Couguars: Ménachi succède à Gagnon

Nicolas Ménachi est devenu l'entraîneur des Couguars du... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Nicolas Ménachi est devenu l'entraîneur des Couguars du Cégep de Chicoutimi. Il remplace Martin Gagnon, qui quitte après une association de six ans avec l'équipe.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Associé au monde du football au Saguenay-Lac-Saint-Jean depuis une douzaine d'années, Nicolas Ménachi s'attaque maintenant au plus gros défi de sa carrière. Il est officiellement devenu, lundi, le nouvel entraîneur des Couguars du Cégep de Chicoutimi.

Ménachi remplace Martin Gagnon à la tête de l'équipe. Ce dernier tourne la page après six ans dans l'entourage des Couguars.

«C'est un gros bateau, mais un beau bateau, a signalé Nicolas Ménachi, quelques minutes après l'annonce de sa nomination. Avec des gens comme Marc Gagnon et Jean-Pierre Bolduc, je peux compter sur une équipe de direction bien structurée. Ils veulent toujours bien faire les choses. Je suis content d'avoir une structure solide au-dessus de ma tête et je suis convaincu que tout ira bien. Devenir l'entraîneur des Couguars est un privilège pour moi.»

En poste depuis lundi, Nicolas Ménachi se propose de profiter des prochains jours pour rencontrer les autres membres du personnel d'entraîneurs et les joueurs qui seront de retour en 2016. Pour l'instant, il ne peut dire si des modifications seront apportées à l'équipe d'entraîneurs. Il en saura plus long après avoir consulté les principaux intéressés.

Il poursuivra aussi le travail de recrutement amorcé par Martin Gagnon. À ce propos, l'ancien entraîneur lui donnera un coup de main puisqu'il demeurera avec les Couguars jusqu'en mai.

En raison de départs et de blessures, les Couguars ont dû composer avec des effectifs réduits au cours des derniers moments de la saison 2015. Nicolas Ménachi croit que les circonstances se prêtent bien à un recrutement de qualité.

«Il y a d'excellents jeunes qui sortent cette année des programmes de football des Mustangs de l'Odyssée Dominique-Racine, des Lynx du Pavillon Wilbrod-Dufour d'Alma et de Saint-Félicien, a précisé le nouvel entraîneur. Il y a aussi des joueurs intéressants du côté de Sept-Îles, Chibougamau et Baie-Comeau, tout comme au juvénile AAA à Québec.

«Il ne faut pas oublier qu'il n'y a pas d'équipe de division 2 ou de division 3 à Québec. L'équipe la plus proche est celle de La Pocatière. Au Cégep de Chicoutimi, nous avons un excellent programme à proposer. Nous avons des infrastructures extraordinaires et l'organisation autour de l'équipe est très solide.»

Fière chandelle

Directeur des Services aux étudiants du Cégep de Chicoutimi, Marc Gagnon a pour sa part indiqué que Martin Gagnon a beaucoup fait pour le programme de football. Il a noté que c'est sous sa direction que les Couguars ont gagné pour la première fois en séries éliminatoires et atteint la finale du Bol d'Or pour la première fois. Mais le moment était venu de prendre des directions opposées et la décision a été prise d'un commun accord

«Nous lui devons une fière chandelle», a résumé Marc Gagnon.

De son côté, Jean-Pierre Bolduc, conseiller à la vie étudiante, a rappelé que Nicolas Ménachi montre une feuille de route à la fois longue et bien garnie. Il s'est dit convaincu qu'il pourra poursuivre le travail entamé par Martin Gagnon autant sur le terrain qu'en classe.

Martin Gagnon souhaite rester associé aux Couguars et... (Archives Le Quotidien) - image 2.0

Agrandir

Martin Gagnon souhaite rester associé aux Couguars et il n'a surtout pas l'intention de se tenir à l'écart du monde du football.

Archives Le Quotidien

Le temps de tourner la page

(SE) - Après six ans dans l'entourage des Couguars du Cégep de Chicoutimi, Martin Gagnon estime que le moment est venu de passer à autre chose. Sans dire adieu au football, il quitte l'équipe collégiale avec la satisfaction du devoir accompli. Il a l'impression qu'il ne manque qu'un élément à son bilan.

«Quand je suis arrivé en poste, je m'étais donné cinq ans pour gagner un Bol d'Or avec les Couguars, a rappelé Martin Gagnon, lundi. Nous avons atteint la finale, mais nous n'avons pas gagné. Je suis convaincu que Nicolas (Ménachi) saura atteindre cet objectif. Il est le gars idéal pour prendre la relève.

«Pour le reste, nous avons envoyé une quinzaine de joueurs dans les rangs universitaires et près de 100 jeunes ont obtenu leur diplôme pendant ces cinq ans. Je suis très content de ce bilan. Maintenant, je pense qu'il était temps de passer le flambeau.»

Martin Gagnon souhaite rester associé aux Couguars et il n'a surtout pas l'intention de se tenir à l'écart du monde du football. Il s'est amusé en dirigeant une équipe cadette de l'École secondaire Kénogami, l'an passé, et il entend poursuivre dans la même veine.

«Le ''coaching'' fait partie de ma vie et je veux continuer, a mentionné Martin Gagnon. Je souhaite aussi rester associé aux Couguars. J'ai développé un beau réseau de contacts au fil des années. J'aimerais aussi développer le club des anciens des Couguars. Beaucoup de joueurs ont passé dans l'équipe et ce serait bien de développer le réseau des anciens.

«Je suis un gars de Chicoutimi et je suis très content d'avoir eu la chance de diriger les Couguars. J'aurai toujours la cause des Couguars à coeur.»  

Martin Gagnon plongera aussi dans une nouvelle aventure prochainement. Il deviendra représentant des Celliers La Vieille Garde.

«Je connais les propriétaires et je vais travailler pour les aider à faire connaître leurs produits, a expliqué l'ancien entraîneur des Couguars. C'est une belle entreprise de Saint-Honoré qui emploie 15 personnes, qui offre des produits extraordinaires et qui est reconnue sur la scène internationale.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer