Choix déchirant mais payant

La judoka de Chicoutimi Stéfanie Tremblay avait une... (Archives Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

La judoka de Chicoutimi Stéfanie Tremblay avait une bonne pente à remonter au début 2015. En changeant de catégorie de poids, elle repartait à zéro le compteur pour se qualifier pour les Jeux de Rio. Heureusement, elle a récolté trois fois l'or et obtenu de bons résultats depuis. Elle était de passage au club Judokas Jonquière pour diriger un stage régional.

Archives Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au début de l'année, la judoka de Chicoutimi Stéfanie Tremblay a pris une décision majeure en choisissant d'évoluer chez les -63 kilos au lieu des -57 kilos, et ce, à moins de deux ans des Jeux olympiques de Rio. «C'était un choix stratégique et de santé», explique-t-elle. Onze mois plus tard, ses résultats démontrent qu'elle a fait le bon choix, même s'il reste quelques étapes à franchir pour obtenir son billet pour Rio.

«Ils ont sorti une statistique quand même cool voulant que je sois la judoka ayant récolté le plus de médailles d'or en Coupes du monde en 2015, tant chez les femmes que chez les hommes, toutes catégories confondues au monde. C'est quand même le fun», mentionne-t-elle en précisant que cela exclut les résultats des Grands Prix.

Après avoir passé les dernières semaines dans ses valises, l'athlète de 25 ans profite d'une pause de compétitions pour passer le week-end dans sa famille au Saguenay et partager une part de son savoir avec les membres des différents clubs de judo de la région en tenant un stage au club Judokas Jonquière où elle a fait ses débuts.

À l'évidence, Stéfanie Tremblay est sur une bonne lancée et espère poursuivre dans la même veine jusqu'à la fin mai 2016 qui clôt le processus de qualifications olympiques étalé sur deux ans. «Ce n'est pas dans la poche, car il faut que j'aie de bons résultats d'ici à mai. C'est une bonne année jusqu'à maintenant. J'ai fait deux médailles dans les deux dernières Coupes du monde, trois en 2015. Je me sens bien et confiante. Ça augure bien pour la suite et il me reste à continuer à être confiante dans mes compétitions.»

Bonne lancée

Depuis le début de 2015, Stéfanie Tremblay s'est en effet distinguée à quelques reprises. En mars, elle a remporté une médaille d'argent à l'Open panaméricain de Santiago, au Chili, en plus de mettre la main sur le bronze à Buenos Aires, en Argentine. Elle a ajouté l'or à l'Open panaméricain de San Salvador, avant de mettre la main sur la médaille d'argent aux Jeux panaméricains de Toronto. Aux Championnats d'Asie présentés à Taipei, elle est à nouveau montée sur la première marche du podium. Au début du mois, elle a remporté la médaille de bronze à l'Open Africain avant de décrocher une médaille d'or le week-end dernier à l'Open océanique de Wollongong, en Australie.

Membre de l'équipe nationale depuis 2009, la Chicoutimienne pourra refaire le plein d'énergie jusqu'à la mi-janvier, où elle repartira pour une autre série de compétitions. À la fin janvier, elle vise un podium au Grand Prix de Cuba, pour ensuite enchaîner avec le prestigieux Grand Chelem de Paris. Elle restera en Europe pour prendre part à un camp d'entraînement et complétera avec le camp d'entraînement et Grand Prix de Düsseldorf en Allemagne. Viendront ensuite les Championnats panam en avril où elle souhaite monter sur la plus haute marche, ou à tout le moins faire bonne provision de précieux points.

Comme bien des athlètes aspirant aux Jeux olympiques, Stéfanie Tremblay est aussi à la recherche de commanditaires pour alléger les frais reliés à ses nombreux déplacements. Pour l'instant, elle bénéficie de l'appui financier de l'entreprise GCR Pneus et services et de Nutrition Performances, et de soutien en produits de Matsuru (judogi) et de Beet It (un jus énergisant). Elle a aussi une page sur le site «Make a champ» où il est possible de faire des dons (https://makeachamp.com/fr/stefanietremblay/). Sa coéquipière Ecatarina Guica et elle ont aussi lancé une campagne de financement «Vingt pour Rio» où elles espèrent dénicher 20 entreprises qui s'engageraient à verser un certain montant chaque mois pour les soutenir d'ici les Jeux.

Au 16e rang mondial

Grâce à ses excellents résultats des derniers mois, Stéfanie Tremblay se situe environ au 16e rang mondial de sa catégorie actuellement. Pour aller aux Jeux, elle doit se hisser parmi les 14 premières d'ici la fin du processus de qualifications.

Si elle est bien placée pour atteindre ses objectifs, Stéfanie Tremblay a tout de même dû mettre les bouchées doubles depuis janvier 2015. Car en changeant de catégorie de poids, elle a remis le compteur de son classement à zéro. Heureusement, pour les qualifications, ce sont les cinq meilleurs résultats de l'année 1 et les cinq meilleurs de l'année 2 qui sont retenus. De plus, ceux de la première année comptent pour 50 % des points et la deuxième, c'est 100 %. «J'étais consciente que mon année 2 (mai 2015 à mai 2016) devrait être vraiment forte pour pouvoir me qualifier», note-t-elle. À cela s'ajoutent les championnats panam en avril. «C'est un résultat à part qui vaut beaucoup de points. On saura en mai si on est qualifiée pour les Jeux en août.»

Cette 2e année de qualification s'avère fructueuse jusqu'à maintenant, avec trois victoires en Coupe du monde (3x100 points). «Que je sois déjà 16e en ayant manqué huit mois des qualifications me donne confiance que ça aille bien. J'ai déjà trois assez gros résultats. Il m'en reste deux à aller chercher, en plus d'une bonne performance aux Pan Am. Je pense qu'avec ça, je devrais avoir de bonnes chances.»

Rio... et Tokyo!

Lentement mais sûrement, Stéfanie Tremblay s'approche de son objectif olympique. Mais en plus de Rio 2016, elle vise aussi une participation aux Jeux de Tokyo en 2020 où elle estime qu'elle sera alors en pleine possession de ses moyens. «Je veux aller aux Jeux de 2016 et bien faire, parce qu'une fois qualifiée, il n'y a pas de raison de penser que t'es moins bonne que les autres. Toutefois, je ne pense pas que tu puisses atteindre pleinement ton potentiel à tes premiers Jeux. Je n'ai pas l'impression d'être à mon sommet», estime celle qui, outre les bons résultats, vise aussi la constance.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer