inscrites peuvent compter sur le support du club Vincent Létourneau. «C'est une aventure. On ne sait jamais ce qui nous pend au bout du nez», raconte Dave McMullen.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer