William Veilleux bat des records

L'entraîneur du Club de force Élite de Dolbeau-Mistassini,... (Photo Courtoisie)

Agrandir

L'entraîneur du Club de force Élite de Dolbeau-Mistassini, Mario Roy (2e à partir de la gauche), est fier de son protégé, William Veilleux, qui a éclipsé deux records canadiens et un mondial en fin de semaine, au Championnat provincial de dynamophilie. Ils sont entourés de Daniel Dionne, champion provincial 2014 (à gauche) et de Harold Veilleux, le père de William, qui a lui aussi réalisé un record canadien dans sa catégorie.

Photo Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Parmi les athlètes de force de la région qui se sont distingués en fin de semaine au Championnat provincial de dynamophilie tenu à Drummondville, le Dolmissois William Veilleux, âgé de 16 ans seulement, a retenu l'attention en éclipsant deux records canadiens et un record du monde dans sa catégorie d'âge et de poids.

Entraîné par Mario Roy, du Club de force Élite de Dolbeau-Mistassini, le jeune athlète a en effet réalisé un record canadien à la flexion des jambes (squat) en soulevant 175 kilos (386 livres) et une autre nouvelle marque nationale au total des trois levées avec 520 kilos (1146 livres). Dans ce dernier cas, l'ancien record était de 492,5 kilos (1086 livres). De plus, le jeune homme a pulvérisé l'ancien record du monde au soulevé de terre (deadlift) en réussissant une levée de 235 kilos (518 livres) contre 221,5 kilos (488 livres) pour l'ancienne marque. La nouvelle marque n'est toutefois pas officialisée puisque depuis 2008, la règle veut que les records du monde soient uniquement reconnus que lorsqu'effectués en championnats du monde.

Concernant les marques provinciales, William Veilleux s'est aussi distingué au développé couché (bench press), en soulevant 110 kilos (243 livres), un record provincial. Pour son entraîneur, tous ces excellents résultats démontrent un talent exceptionnel.«William participait dans la catégorie de poids 66 kilos, mais ne pesait seulement que 64,9 kilos, et dans la classe d'âge sous-junior (subjunior), qui se termine à 18 ans. Comme il n'a que 16 ans et considérant que les records étaient détenus pour la plupart par des athlètes de 18 ans, c'est un exploit encore plus exceptionnel», fait valoir Mario Roy.

L'entraîneur du Club de force Élite précise que son protégé a encore deux ans pour participer à des compétitions dans cette catégorie d'âge, ce qui est très prometteur pour l'avenir. «En 2015, celui qui a gagné le championnat du monde dans sa catégorie a réalisé 519 kilos (au total des trois levées), soit un kilo de moins que William. Il est donc parfaitement réaliste de prédire un titre mondial à William avant ses 19 ans d'âge et même avant», estime son entraîneur.

Le hic, c'est que pour s'améliorer, le jeune homme fort aurait besoin d'équipements adéquats pour cette discipline et d'appuis financiers pour participer aux compétitions d'envergure. Par exemple, les championnats du monde se tiennent habituellement en Europe ou aux États-Unis. «Pour un étudiant, cela représente de grosses dépenses. Un commanditaire serait le bienvenu», souhaite Mario Roy.

Une affaire de famille

Le jeune athlète, qui est de nature réservée et humble, possède une bonne génétique. En effet, son père, Harold Veilleux, s'adonne lui aussi à la dynamophilie (powerlifting). Le paternel a participé au championnat provincial dans la classe des maîtres 2 (50 à 59 ans), dans la catégorie 105 kilos. À l'instar de son fils, il a réalisé lui aussi un record canadien dans sa catégorie en soulevant 227,5 kilos (502 livres) à la flexion de jambes.

Les Veilleux pourraient d'ailleurs réaliser une première québécoise, voire canadienne, puisque le fils, le père et le grand-père, Germain Veilleux, 76 ans, projettent de participer à un championnat régional en juin 2016. Ce serait donc une première de voir trois générations d'une même famille participant à un même tournoi.

Plusieurs membres de la délégation du club de... (Photo Courtoisie) - image 2.0

Agrandir

Plusieurs membres de la délégation du club de dynamophilie Mofo de Jonquière se sont distingués en fin de semaine au Championnat provincial. Certains ont obtenu leur billet pour les Championnats canadiens en Saskatchewan en février.

Photo Courtoisie

Des régionaux se distinguent à Sherbrooke

Quelques membres de la délégation de 19 athlètes du club de dynamophilie Mofo, basé à Jonquière, se sont distingués en fin de semaine dans le cadre du Championnat provincial tenu à Drummondville.

Camille Tremblay, 17 ans, a fait l'un des résultats impressionnants de week-end, en réussissant une flexion de jambes (squat) de 160 kilos (353 livres), un record du monde non officiel puisque depuis 2008, seuls les records effectués en championnat du monde sont reconnus. «Elle a facilement fait son meilleur soulevé de terre (deadlift) en carrière en levant 365 livres et elle a obtenu un autre record national au cumulatif avec un total de 395 kilos (total des trois disciplines - flexion de jambes, soulevé de terre et développé-couché)», souligne l'entraîneur-chef du club Mofo, Joël Boulianne.

Marie-Pier Potvin a pour sa part gagné chez les 57 kilos. Frédérique B. Gauthier et elle se sont qualifiées pour les Championnats canadiens qui auront lieu en Saskatchewan en février. Camille Tremblay a aussi son billet, mais l'étudiante n'aura ni le temps ni l'argent pour y participer.

Toujours chez les filles, chez les 63 kilos juniors, Justine Maltais s'est surpassée en réalisant une flexion de jambes de 265 livres, un record personnel. Émilie Boulianne, 15 ans, s'est aussi distinguée avec un soulevé de terre de 250 livres, chez les 63 kilos juniors.

Chez les messieurs, Yves Brousseau a terminé meilleur leveur chez les -83 kilos, lui qui a renoué avec la compétition après deux ans d'absence. «Malgré une blessure au doigt, il a fait un bon soulevé de terre de 237,5 kilos pour l'emporter», a mentionné Joël Boulianne.

Le jeune Yohann Savinsky, qui évolue chez les 18 ans et moins (subjuniors) s'est démarqué avec un soulevé de terre de 600 livres. «Il a offert une super belle opposition au champion du monde en titre et il a fini 4e meilleur leveur. Ça augure bien pour l'avenir», note le grand manitou du club Mofo.

Chez les 93 kilos, Joël Boulianne et son protégé Jonathan Simard se sont livré une belle bataille. D'ailleurs, les deux hommes forts se sont partagé les honneurs. Simard a été le meilleur leveur. Étant plus léger, il a été avantagé par la formule Wilks et a eu deux points de plus que Boulianne qui a levé 25 kilos de plus au cumulatif des trois disciplines. Boulianne a conclu avec un cumulatif de 730 kilos, à trois kilos du record national.

Premier compétiteur du club dans la catégorie des maîtres, Stéphane Gilbert s'est qualifié pour les championnats canadiens chez les -105 kilos. Il a réussi une flexion de jambes de 475 livres et un soulevé de terre de 550 livres. Quant à André Albert, il s'est surpassé en établissant un record personnel à la flexion de jambes avec une charge de 155 kilos (340 livres).

Outre Frédrique B. Gauthier et Marie-Pier Potvin qui ont manifesté un intérêt pour les championnats canadiens, le club Mofo devrait également déléguer Jonathan Simard, Jessica Benedetto, Stéphane Gilbert et Joël Boulianne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer