Saint-Félicien fête sa reine

Le maire de Saint-Félicien, Gilles Potvin, Marianne St-Gelais... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Le maire de Saint-Félicien, Gilles Potvin, Marianne St-Gelais et son conjoint, Charles Hamelin, ont pris la pose en compagnie de plusieurs Félicinois devant le Centre récréatif Marianne St-Gelais.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Saint-Félicien a réservé un traitement royal à sa reine, dimanche. Pendant une bonne partie de la journée, la municipalité a rendu hommage à Marianne St-Gelais. Elle a alors fêté autant l'athlète que la personne.

Au coeur de cette fête, un nouveau nom pour le centre sportif où tout a commencé pour l'athlète de 25 ans. Celui-ci est officiellement devenu le Centre récréatif Marianne St-Gelais.

Après le baptême du centre récréatif, la spécialiste du patin de vitesse courte piste a eu droit à des fleurs, remises par de jeunes patineurs du club de patinage de vitesse Les Éclairs de Saint-Félicien, et à quelques cadeaux, notamment un sac de sport et un casque protecteur pour le patin identifiés au centre récréatif.

«Je suis vraiment contente, a indiqué la vedette de la journée. J'en avais entendu parler depuis quelques semaines, mais tu ne sais jamais quelle sera la réponse de la population. Les gens qui sont venus sont vraiment des passionnés. Ce sont des gens qui sont fiers et ça me touche beaucoup.

«Je suis proche de ma région, je suis proche de ma famille. Cet hommage vient me chercher. On entend souvent dire que venir d'une région a des inconvénients. Je trouve que c'est le contraire. Venir d'une région, ce n'est que positif. Mon chum (Charles Hamelin) vient de Sainte-Julie, à Montréal, et il n'a jamais ce genre d'amour et d'accueil de la part de sa population. On ne fait pas du sport pour ça, mais c'est une très belle marque de reconnaissance.

«Je sais que je suis une très bonne ambassadrice. Je suis consciente de mon rôle auprès des jeunes et de ma région. Oui, je me distingue dans mon sport, mais j'ose croire que je suis aussi une bonne personne. J'essaye de faire du bien autour du moi et de redonner aux autres. Même si je me promène partout dans le monde, je reste la Marianne que j'étais quand j'ai commencé et c'est important pour moi.»

Bel accueil

Marianne St-Gelais a eu droit à un bel accueil à son arrivée au centre récréatif. Environ 150 personnes ont pris la peine de se rendre sur place pour participer à la cérémonie en son honneur, ce qui l'a fait verser quelques larmes.

Elle a eu la même réaction quelques minutes plus tard quand un de ses premiers entraîneurs à Saint-Félicien, Pierre-Yves Morin, s'est avancé pour lui remettre un casque protecteur qui lui rappellera toujours cette journée. Dans la même veine, la fêtée a rappelé que c'est avant tout le plaisir de faire partie d'une équipe qui l'a attirée vers le patin de vitesse. À l'époque, ses coéquipiers à Saint-Félicien se nommaient Marjorie St-Gelais, Kasandra Bradette, Jean-Éric Bonneau et Lenny Dion. Aujourd'hui, son entourage est composé des membres de la formation nationale.

En plus du nom de l'athlète, la façade du centre sportif est maintenant ornée d'une sculpture représentant la patineuse. L'oeuvre était à l'entrée de la ville depuis 2010, en souvenir de la participation de Marianne St-Gelais aux Jeux olympiques de Vancouver.

Saint-Félicien a aussi profité de l'occasion pour annoncer quelques nouveautés, principalement la poursuite d'un programme de menu santé et la création d'une zone d'attente active et d'entraînement complémentaire au centre récréatif. Cette zone sera dotée d'un équipement d'entraînement de base. Tous les intéressés pourront s'y entraîner légèrement.

«C'est vraiment bien ce virage santé, a noté Marianne St-Gelais, qui a terminé la fête en participant à une séance de patinage libre et en signant des autographes. Je retiens plein de choses de cette journée. Ils ont pensé à beaucoup de choses qui allaient me faire plaisir. Je suis contente qu'ils aient pensé à mon premier entraîneur. Il n'a pas été le tout premier, mais il a été le premier à vraiment croire en moi, à se dire qu'il y avait quelque chose avec Marianne. Il se foutait un peu des bonshommes de neige que je faisais. Il a travaillé avec la personnalité que j'avais. Il a été le premier à se dire: Marianne, il faut la prendre différemment alors je vais la prendre différemment.»

L'hommage rendu à Marianne St-Gelais, dimanche, a conclu une visite émotive au Saguenay-Lac-Saint-Jean pour la patineuse. Jeudi dernier, elle a été couronnée athlète de l'année au Mérite sportif régional.

«Grosse semaine. Beaucoup d'amour cette semaine. Je suis vraiment contente», a laissé tomber Marianne St-Gelais.

Marianne St-Gelais s'adresse à la foule.... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens) - image 2.0

Agrandir

Marianne St-Gelais s'adresse à la foule.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Un bel exemple à suivre

Maire de Saint-Félicien, Gilles Potvin a souligné que Marianne St-Gelais représente un exemple à suivre, non seulement pour son travail sur la patinoire, mais aussi pour ses qualités humaines.

«Nous voulons reconnaître le modèle exceptionnel que tu représentes pour notre communauté, a indiqué le premier citoyen de Saint-Félicien, au cours de la cérémonie marquant le changement de nom du centre récréatif. Ta détermination, ton courage et ta persévérance t'ont conduite au sommet du sport olympique.

«Le plus important est d'avoir conservé ton intégrité physique et morale, dans un monde de compétition parfois complexe à comprendre. Tes victoires, tu les as obtenues par tes qualités originales, en te dépassant toi-même, sans aucun autre apport. C'est pourquoi nous sommes extrêmement fiers d'identifier notre centre récréatif à ton nom et de proposer ton image comme une référence exceptionnelle au défi que doit relever notre jeunesse pour s'épanouir sainement.»

Le maire de Saint-Félicien a aussi rappelé que les événements lui ont donné raison. En 2010, après les Jeux olympiques de Vancouver, certains avaient vu en Marianne St-Gelais une étoile filante. Il l'avait plutôt comparée à une étoile montante à l'époque et il se réjouit d'avoir vu juste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer